Franc succès pour l'éthologie aux rencontres de la Cense

Amoureux de chevaux, le comédien Thierry Lhermitte a pris part aux rencontres de la Cense.
Crédit : FFE/La Cense

Mardi 19 septembre - 11h49 | Justine Mattioli

Franc succès pour l'éthologie aux rencontres de la Cense

Au sud-est de la forêt domaniale de Rambouillet, un site atypique mêlant nature, prairies verdoyantes et chevaux dans une architecture américaine, a accueilli ce week-end un rendez-vous majeur pour les amoureux de chevaux. Pensé et géré par un passionné mécène du cheval, le haras de la Cense est la propriété de William Kriegel. Tous les deux ans, il accueille dans ses installations un rendez-vous réunissant les férus ou les amateurs d’éthologie, entre journées pratiques, spectacles, visionnages de films et débats d’idées.

La nécessité de connaître le fonctionnement des chevaux pour être un cavalier juste est sans doute une lapalissade pour certains. Que nenni, après un week-end, du 15 au 17 septembre, à écouter, à voir et à découvrir les techniques de la Cense, l’expérience se révèle passionnante !
Comment penser le sport de haut niveau par le prisme de l’éthologie ? De prime abord, l’association semble peu évidente. Monter dans un van, supporter l’épreuve de la tonte, le public, les grands écrans lumineux pendant les compétitions, etc., sont autant de moments de potentiel stress pour notre compagnon. Apprendre aux chevaux à être manipulés dès le débourrage et les désensibiliser font gagner un temps précieux pour le futur couple de compétiteurs. Travailler le jeune cheval sur des étapes répétitives avec des difficultés croissantes sont autant de clés pour la réussite future.
Le premier jour des rencontres de la Cense a été dédié aux tables rondes, à la réflexion autour de l’essayiste Luc Ferry, invité d’honneur qui s’est volontiers prêté au jeu. Outre les voitures de course et sa passion pour les chats, il a avoué être un véritable novice concernant les chevaux.
Les objets connectés ont été abordés comme des moyens mis à disposition du cavalier pour avoir une meilleure compréhension de son cheval, mais également de pouvoir juger du travail effectué et faire émerger des pistes d’analyse pour améliorer le travail et la performance.
Les masterclass ont occupé la journée du samedi. Tout au long de la journée un fil directeur : le travail du jeune cheval entre les techniques de débourrage (premières approches, manipulations) et les étapes incontournables de l’éducation et de l’apprentissage. Travail à pied, cross, dressage, parcours d’obstacles, un cocktail complet admirablement dosé par des professionnels accompagnés de grands témoins : Serge Cornut, Eric Vigeanel, Laurent Elias, Jérémy Le Roy et Francis Rebel.
Les rencontres de la Cense sont une fenêtre de compréhension pour le cavalier quels que soit ses objectifs. Il s’agit ici de connexion, de respect et de couple. 

À lire également...

Réagissez