Roger-Yves Bost surprend le Grand National de Lyon

Crédit : Scoopdyga (archives)

Jeudi 02 novembre - 22h02 | À Lyon, Yeelen Ravier

Roger-Yves Bost surprend le Grand National de Lyon

Ce soir, la grande piste d'Equita'Lyon a vibré au rythme du Grand Prix du Grand National, avant-dernière étape du circuit. Et pour ces festivités, c'est Roger-Yves Bost qui l'a emporté avec Sunshine du Phare, n'appartenant même pas à une équipe du circuit, devant Carlos Lopez et Julien Gonin.

Aujourd'hui, dès 19h30 s'est joué le Grand Prix du Grand National de saut d'obstacles, à 1,55m. Soixante treize couples étaient au départ de l'avant-dernière étape du circuit français, sur un parcours signé Jean-François Gourdin.

Premier à partir, Thibault Pomarès a directement montré la marche à suivre avec Unsence de la Roque en bouclant directement le score vierge. L'imitant, Carlos Lopez en a fait de même aux rênes d'Ulhane de Conde (le Colombien ayant acheté une licence en France lui donnant accès aux épreuves nationales), laissant présager une épreuve peut-être trop abordable. Les choses ont tout de même commencé à se corser pour un bon nombre de partants, alternant lourds scores ou quatre points malencontreux. Pour les beaux parcours entachés de quatre points, on peut citer celui de Jérome Hurel et Ohm de Pontual, qui ont péché sur l'oxer numéro sept malgré un excellent comportement du fils de Voltaire, très frais. Le Francilien d'origine avait en plus une petite pression sur les épaules puisqu'il est, avec Grégory Cottard et Julie Brault, troisième au classement du circuit. Heureusement, son coéquipier a su relever le défi avec sa championne de France Pepyt' des Elfs, signant le score parfait.

De la pression, ils en avaient puisqu'ils sont en tête du circuit ! L'écurie Mors And Mors, représentée ici par Benoit Cernin, meilleur cavalier provisoire du CSI 2* d'ailleurs, n'a pas failli à sa réputation. Ce dernier, aux rênes d'Uitlanders du Ter, a déroulé une sublime prestation sans encombre. Même chose pour l'écurie Euro Mat. Malgré un quatre points de Mathieu Billot sur le vertical numéro deux, Julien Anquetin a su maintenir les troupes à flots avec un super sans-faute sur son fidèle Quannan Rouge. 

Sans pression vis-à-vis du circuit, Roger-Yves Bost a lui aussi rejoint les festivités en alignant un zéro avec un Sunshine du Phare très aérien. Le public, plutôt présent pour un soir de semaine, n'a pas manqué de le féliciter ! Le très en forme Guillaume Batillat, Pierre-Alain Mortier, Cédric Le Goff et Kevin Gauthier en ont fait de même, associés aux respectifs Denithia, Uruguaye Courcelle, Typhon de la Cense et Twist de la Butte. Sans-faute également pour Olivier Robert et l'atypique Vivaldi des Meneaux, déjà remarquables le week-end passé au CSI 3* de Montpellier. Geoffroy Lecomte Lievaux, Julien Gonin et Valentine Belooussoff, seule femme qualifiée, ont complété ce groupe de quinze barragistes.

Roger-Yves Bost sans pression

C'est donc un barrage à quinze qui a achevé cette dernière journée de compétition pour le Grand National. Ce second tour ne s'est malheureusement pas passé comme prévu pour certains, à commencer par Thibault Pomarès et Grégory Cottard, qui ont concédé seize et douze points avec Unsence de la Roque et Pepyt' des Elfs. Faisant probablement partie des favoris, Olivier Robert ou encore Benoit Cernin ont eux écopé d'une petite faute, malgré de bons chronomètres. 
Alors que Julien Gonin avait installé la barre haute avec un sans-faute en 39"41 après un excellent barrage sur Weraton (ex Well Done), le "franco-colombien" Carlos Lopez est parvenu à descendre le chronomètre d'une seconde avec Ulhane de Conde. Mais il a fallu attendre le dernier partant pour applaudir le vainqueur. Fidèle à sa réputation et son surnom de fusée, Roger-Yves Bost a galopé et serré ses virages au maximum avec le sympathique Sunshine du Phare. Le Barbizonnais a finalement franchi la ligne d'arrivée en 37"53, s'adjugeant la victoire devant Carlos Lopez, les deux premiers n'appartenant même pas à une équipe du Grand National !

Prochaine et dernière étape du Grand National édition 2017, Le Mans, début novembre.

À lire également...

Réagissez

  • OrientdeFrebourg - le 03/11

    Perso, je ne vois pas le problème, je suis certain que les plus jeunes sont heureux de monter dans une même épreuve que Bosty et Sunshine!

  • Td70 - le 03/11

    Oui enfin les "grands" ont aussi le droit de re débuter des chevaux dans des GP 150 où les chevaux vont avoir un format GP sans la hauteur des gros GP et les chronos serrés, technicités, etc ... des 150 de 5*

  • Syl Pit - le 03/11

    C'est assez étonnant que le règlement puisse permettre à des cavaliers qui ne font partis d'aucune équipe , de prendre le départ de ce type d'épreuve.....Juste de quoi "écoeurer" les "petits" cavaliers nationaux....A vaincre sans périls , on triomphe sans gloire....