Samedi 29 janvier - 15h56 | AnneClaireL

CSI 5* W : Le bon compte à Zurich !

Le Mercedes –CSI de Zurich débute demain sa 23ème édition avec trois jours de compétitions hautes en couleurs. Une cinquantaine de cavaliers représentants dix neuf nations seront au départ des différentes épreuves dont le Grand Prix Rolex vendredi et le Grand Prix Mercedes Classic de dimanche qui servira de support à l’étape suisse de la Coupe du monde.


 
Pour Rolf Theiler, co-président du concours, l’enthousiasme est toujours aussi grand : «  Pour nous c’est l’événement de l’année ! Nous accueillons à chaque fois plus de monde et les tables VIP sont prises d’assaut. C’est un grand rendez-vous pour le monde sportif et économique. La présence des meilleurs mondiaux nous permet d’offrir une superbe compétition dotée de près d’un million de francs suisses ! Nous restons ainsi le concours indoor le plus doté au monde ! » Une sorte de défi avec les Bâlois qui tend à montrer que l’argent n’est pas le souci en Helvétie… : « Nous avons des partenaires fidèles tels que Mercedes présent à nos cotés depuis 1988 et qui a déjà prolongé son contrat jusqu’en 2017. Depuis l’an dernier nous avons  ramené la compétition à trois jours au lieu de quatre. Cela nous permet d’avoir un programme bien rempli et de regrouper les dotations sur de grosses épreuves pour les meilleurs cavaliers du monde ! »  

 
La marque automobile allemande qui, rappelons-le, est également le principal partenaire du CHIO d’Aix La Chapelle, s’est également placée en pôle position dans le milieu du CSO suisse. Pour parfaire son image elle vient de désigner Pius Schwizer comme ambassadeur de la marque en lui accordant ainsi un partenariat privilégié au volant des voitures étoilées !

 
La chasse au point pour Delestre et Epaillard !

 
Si le numéro 1 mondial, [Kevin Staut], leader du classement provisoire (87 pts) est déjà assuré de sa qualification, cette neuvième étape promet d’être serrée puisque bon nombre de concurrents sont à l’affût pour glaner les points susceptibles de les mener à la finale de Leipzig. Parmi eux, [Simon Delestre] conserve toutes ses chances et [Julien Epaillard] est aussi potentiellement qualifiable. Deux cartouches françaises supplémentaires qui auront à cœur de briller sur la « petite » piste du Halen Stadion de Zurich, sous le regard attentif du sélectionneur : «  Nous avons encore toutes nos chances de qualifier deux autres cavaliers. Simon Delestre qui pointe à la vingtième place n’est qu’à qu’à une quinzaine de points des qualifiables. Nous ne savons pas encore combien de points seront nécessaires pour la qualification mais tout reste possible. Je pense qu’avec une moyenne de 40 ou 45 pts cela devrait être suffisant…tout est donc encore jouable pour lui mais aussi pour Julien Epaillard. Un podium relancerait tout le monde dans la course. »

 
L’étendard tricolore sera complété par [Philippe Rozier] qui fort de sa lancée suisse au CSI de Bâle sera à suivre dans les épreuves de vitesse et les GP comme l’an dernier où il prenait une belle sixième place avec Randgraaf. Pénélope Leprevost ne sera finalement pas de la partie préférant optimiser la bonne forme de ses chevaux en perspective des prochaines échéances. Un forfait annoncé mais ne laissant plus assez de temps pour une autre sélection française à laquelle Bosty aurait bien pris part… «  Nous sommes soumis au délai d’engagement et même si Pénélope m’a averti au plus vite cela n’a pas suffi pour engager un autre concurrent. C’est dommage mais nous serons en bon nombre à Bordeaux ! », précise Laurent Elias.

 
Les Suisses sur le qui-vive !

 
Pour l’instant le trou se creuse dans le gruyère pour les Suisses qui pointent timidement à mi-tableau. [Pius Schwizer] (36ème) et [Steve Guerdat ](37ème) ont engrangé chacun quinze points. Autant dire qu’ils vont batailler fort ce week-end pour prendre les précieux points nécessaires pour maintenir le drapeau fédéral au sommet du classement mondial. Urs Grünig, le nouveau sélectionneur de l’équipe suisse, suivra ses dix-huit cavaliers engagés dans les différentes épreuves, dont le plus jeune, Martin Fuchs, ne sera pas des moindres au vu de ses prestations à Bâle. Notons que Nadine Traber, installée depuis quelques années dans les écuries de son coach Thierry Pomel, sera également de la partie. Elle aura à cœur de briller pour une première sélection à ce niveau d’autant plus que ses amis du canton seront bien présents pour la soutenir !

Christian Gerhard

À lire également...

Réagissez