Peder Fredricson est resté d’acier à Göteborg

Crédit : Scoopdyga

Dimanche 27 août - 20h05 | À Göteborg, Sébastien Roullier

Peder Fredricson est resté d’acier à Göteborg

Peder Fredricson est devenu champion d’Europe de saut d’obstacles, cet après-midi à Göteborg. Au terme d’un championnat quasiment parfait avec le fabuleux H&M All In de Vinck, il s’est finalement imposé avec à peine plus d’un demi-point d’avance sur le Néerlandais Harrie Smolders, qui est revenu de loin arracher l’argent avec le puissant et courageux Don VHP Z. Le bronze a récompensé l’Irlandais Cian O’Connor et le génial Good Luck. Retour sur une finale qui a tenu ses promesses.

 - Peder Fredricson est resté d’acier à Göteborg

Quelle rémontée pour Harrie Smolders et Don VHP Z!
Crédit : Scoopdyga

Six ans après le génial Rolf-Göran Bengtsson, Peder Fredricson est devenu le deuxième cavalier suédois sacré champion d’Europe de saut d’obstacles, en conclusion des Jeux équestres européens Longines de Göteborg, cet après-midi en Suède. Celui qu’on surnomme "Swedish Steel" ou "l’Homme d’acier suédois" a su supporter la pression, lui qui évoluait à domicile dans un stade très grandement acquis à sa cause, lui qui était en tête de ces championnats depuis la Chasse de mercredi matinà sa grande surprise d’ailleurslui qui était parvenu à offrir l’argent à son équipe vendredi, et lui qui avait à cœur de décrocher l’or après sa splendide médaille d’argent des Jeux olympiques de Rio l’an passé. Fils de l’ancien directeur du Haras national suédois de Flyinge, frère cadet de l’excellent et sympathique Jens Fredricson, et mari de Lisen Bratt Fredricson, cavalière de haut niveau jusqu’il y a peu, l’ancien complétiste et homme de cheval accompli a empli de joie les 15 000 spectateurs installés dans le majestueux stade Ullevi, presque plein – enfin! – cet après-midi.
 
Même si cette finale a tenu ses promesses jusqu’au bout avec du suspense, de terribles désillusions et de glorieuses remontées, et même si les parcours du Néerlandais Louis Konickx ont été largement à la hauteur de l’événement, on aurait peut-être aimé voir une première manche un peu plus longue. De manière assez curieuse, la Fédération équestre internationale avait imposé au chef de piste deux longs tours dans l’épreuve par équipes, avec deux fois dix-sept efforts, puis "seulement" quinze et douze aujourd’hui. La compétition gagnerait probablement à ce que ces efforts soient repartis de manière plus équilibrée, mais aussi à ce que la formule de la finale soit revue. En effet, il ne semble pas très juste que les sans-faute de la première manche ne puissent pas forcément repartir dans la seconde, réservée ici aux douze meilleurs du classement général. Quoi qu’il en soit, comme l’a très bien dit Cian O’Connor en conférence de presse, les trois couples sur le podium sont trois des tout meilleurs de la planète, confirmant le succès sportif de ces championnats.

Terrible dimanche pour la Suisse, la Belgique, l’Allemagne et l’Italie…

Terrible dimanche pour la Suisse, la Belgique, l’Allemagne et l’Italie… - Peder Fredricson est resté d’acier à Göteborg

Cian O'Connor et Good Luck avaient l'or au bout des doigts, mais...
Crédit : Scoopdyga

À 14h, les vingt-cinq meilleures paires se sont donc retrouvées dans une première manche où les fautes sont surtout intervenues en début et en fin de parcours : le large oxer 2 pour le Suisse Steve Guerdat et Bianca, pourtant si brillants lors des CSIO 5* de Division 1 européenne, le vertical 1 et l’oxer 2 aussi pour le Néerlandais Jur Vrieling et VDL Glasgow van’t Merelsnest, pourtant si flamboyants au CSIO 5* de Rome, le verticaux 10b (du triple) et 11 pour le Belge Grégory Wathelet et Coree, pourtant si fabuleux au CSIO 5* d’Aix-la-Chapelle, et le 10b encore pour l’Espagnol Sergio Alvarez Moya et G&C Arrayan, pourtant si forts lors du CSI 5* de Cannes. Héroïque vendredi et deuxième au classement général, Martin Fuchs n’a malheureusement pas retrouvé un Clooney 51 aussi vaillant aujourd’hui, s’inclinant sur le vertical placé à l’entrée du double en 4 et l’oxer 10a d’entrée du triple. Dure finale pour le duo suisse, co-vainqueur cette année du Grand Prix CSI 5* de Treffen, qui se consolera toutefois avec sa belle médaille de bronze collective.
 
La seconde manche semblait destinée à se jouer dans un impressionnant triple composé d’un vertical, d’un oxer sur bidet et d’un vertical sur bidet, mais le très sec vertical 5 a aussi fait des dégâts. Déjà malheureux comme les pierres vendredi soir après leur terrible quatrième place par équipes, les trois Belges encore en course n’ont pas réussi à se venger individuellement. Déjà trop loin de toute façon, Jérôme Guéry et Grand Cru van de Rozenberg ont échoué sur le milieu du fameux triple. Idem pour Niels Bruynseels, qui n’a cédé qu’un point de temps avec la généreuse Cas de Liberté, lauréate du Grand Prix CSIO 4* de Linz. Sans faute en seconde manche, Peter Devos aurait créé l’exploit avec le sacré Espoir s’il n’avait pas fauché le maudit oxer 2 dans la première… Idem pour l’Allemand Marcus Ehning et le SF Prêt à Tout, pourtant doubles sans-faute des Coupes des nations de Rotterdam et Aix-la-Chapelle, et pénalisés en première manche sur le 10b. Révélation de ces championnats, l’Israélienne Danielle Goldstein a sûrement pris de l’expérience avec l’extraterrestre Lizziemary, lauréate du Grand Prix CSI 5* d’Estoril, mais elle n’en a pas moins concédé quatre points dans chaque manche.

Trois hommes forts et trois chevaux d’expérience

Trois hommes forts et trois chevaux d’expérience - Peder Fredricson est resté d’acier à Göteborg

Crédit : Scoopdyga

Trop éloigné du podium malgré son sans-faute initial, dans ce dernier acte, l’Irlandais Denis Lynch a fauché le 1 et lâché un point de temps. La frustration est encore bien plus grande pour l’Italien Alberto Zorzi et le crackissime Cornetto K (consacrés lors du Grand Prix CSI 5* de Monte-Carlo), cinquièmes au général ce matin, et finalement quatrièmes ce soir après leur faute en première manche sur le 2 – encore! – et leur point de temps dans la seconde… L’Allemand Philipp Weishaupt et le surpuissant LB Convall auraient pu terminer quatrièmes, la pire place de toute façon, mais un surprenant refus, deux autres fautes et quatre points de temps les ont relégués au douzième rang. Cruel dimanche aussi pour l’Irlandais Shane Sweetnam et Chaqui Z, vainqueurs du Grand Prix CSIO 4* de Wellington cet hier. Troisièmes au provisoire, ils ont finalement cédé quatre points à chaque tour dans le triple, sur le 10c puis le 9a.
 
Finalement, le podium a consacré trois hommes forts et trois chevaux d’expérience. Remonté de la neuvième à la troisième place grâce à son premier clear round, le Néerlandais Harrie Smolders a décroché l’argent au mérite d’un second sans-faute plein de maîtrise avec le métronome Don VHP Z, rarement gagnant mais toujours classé. Déchu de sa médaille d’or aux Jeux olympiques d’Athènes en raison du contrôle positif de Waterford Crystal, Cian O’Connor était bien décidé à remporter un premier titre individuel après avoir porté son équipe à la victoire vendredi. Mais le génial Good Luck, lauréat du Grand Prix CSIO 5* de Sopot, s’est incliné sur le vertical 5, si bien que l’Irlandais a dû se satisfaire du bronze.

Lorsqu’il est revenu en piste, acclamé par tout le stade, Peder Fredricson disposait d’un matelas de cinq points avec le merveilleux H&M All In de Vinck, vainqueur quant à lui du Grand Prix CSIO 5* de Rotterdam. Entré presque tranquillement au trot enlevé, le Suédois a montré le méchant triple à son crack. Malgré cette précaution, le couple a fini par y fauter sur le deuxième élément, et aussi à dépasser le temps. Certes, il s’est donc imposé par la plus faible des marges, mais l’histoire ne retiendra que cette sublime victoire: celle d’un cavalier froid et diablement précis avec un cheval d’exception revenu encore plus fort après avoir survécu à des coliques. Une bien belle histoire, en somme.
 
Le classement final

À lire également...

Réagissez