’’Quand on ne gagne pas on apprend’’, Thomas Carlile

Crédit : Scoopdyga

Dimanche 20 août - 11h13 | Johanna Zilberstein

’’Quand on ne gagne pas on apprend’’, Thomas Carlile

Grand favori, Thomas Carlile a connu une terrible déconvenue hier, sur le très difficile cross des championnats d’Europe de Strzegom. 

Aujourd’hui, le pilote est revenu, via les réseaux sociaux, sur cette difficile journée. ’’Le scénario ne s'est pas du tout déroulé comme je l'espérais hier sur le cross de Strzegom’’, commence-t-il. ’’Je sortais de la boîte de départ plein de confiance en moi et en mon cheval. La combinaison très technique du numéro quatre me plaisait beaucoup. De la technique pure chose dont je raffole avec Upsilon. Mais j'ai du mal à la comprendre sa réaction au milieu de l'enchaînement, il ne m'a jamais habitué à cela.’’
Le cavalier tente également d’analyser la réaction d’Upsilon, son excellent partenaire. ’’Il est clair qu'Upsilon n'a pas du tout compris la question. Mais il y a également une forte réaction de peur dans son dérobé, dans la manière qu'il a utilisé sa force pour fuir. Et c'est cette crainte que je n'ai pas réussi à le réconforter suffisamment, qui est je pense, la cause majeure de ses dépréciations les combinaisons huit et treize’’, explique-t-il avant de tenter de trouver une réponse. ’’Bien sûr, on peut se poser pleins de questions. Trop jeune ? Trop vite ? Un obstacle trop dur ? Un sol désagréable ? Trop jeune ? Je ne pense pas... En regardant tout ce que nous avons pu accomplir cette dernière année. Trop vite ? Sûrement... Je pense avoir bien réglé mon abord d'entrée de combinaison. Mais avec le recul de ce qui s'est passé, à recommencer, je le monterai différemment avec encore davantage de préparation sur l'entrée et l'obstacle précédent. Un obstacle trop dur ? Nous sommes sur un championnat et je respecte tout à fait le niveau de difficulté. Il nous oblige, nous cavaliers, à bien se préparer et à être au niveau. Un sol désagréable ? Certainement, la qualité du terrain à Strzegom laissait à désirer. Et mon cheval, toujours très généreux dans ses efforts, le ressentait vraiment et je pense que ça l’a déstabilisé. Mais ce mauvais terrain était le même pour tous. Et d'autres chevaux se sont très bien comportés dessus. Donc encore du travail... À l'endurcir un peu. Si je devais me poser d'avantages de questions, je risquerais de finir interné pour folie en hôpital psychiatrique !’’
Thomas Carlile n’a en rien perdu son fair-play, saluant la prestation de Michael Jung, avant d’encourager ses coéquipiers. ’’Je retiendrai de ce championnat le parcours de Michi. Sa précision, son équilibre et la volonté à crever de sa jument. Je suis de tout cœur avec Cédric Lyard, Sidney Dufresne, Mathieu Vanlandeghem et Thibaut Vallette pour le reste de la compétition.’’ Et de conclure : ’’Quand on ne gagne pas on apprend’’.

À lire également...

Réagissez