Julien Epaillard prend de la hauteur à Valence

Julien Epaillard et Safari d'Auge sur le vertical à 1,95m
Crédit : Sportfot

Samedi 19 août - 22h51 | À Valence, Lucas Tracol

Julien Epaillard prend de la hauteur à Valence

Le public voulait une victoire tricolore ce soir, Julien Epaillard a exaucé son voeu ! Aux rênes de Safari d'Auge, le Normand a été le seul à franchir 1,95m. Aldrick Cheronnet sur Ciska van Paemel et Santiago Diaz Ortega sur Chaccilot ont eux franchi 1,85m sans faute, synonyme de deuxième place ex-aequo.

Au terme de quatre barrages, la Marseillaise a retenti sur la piste valentinoise ce soir grâce à la performance de Julien Epaillard et du cheval qu'il a lui même élevé, Safari d'Auge. Déjà vainqueur dans l'épreuve d'ouverture, le couple a véritablement survolé la ligne de quatre verticaux, ce qui leur a valu une nouvelle remise des prix. Si le tricolore Aldrick Cheronnet et sa grise Ciska van Paemel ont impressionné de faclité lors de leurs trois premiers passages, une faute dans la ligne du quatrième barrage leur a coûté la qualification pour un cinquième tour face à Julien Epaillard. Rageant, puisque tous deux ont passé le vertical à 1m95 avec facilité. Sur ce même obstacle, le Colombien Santiago Diaz Ortega et son fils de Chacco Blue, Chaccilot, voyaient leurs chances de victoire s'envoler. Lui aussi sans faute sur les trois premiers tours, Marco Kutscher a préféré préserver sa bonne Chaccorina et n'a pas pris le départ sur la dernière ligne. La Britannique Laura Renwick a elle tenté sa chance, malheureusement sans succès. Shiraz II, son fils de Vagabond de la Pomme de huit ans a en effet refusé les 1,95m, reléguant l'amazone à la quatrième place du classement. Bien que très soutenu par le public venu en nombre, le Britannique John Whitaker échouait sur 1m85 avec son imposant alezan Talisman de Mazure. Même sentence pour les deux jeunes belges Jos Verlooy et Constant van Paesschen. Ce dernier a d'ailleurs fait le choix d'engager, une jument qu'il monte pour la première fois en compétition, Bea van de Helle
 

À lire également...

Réagissez