De belles innovations pour la commercialisation des Anglo-Arabes

Pierre-Yves Pose, Aurélien Lafargue et Pierre Lesparre lancent un projet novateur pour 2018
Crédit : Pauline Chevalier

Lundi 30 octobre - 11h56 | Pauline Chevalier

De belles innovations pour la commercialisation des Anglo-Arabes

À l’occasion des Étoiles de Pau, ce week-end en Béarn, la région Nouvelle-Aquitaine, le Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine et l’association Génétiqu’Anglo ont annoncé le lancement d’un beau projet pour 2018 : l’Aquitanima Tour équin et l’Anglo Event. Dans les deux cas, il s’agit de favoriser la commercialisation des chevaux Anglo-Arabes.

En 2018, il y aura du nouveau en matière de promotion du cheval Anglo-Arabe! Depuis plusieurs années, l’organisation du Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine, qui se déroule durant la Foire internationale de Bordeaux, a mis en place les Aquitanima Tours pour les éleveurs de bovins de la région. Le concept consiste à accueillir de manière encadrée (traduction, transport, restauration et hébergement) des délégations étrangères venant visiter des élevages et des institutions de la région. Ensuite, ces visiteurs internationaux sont invités à faire affaire avec les éleveurs, ce qui leur permet d’importer dans leur pays le top de la génétique recherchée. Cette initiative favorise un marché qualitatif et rémunérateur pour les éleveurs. Après avoir intégré les races bovines, caprines et ovines, c’est vers les équidés du Sud-Ouest que se tourneront ses promoteurs en 2018.
 
La Nouvelle-Aquitaine est le berceau de six races de chevaux et d’ânes de travail, dont une est très estampillée sport : l’Anglo-Arabe. Afin de soutenir cette dernière, qui traverse une certaine crise depuis plusieurs années, Aquitanima, structure présidée par Pierre Lesparre, l’Association des éleveurs de chevaux de la Nouvelle-Aquitaine, présidée par Pierre-Yves Poses, et Génétiqu’Anglo, l’association fondée par Aurélien Lafargue, insufflent une nouvelle dynamique. Grâce aussi au soutien d’Inter’Co Aquitaine, qui prendra en charge toute la partie organisationnelle internationale, les Anglos auront donc droit à leur Tour en 2018.
 
Lors de la conférence de presse donnée dans le cadre des Étoiles de Pau, Aurélien Lafargue a fait part de son grand enthousiasme. “C’est une opportunité très importante pour notre race. Notre association loi 1901 s’est développée ces dernières années grâce à la distribution de semence. En 2017, nos onze étalons ont assuré trois cent cinquante saillies. À travers cette activité, nous avons constaté une réelle demande en race pure, notamment à l’étranger. C’est pourquoi, grâce à nos fonds propres et à la mise en place d’une collecte nationale, nous avons décidé d’acheter deux nouveaux étalons : Potter du Manaou et Olala de Buissy, qui rejoindront notre cheptel en 2018. Avec ce panel de reproducteurs, nous cherchons à présenter le top de la génétique. Et ce nouveau challenge des Aquitanima Tours est passionnant dans le sens il alliera tourisme, convivialité et business.”
 

Une grande vente haut de gamme le 12 mai 2018


Les délégations étrangères arriveront à Bordeaux le 9 mai et se retrouveront le soir pour une visite d’un château du Médoc et un dîner gastronomique. Le lendemain, elles partiront pour le Limousin, terre d’origine de l’Anglo-Arabe, avec un premier arrêt pour visiter l’Usine Fautras et rencontrer Jean-Luc Fautras, cavalier de concours complet passionné d’AA. Elles visiteront ensuite l’élevage de Buissy de Cendrine Dutrait et Jean-Bernard Anizan, musée de la génétique AA par la voie femelle. Après une soirée et une nuit à l’Étoile de Pompadour, ancien lieu de la Jumenterie nationale où ils se verront présenter en vidéo les étalons de Génétiqu’Anglo, les participants visiteront le SIRE, la Jumenterie nationale de Chignac, avec une présentation en main des meilleures poulinières, puis le Haras national de Pompadour. La visite se terminera à l’Hôtel de région, à Bordeaux.
 
Le samedi 12 mai, le lendemain donc, sera une journée essentielle pour les éleveurs. Aurélien Lafargue en dévoile le programme: “Nous organiserons une grande vente de jeune génétique. Il y aura des yearlings, foals, pouliches de deux ans et plus, et des poulinières. Il y aura peut-être peu de chevaux mais rien que des très bons. Il s’agira uniquement d’AA de sections I ou II. Nous avons décidé de ne pas nous limiter aux chevaux issus de nos étalons. Dans un premier temps, la sélection se fera sur dossier. Sur place, les chevaux seront pris en charge par nos équipes pour le toilettage. Nous travaillerons avec les Young Breeders (jeunes éleveurs, ndlr), qui assureront les présentations en main. L’objectif de cet événement haut de gamme est de tirer notre élevage vers le haut, de reconnaître la qualité de nos chevaux et ainsi de générer des prix de vente plus importants. Les clients allemands, suisses, néerlandais, espagnols ou italiens étant demandeurs de chevaux 100% AA, à nous de nous organiser pour leur vendre des chevaux répondant à leurs attentes. Il n’y aura que des chevaux avec de vraies souches.”
 
Même si cette race compte déjà peu de reproducteurs et de naissances en race pure, Pierre Lesparre estime qu’il ne faut pas percevoir cette vente comme une fuite de la génétique: “Chez les bovins, les éleveurs de Blondes d’Aquitaine et de Bazadaises nourrissaient la même crainte au début. Au contraire, ces ventes permettent de tirer le prix de chevaux vers le haut, de stimuler l’élevage et d’obliger la génétique de base à progresser en race pure. Il y aura aussi des acheteurs français, car cette vente ne sera pas réservée aux étrangers. Certains ont affiché leur volonté de trouver un excellent mâle AA. Il faut donc y voir une nouvelle dynamique positive pour l’élevage équin.”

Les sélections débutent dès maintenant. Les éleveurs intéressés peuvent d’ores et déjà se rapprocher de l’association Génétiqu’Anglo.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #95 GRANDPRIX n°95 AVRIL

GRANDPRIX #95

(GRANDPRIX n°95 AVRIL)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter