Les Néerlandais conservent l'or, quatrième place historique pour la France

Anthony Horde, membre de l'équipe de France.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 27 août - 13h20 | À Göteborg, Yeelen Ravier

Les Néerlandais conservent l'or, quatrième place historique pour la France

À l'issue de la maniabilité, dernière épreuve des championnats d'Europe Longines d'attelage à Göteborg, ce sont les Pays-Bas qui se sont habillés de la médaille d'or, devant l'Allemagne et la Belgique. En individuel aussi, pusque c'est le quasi-intouchable Ijsbrand Chardon qui l'a emporté, à moins d'un point d'Edouard Simonet. Et pour la France, ce fut une historique quatrième place par équipes, le meilleur résultat tricolore de l'Histoire dans la discipline.

C'est à 10h que le coup d'envoi a été donné pour l'ultime test des championnats d'Europe d'attelage, la maniabilité. Après le marathon d'hier, qui aurait pu fatiguer et bousculer le classement général, les vingt-et-un meneurs au départ devaient équilibrer leurs performances entre prise de risques et sécurité. 
Et finalement, ce ne sont que vingt cavaliers qui ont été classés. Sixième à s'élancer avec son attelage, Johan Dengg a effectivement été éliminé, écopant d'un nombre trop important de fautes sur les cônes. Lourde déception donc pour les Suédois - et leurs supporters -, en ballotage pour une quatrième place par équipes contre la France. Pas de surprise en revanche pour les Néerlandais. Premier des Oranje à dérouler sur la piste du stade Heden, Koos de Ronde a signé la meilleure prestation de la matinée, n'écopant d'aucune faute. Théo Timmerman et le numéro deux mondial Ijsrand Chardon n'ont eu qu'à confirmer l'avance néerlandaise en bouclant respectivement des passages à 0.68 et 3 points. Ce dernier, en plus d'une médaille d'or par équipes emportée haut la main, s'est offert l'or individuel. Le favori a donc pris franchement sa revanche sur sa médaille d'argent décrochée à Aix-la-Chapelle en 2015, où il s'était fait voler la vedette par l'Allemand Michael Brauchle.
Pour les Germaniques, ce fut le deuxième métal. Malgré l'absence de maniabilité sans faute, et notamment le passage de Mareike Harm, déjà un peu décevante hier lors du marathon, la Mannschaft s'est adjugé l'argent. Le podium a été complété par la Belgique. Menés par Edouard Simonet, d'ailleurs frère du chef d'équipe français Quentin Simonet, les Diables Rouges n'étaient qu'à une dizaine de points de l'Allemagne. Pour le leader, il s'est en plus offert le luxe de s'emparer de la médaille d'argent individuelle.

LES BLEUS HISTORIQUES À GÖTEBORG

Et pour les Bleus, quelle fin de championnat historique ! À force de travail et en pleine progression vers le tout haut niveau avec plusieurs attelages en formation, l'équipe de France a enregistré son meilleur résultat de l'Histoire de la discipline en terminant quatrième, à seulement treize points du podium. Pour les trois Benjamin Aillaud, Anthony Horde et Thibault Coudry, le bilan est donc évidemment positif, même si la médaille n'est qu'en chocolat et que quelques rebondissements sont survenus pendant ces quatre jours.

Pour Anthony Horne, c'est une seizième place finale. Et quel heureux était-il ce matin, puisqu'il a terminé deuxième de la maniabilité ! "Nous avons changé un cheval de place pour cette dernière épreuve", explique-t-il. "Nous avons fait un stage avec Felix  (Marie Brasseur, ndlr) la semaine et nous avions essayé de changer un cheval de place. Ce changement a donné plus de vie au team, plus de force dans la traction. Les chevaux étaient plus faciles à mener devant. Nous nous étions hier soir que si la piste n'était pas trop regardante sans trop de décoration, nous allions faire une modification. Donc nous avons tenté ! Nous avons gardé un rythme très régulier, qui nous a permis de rentrer dans le temps imparti. Il était d'ailleurs assez difficile à respecter parce qu'il y avait des passages très subtils, où nous étions obligés de ralentir et de casser un peu le rythme des chevaux. Les portes 4, 5 et 6 étaient difficiles. C'est la première fois de l'année que j'arrive à rentrer dans le temps ! Mon bilan personnel, c'est qu'il faut que je trouve deux chevaux pour le dressage. C'est un petit souci, même si les chevaux que j'ai sont vraiment bons, mais plus pour le marathon !"

Thibault Coudry, quinzième en individuel, termine ses championnats sur une bonne note. Malgré ça, le Tricolore garde en tête sa déception sur l'épreuve de dressage, qui lui avait moyennement réussi. Et aujourd'hui, le meneur a eu un sacré manque de chance pour dérouler. En plein passage, le chronomètre de l'écran a disparu, ne lui permettant pas de surveiller le temps de référence. Sans savoir comment doser son rythme, le Français est alors sorti 3.05 points, mais sans faute. "C'est sûr que c'était un manque de chance... Cela donne des répères. Si j'avais pu regarder, j'aurais pu savoir si je devais prendre des risques pour rentrer dans le temps ou plutôt assurer. Je suis resté dans le train avec lequel j'avais commencé, mais au final, j'ai eu six secondes en trop. En soit, cela ne change qu'une place en individuel. C'est juste un petit peu dommage, parce qu'à Aix-la-Chapelle, et même en général, je rentre sans problème dans le temps. Je reste un peu déçu de mon dressage aussi, j'avais un cheval un peu excité, un autre qui a passé la langue... Nous n'avons pas pris les points que nous méritions. Et au marathon, mes chevaux étaient un peu fatigués. Je suis quand même content de mon championnat. Cela prouve que le travail fait tous ensemble a payé ! Pour des amateurs qui s'amusent, c'est bien ! Les Néerlandais sont des professionnels."

Et Benjamin Aillaud, lui, termine meilleur Français, à quelques pas du podium individuel avec une septième place finale. Ayant réalisé un superbe championnat depuis le début, le meneur au drapeau tricolore tire un bilan évidemment très positif. "J'aurais juste aimé que cette dernière épreuve de maniabilité soit plus sélective. Elle ne permet pas de faire le tri, j'aurais pu remonter sinon je pense. J'ai commencé la compétition avec ces quatre chevaux il y a un an, il y a trois entiers et un hongre, donc il a fallu que ça marche. Les équations commencent à se régler. Globalement, je suis content de mon championnat. Le dressage a été très bon, c'était notre deuxième meilleure performance de l'année. Nous allons continuer à travailler et à progresser comme nous le faisons. Je pense être sur la bonne voie !"

''C'est une première'', Quentin Simonet

Chef d'équipe de la France et chargé de mission , Quentin Simonet est évidemment ravi de la performance de ses cavaliers ! Avec une médaille en chocolat historique, les Bleus ont montré que leurs efforts commençaient à payer. Sa réaction :

"Pour l'épreuve de maniabilité de ce matin, le bilan est positif, les trois ont eu de bons résultats. Anthony est parti au tout début, donc n'avait pas beaucoup d'informations, mais a réalisé un super sans-faute. Le seul petit regret est pour le passage de Thibault, où le chronomètre intermédiaire a disparu en pleine épreuve. Il n'avait pas de référence et ne pouvait pas régler son rythme, et a fait quelques points de temps, ce qu'il n'a jamais ! Benjamin a été parfait, juste quelques dixièmes de seconde de trop. Il aurait fallu que ce soit un peu plus sélectif pour qu'il puisse tirer son épingle du jeu. 
Pour l'équipe, nous savions de toute manière que s'il n'y avait pas de catastrophe dans l'équipe belge, nous serions derrière. C'est quand même dommage parce que nous étions proches, mais c'est une première et c'est encourageant pour la suite ! Là où nous avons péché je pense, c'est sur la reprise de dressage de Thibault et le marathon où Thibault et Benjamin ont eu deux tombants chacun. Cela nous donne juste encore plus de motivation pour les Mondiaux de l'année prochaine ! Ce qui est très encourageant, c'est que nous avons un réservoir plutôt important, puisqu'il y a encore Sébastien Mourier, Sébastien Vincent, Maxime Maricourt... Nous avons de plus en plus de propriétaires qui rallient l'équipe de France, c'est important et il faut que ça aille encore plus loin ! Il faut que les performances françaises s'inscrivent dans la durée, et quels que soient les noms des sélectionnés.
Pour le futur, il y aura une Coupe des nations importante début septembre, puis nous essaierons de faire rentrer Benjamin Aillaud dans le circuit de Coupe du monde."

 

À lire également...

Réagissez