Fin de carrière internationale pour Ulla Salzgeber

Ulla Salzgeber et Rusty aux Jeux équestres mondiaux de 2002, à Jerez de la Frontera.
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 22 septembre - 16h35 | Lucas Tracol

Fin de carrière internationale pour Ulla Salzgeber

À la tête d’un palmarès particulièrement fourni, l’Allemande Ulla Salzgeber a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale afin de se concentrer sur l’enseignement. À cinquante-neuf ans, celle qui a connu ses plus belles heures au début des années 2000 a fait le choix de laisser son frac au placard. Entraineuse à ses heures depuis toujours, elle tient à s’y consacrer pleinement désormais.

 - Fin de carrière internationale pour Ulla Salzgeber

Crédit : Ulla Salzgeber et Rusty lors de leur dernier championnat, les Jeux olympiques d'Athènes en 2004.

Fraichement retraitée et meilleure cavalière allemande au début du siècle, Ulla Salzgeber a notamment connu ses plus beaux succès en selle sur Rusty. Sur le fils de Rebus, elle a notamment remporté quatre médailles olympiques dont deux en or par équipes à Sydney et Athènes. En individuel, elle s’est offert le bronze à Sydney et l’argent à Athènes. Le couple a également remporté trois finales de coupe du monde, mais a finalement été disqualifié à Göteborg après un contrôle anti-dopage positif sur Rusty en 2003. L’année suivante, le sélectionneur allemand a tout de même fait le choix de sélectionner la cavalière pour les Jeux olympiques d’Athènes. Après la retraite de Rusty en 2005, Ulla Sallzgeber n’est jamais parvenue à obtenir une nouvelle sélection en grand championnat, en partie car Herzruf’s Erbe, le hongre qui a pris la succession de Rusty Grand Prix, était régulièrement blessé. Le fils de Herzuf a toutefois de très belles victoires à son palmarès et une troisième place dans la finale de coupe du monde à Leipzig, en 2011.
Désormais tournée vers le coaching de jeunes espoirs, l’Allemande n’exclut pas de participer à quelques concours nationaux de temps à autres, comme l’explique Dressursport Deutschland.

À lire également...

Réagissez