Nicola Philippaerts savoure la Cana Cup de Calgary

Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 08 septembre - 12h06 | Yeelen Ravier

Nicola Philippaerts savoure la Cana Cup de Calgary

Pour la deuxième journée du mythique CSIO 5* de Calgary, étape du Grand Slam, c'est Nicola Philippaerts qui a été le roi ! Le Belge, aux rênes de H&M Harley van de Bisschop, a devancé les meilleurs pilotes du circuit, notamment Steve Guerdat et Maikel van der Vleuten, qui ont complété le podium.

C'est hier après-midi, heure locale, que la deuxième épreuve d'envergure a débuté au CSIO 5* de Calgary. Premier des quarante-cinq cavaliers à s'élancer dans la Cana Cup à 1,60m, Julien Gonin qui a ouvert le bal. L'Isérois, associé à son fidèle Soleil de Cornu CH, a écopé d'une faute de deux points de temps. Un chronomètre qui fut assez serré, puisqu'ils ont été pas moins de quatorze à en faire les frais ! Sans ces dixièmes de seconde de trop, Marco Kutscher sur Clenur, Vladimir Tuganov avec Cosun et Philipp Weishaupt avec LB Convall auraient pu se qualifier pour le barrage. 
Parti en quatrième, Edwin Smits n'a pu empêcher son élimination avec Pikelot von hof, tout comme l'Italien Paolo Laini plus tard avec Ten Ten. Finalement, le premier sans-faute a été applaudi dès le sixième cavalier, après le passage de Maikel van der Vleuten. Le Néerlandais, en selle sur son fidèle VDL Groep Verdi, qui ne consacre dorénavant plus qu'aux Grands Prix de prestige, a bouclé un parcours parfait. À sa suite, le numéro un mondial n'a pas fait taire sa réputation. Kent Farrington a déroulé un superbe tour sur Voyeur, se qualifiant pour le barrage. Puisqu'ils en ont le droit dans certaines épreuves, l'Américain s'est même payé le luxe de signer un autre sans-faute, cette fois-ci avec la bien-nommée Gazelle, avec qui il avait remporté le Grand Prix 5* de Valence fin août. Sa compatriote, reine de la discipline, Beezie Madden, l'a rejoint, aux commandes de Darry Lou, un jeune étalon de neuf ans. Belle et glorieuse ambiance ensuite pour Keean White ! Le Canadien a été le seul de ses compatriotes à signer le score parfait, accompagné de Corette, et donc applaudi comme il se doit. 

Côté Français, le deuxième à partir a été Olivier Robert, sélectionné pour la finale de Coupe des nations de Barcelone avec Eros. Sur ce même hongre bai, le Bordelais est sorti de piste sans aucune pénalité. Kevin Staut et le puissant Silver Deux de Virton*HDC en ont fait de même. Pedro Veniss sur Felicila, Steve Guerdat avec Cayetana et Nicola Philippaerts en ont tous fait de même, amenant le nombre de barragistes à onze.

Nicola Philippaerts arrache enfin sa victoire à Calgary

Ils ont beau avoir été onze à se qualifier pour le barrage, seuls neufs y ont participé, puisque Beezie Madden et Kent Farrington, accompagné de Voyeur, ont préféré économiser leurs montures. Premier à partir, Maikel van der Vleuten a bouclé un très bon parcours sur un VDL Groep Verdi très à l'aise et frais, puisqu'ayant profité d'une longue pause ces dernières semaines. Serrant ses virages au maximum, le Néerlandais a franchi la ligne d'arrivée en 42"40. Mais c'était sans compter sur Steve Guerdat et Nicola Philippaerts, qui ont su faire mieux. Le champion olympique suisse a déroulé un tour parfait avec Cayetana, mais a été devancé par Nicola Philippaerts, bien décidé à enfin décrocher une victoire à Calgary, depuis le temps qu'il la voulait ! Le Belge a déroulé son tour en 41"25 sur H&M Harley vd Bisschop, s'adjugeant la victoire.
"Cela fait quelques années que je viens ici et cela m'a pris quelques temps pour gagner une épreuve !", s'est exprimé le vainqueur en conférence de presse. "Mon cheval était très bien aujourd'hui, c'est de bonne augure pour la suite de la semaine. Il y avait des cavaliers rapides pendant ce barrage, notamment Steve qui a signé un tour très vite. Mon cheval est naturellement rapide et a beaucoup d'amplitude, donc j'ai essayé 
d'aller le plus vite possible sans prendre trop de risques. J'ai eu un peu de chance parce que Kent (Farrington, ndlr) a fait une faute. À chaque fois qu'il est sans-faute, il gagne !"

 

À lire également...

Réagissez