Mercredi 27 septembre - 22h47

“Notre nouveau partenariat sera célébré avec style à Barcelone”, Ingmar de Vos

À quelques heures du coup d’envoi de la finale mondiale de la Coupe des nations à Barcelone, événement disputé pour la première fois aux couleurs de Longines, Ingmar de Vos, président de la Fédération équestre internationale (FEI), évoque ce grand rendez-vous sportif, mais aussi le renouvellement du partenariat global entre la FEI et la maison horlogère suisse, son élection en tant que membre du Comité international olympique ou encore l’attribution des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris et de 2028 à Los Angeles.

GRAND PRIX : Quel est votre état d’esprit avant cette grande finale mondiale du circuit FEI des Coupes des nations organisée pour la première fois sous l’égide de la maison Longines en tant que partenaire titre?
INGMAR DE VOS : Nous sommes très heureux de voir les meilleures équipes de saut d’obstacles du monde ici à Barcelone pour notre première finale avec Longines en tant que partenaire principal de la plus ancienne et prestigieuse série d’épreuves par équipes des sports équestres. Le soutien de Longines au circuit FEI des Coupes des nations est un véritable vote de confiance en faveur de cette série dont nous célébrons les cent huit ans en 2017. Notre nouveau partenariat sera célébré avec style à Barcelone, au magnifique Real Club de Polo qui a accueilli les épreuves équestres olympiques des Jeux organisés il y a vingt-cinq ans. Le partenariat de long terme entre Longines et la série débutera véritablement à partir de 2018, et les équipes nationales se disputeront les honneurs de la Longines FEI Nations Cup™ Jumping pendant de nombreuses années à venir.
 
G.P. : Cette finale créée en 2013 et organisée chaque année depuis lors à Barcelone changera-t-elle de lieu en 2018?
I.d.V : L’affectation de la finale de 2018 et l’approbation des changements de format de nos séries seront à l’ordre du jour de la réunion du bureau de la FEI lors de notre assemblée générale, en novembre prochain en Uruguay. Immédiatement après cette réunion, nous pourrons alors annoncer l’hôte de la prochaine finale.
 
G.P. : À l’occasion des championnats d’Europe Longines de Göteborg, fin août, la FEI et la maison horlogère suisse ont signé un nouveau partenariat de grande ampleur courant sur une très longue période. Que cela représente-t-il à vos yeux?
I.d.V : Ce nouvel accord avec Longines est le plus important de l’histoire de la FEI et peut-être même de l’histoire des sports équestres. En plus d’assurer l’avenir à long terme de notre série phare d’épreuves par équipes, celui-ci offre à l’intégralité de notre secteur un niveau de soutien totalement inédit. Nous sommes extrêmement reconnaissants de ce que fait Longines pour le monde équestre et pour la confiance que cette maison accorde à la FEI en tant que partenaire. Il s’agit d’une extension logique du partenariat existant extrêmement important. Je sais que je parle au nom de l’ensemble de la communauté équestre lorsque j’exprime ma gratitude envers Longines, et en particulier envers Nayla Hayek (présidente du conseil d’administration du groupe Swatch, propriétaire de Longines, ndlr), Walter von Känel (directeur général de Longines, ndlr) et Juan-Carlos Capelli (vice-président et directeur marketing international de Longines, ndlr), pour leur appui indéfectible à notre sport.
 
G.P. : Mi-septembre à Lima, le Comité international olympique a attribué l’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de 2024 à Paris et de 2028 à Los Angeles. Comment avez-vous accueilli cette double attribution?
I.d.V : Cette nouvelle nous a amplement satisfaits, car la France et les États-Unis sont deux pays jouissant d’une longue tradition et d’une histoire équestre pavée de succès. Dès lors, le soutien du public sera phénoménal. Au cours de l’histoire olympique, Paris et Los Angeles ont toutes les deux déjà accueilli des Jeux couronnés d’un succès incontestable. En outre, ces deux pays ont également organisé les Jeux équestres mondiaux (la France en 2014 en Normandie, et les États-Unis en 2010 à Lexington, puis à nouveau l’an prochain à Tryon, ndlr), l’événement phare de la famille équestre. De ce fait, nous sommes confiants quant à la qualité des infrastructures et des savoir-faire déjà en place. De plus, les deux fantastiques sites proposés pour accueillir l’équitation en 2024 (les jardins du château de Versailles, ndlr) et 2028 (le Sepulveda Basin Recreation Area, à vingt-cinq kilomètres au nord-ouest du cœur de Los Angeles, ndlr) offrent à la FEI une opportunité vraiment intéressante d’aider les deux équipes organisatrices à livrer les Jeux de la manière la plus rentable.
 
G.P. : À Lima, vous avez également été élu membre du CIO, consécration pour toute personne impliquée à un très haut niveau dans le monde du sport. Comment accueillez-vous cette nouvelle?
I.d.V : Naturellement, c’est vraiment un grand honneur pour moi à titre personnel, de même que pour la FEI, d’être élu membre du CIO. Je la perçois comme une reconnaissance claire de la façon dont la FEI a embrassé et continue d’adopter l’Agenda olympique 2020, de nos orientations quant aux changements des formats sportifs de nos épreuves pour les Jeux de Tokyo 2020, et de notre bonne gouvernance. Je remercie à nouveau les membres du CIO pour la confiance qu’ils m’ont témoignée, et je suis honoré de servir le mouvement olympique.

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #98 GRANDPRIX n°98 JUILLET-AOÛT

GRANDPRIX #98

(GRANDPRIX n°98 JUILLET-AOÛT)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Instagram

Twitter