Les Américains au sommet dans la Coupe des nations de Calgary

Crédit : Scoopdyga (archives)

Dimanche 10 septembre - 10h02 | Yeelen Ravier

Les Américains au sommet dans la Coupe des nations de Calgary

La célèbre Coupe des nations du CSIO 5* de Calgary, au Canada, s'est tenue hier. Au terme de deux manches plutôt bien construites et d'un barrage à toute vitesse, ce sont les Américains qui l'ont emporté, juste devant les Brésiliens. L'Allemagne s'est invitée sur la troisième marche du podium. La France, elle, a terminé sixième.

Epreuve phare de ce CSIO 5* de Calgary avec le Grand Prix, la Coupe des nations était attendue. Son coup d'envoi a été donné à 14h heure locale, et 22h heure française. Comme il en est de coutume, huit équipes y ont été au départ, prêtes à en découdre.

Ouvreuse de cette première manche, Lauren Hough avait la lourde tache de lancer son équipe américaine sur de bons rails. Ayant laissé la bonne Ohlala au repos pour le Grand Prix d'aujourd'hui, l'amazone avait choisi Waterford, qui s'en est fort bien sorti puisque le duo est sorti de piste avec une petite faute. Ce qui ne fut pas le cas malheureusement pour Eduardo Menezes, deuxième à partir, qui a bien failli créer une véritable vague de panique. Alors qu'il déroulait son parcours sur Quintol, le Brésilien a semblé presque perdre connaissance en plein saut, se laissant quasiment tomber à la réception d'un oxer. Ne se relevant pas tout de suite, les diffusions en direct ont même été arrêtées pendant une quinzaine de minutes, avant que l'épreuve ne reprenne son cours. Ses trois coéquipiers, Pedro Jonqueira Muylaert, Yuri Mansur Guerios et Pedro Veniss ont été magistraux, signant tour à tour le sans-faute. Mention spéciale pour Pedro Veniss, qui déroulait aux rênes de Quabri de l'Isle. L'alezan, qui avait connu une lourde baisse de forme ce printemps, s'est affiché hier dans une superbe forme. Parcours également à saluer pour Nicola Philippaerts qui, après avoir été victorieux le premier jour dans une épreuve à 1,60m, a à nouveau bouclé un sublime parcours avec H&M Harley vd Bisschop. Les Allemands ont aussi commencé leur Coupe des nations de la plus belle manière, l'ouvreur Philipp Weishaupt signant le score vierge de toute pénalité avec Solitaer 41. Holger Wulschner et BSC Cha Cha Cha sont eux sortis de piste avec un point de temps dépassé, avant que Patrick Stuhlmeyer ne signe un nouveau sans-faute avec son fidèle Lacan 2. Marco Kutscher, qui devait clôturer le quatuor, a lui écopé de cinq points de pénalité avec Clenur.

POUR LES BLEUS

La France dans cette Coupe des nations, qui, rappelons-le, ne compte pas dans le circuit officiel FEI, avait choisi d'aligner quatre couples inexpérimentés à ce niveau. Parti en éclaireur, Kevin Staut avait opté pour Silver Deux de Virton*HDC. L'alezan a déroulé un superbe parcours, piloté par le numéro quatre mondial, mais n'a pu éviter une faute sur le mur en numéro 2. Même si le Tricolore semblait très déçu de cette petite faute en sortie de piste, ce premier tour était loin d'être décevant. Deuxième à partir, Julien Gonin a lui eu plus de mal. Aux rênes de Soleil de Cornu CH, l'Isérois, dont c'était la première Coupe à ce niveau, a péché sur l'étroit vertical numéro 4, la rivière juste après et l'entrée de triple en numéro 8, et récolté deux points de temps... Alexandra Paillot a ensuite tenté de rectifier le tir, mais a laissé le fichu vertical 4 à terre, écopant d'un point de temps supplémentaire. Olivier Robert et Eros, couple qui participera à la finale de Coupe des nations fin septembre à Barcelone, ont eux concédé quatre points à la dernière rotation.

Les Américains tiennent jusqu'au bout, Beezie Madden magique

La seconde manche s'annonçait intéressante, même si deux blocs se distinguaient clairement au niveau des résultats. La Suisse, la Belgique, ou encore la France n'ont pas réussi à remonter la pente, laissant le champ libre aux équipes en tête. Les Américains n'ont franchement pas lâché l'affaire, Lauren Hough et Charlie Jacobs signant un superbe sans-faute. La jeune Lillie Keenan s'est alors élancée avec Fibonacci 17, l'ancien crack de Meredith Michaels Beerbaum, avec qui l'Américaine forme honnêtement un joli couple. Malgré une faute, tout comme en première manche, le duo devrait tirer un bilan positif de cette Coupe de haut niveau. Heureusement, Beezie Madden était là, en dernière, pour boucler le sans-faute et maintenir leur score total à huit points. Un score qui a été égalé par les Brésiliens. Ces derniers n'ont d'ailleurs pas pu compter sur Eduardo Menezes en cette seconde manche, qui aurait voulu repartir, mais n'y a pas été autorisé sur ordre médical. Ses trois mousquetaires ne se sont pas laissés abattre. Pedro Jonqueira Muylaert, le héro du dernier Grand Prix de La Baule, n'a écopé que de quatre points, Yuri Mansur Guerios a bouclé un sans-faute, et Pedro Veniss et Quabri de l'Isle ont laissé une petite barre à terre. Avec huit points au total, les Etats-Unis et le Brésil ont dû se préparer à un dernier match, le barrage. Et la victoire est finalement revenue à Beezie Madden, franchissant la ligne d'arrivée indemne en 39"21, contre 39"75 pour Pedro Junqueira Muylaert. 

Accusant le score de seize points de Philipp Weishaupt, et deux parcours à quatre points, les Allemands ont dû se résigner à accrocher la troisième place, juste devant le Canada. Même si le résultat n'est pas forcément celui souhaité pour les Canadiens, le chapeau bas revient à Ian Millar. Une fois de plus, le doyen de soixante-dix ans a livré un véritable spectacle, bouclant un sans-faute phénoménal sur Dixon. 

POUR LES BLEUS

Cette seconde manche, pour les Vestes Bleues, n'a été guère meilleure que la première. Kevin Staut n'a pas réussi à améliorer son score, faisant tomber la palanque et l'entrée de double final. Julien Gonin n'a lui écopé que de quatre points, également sur l'entrée de double, le numéro 11. Alexandra Paillot a concédé elle cinq points, fautant sur le numéro 6 et prenant un point de temps. Olivier Robert, en clôture d'épreuve, a accusé deux fautes.
Un bilan plutôt négatif sur le papier pour les Tricolores, mais une fois encore, de nouveaux duos ont été testés à ce niveau, ce qui devrait forcément porter ses fruits par le futur.
 

À lire également...

Réagissez