Jeudi 02 novembre - 16h50

S’émanciper de la corvée du fumier, c’est possible.

 Aujourd’hui, le curage des boxes et le nettoyage des écuries est encore une tâche pénible et laborieuse pour l’ensemble du secteur équestre. En effet, la majorité des installations, souvent vétustes ou parfois juste mal équipées, obligent les responsables d’écuries à curer leurs boxes manuellement en utilisant la fourche. Pourtant, de véritables solutions existent pour se libérer de cette corvée.  

Ancienneté des bâtiments, étroitesse des couloirs et espaces, système de portes battantes … De nos jours, beaucoup d’écuries pâtissent encore du mauvais agencement de leurs boxes. Alors qu’il est nécessaire et important que le curage se fasse régulièrement et facilement, pour des raisons évidentes d’hygiène et de confort des chevaux, celui-ci prend encore énormément de temps et d’énergie au personnel d’écuries.
 
En tant que fabricant de boxes, Cheval Liberté s’est très vite interrogé sur ces problématiques et a cherché des solutions pour rendre cette étape fastidieuse plus facile et moins contraignante. « Notre volonté, c’est de nous adapter à chaque client et à chaque écurie » explique Marie-Pierre Salmon, responsable de la communication chez Cheval Liberté. « Nous souhaitons vraiment lutter contre cette perte de temps et d’énergie que représente le curage » continue-t-elle.
 
Via des systèmes de façades, de séparations et d’ouvertures, Cheval Liberté propose ainsi pas moins de sept solutions innovantes et différentes pour se conformer à chaque bâtiment.
 
Ces sept solutions se déclinent en 5 grandes configurations :

  • Open door : des façades avec portes coulissantes, avec un passage de porte de 1,40m.
  • Open portail : des façades avec ouverture en 2 battants,
  • Open total : des façades avec portes coulissantes et une ouverture complète du boxe,
  • Full open : des façades entièrement coulissantes sur le même plan, montées sur double rail
  • Séparation open : des séparations de boxes équipées de systèmes coulissants sécurisés pour créer un couloir.
 
« Nous nous adaptons même aux véhicules déjà présents dans les écuries, afin que les cavaliers n’aient pas à investir dans des engins mécaniques supplémentaires et puisse faire facilement leurs boxes avec ceux-là » explique Marie-Pierre, responsable de la communication chez Cheval Liberté.
 

 - S’émanciper de la corvée du fumier, c’est possible.


David Giffon, cavalier international de CSO, a opté pour deux systèmes lorsqu’il a aménagé ses écuries : un système full open pour son barns, et un système de portails open pour son écurie extérieure. « J’ai voulu faire construire mes écuries de manière à ce que ce soit le plus fonctionnelle possible. Devoir faire le curage manuellement, c’est vraiment d’un autre temps. Ça ne devrait même plus exister ! » Alors que le nettoyage des boxes lui nécessitait trois employés, les nouveaux systèmes conçus par Cheval Liberté lui permettent d’utiliser deux fois moins de personnel : « Aujourd’hui, je n’ai plus qu’une seule personne qui s’occupe de faire les boxes au lieu de trois. Si on ne gagne pas forcément beaucoup en temps, l’employé qui s’occupe du curage y consacre beaucoup moins d’énergie. C’est beaucoup plus facile, et en deux fois deux heures, tout est fait. Et les autres peuvent profiter de ce temps gagné pour sortir des chevaux ». Ces systèmes permettent également de garder une écurie beaucoup plus saine. « Vite fait bien fait ! J’économise du temps, de la main d’œuvre, et mon écurie est beaucoup plus propre aujourd’hui » conclut le cavalier. 

De son côté, Bastien Salmon, responsable de la formation équestre au lycée agricole public de Belleray, a entièrement fait équiper les écuries avec des séparations coulissantes, montées sur rails. Ce système permet la création d’un couloir accessible par un tracteur et lui permet de curer le double de boxes dans le même temps. « Chez nous, ce sont les élèves qui font le curage. Nous avons plus de 60 boxes : en quatre heures, tout est fait. C’est un super gain de temps pour les élèves et un vrai avantage car ça leur permet de monter plus à cheval » explique-t-il, « de plus, lorsque les élèves ne sont pas là, pendant les vacances scolaires par exemple, nous faisons tous les boxes à trois en une matinée : un prend le tracteur, et les deux autres sont à pieds ». Si le gain de temps se fait au niveau du curage, la manipulation des chevaux est aussi largement facilitée et accélérée : « Lorsque nous bougeons les séparations, cela crée une allée pour les tracteurs, mais cela forme également une seconde allée de boxes dans laquelle nous pouvons laisser les chevaux à l’attache. Ils s’habituent très vite au tracteur qui passe, et nous n’avons plus à les déplacer complètement ailleurs ».
 
Pour plus d’informations sur Cheval Liberté, rendez-vous sur le site : https://www.chevalliberte.fr/
 
Pour découvrir leurs différents systèmes de façades, rendez-vous ici.
 
N’hésitez pas à leur rendre visite à Equita, le salon du cheval de Lyon, stand L80 dans le hall 5.
 

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #101 GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE

GRANDPRIX #101

(GRANDPRIX n°101 NOVEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter