Les signes du cavalier qui ne trompent pas

Le style des cavaliers est mis à rude épreuve lorsqu'il pleut
Crédit : © Scoopdyga

Mardi 15 août - 15h12 | Maxence Magnin

Les signes du cavalier qui ne trompent pas

Être cavalier est tout un art. À force de fréquenter les écuries et les amis de celles-ci, des codes et des habitudes s’installent, jusqu’à en faire des caractéristiques uniques au cavalier. Avec celles-ci, n’importe quel autre confrère peut vous reconnaitre sans souci. Grand Prix Replay a essayé de rassembler les principales :   

  • - La voiture sale. Pour ne pas dire un autre qualificatif dévalorisant, la voiture du cavalier est en général loin d’être propre, au contraire. En effet, elle prend souvent une nouvelle fonction : celle de sellerie ambulante, avant comme après votre séance, qu’il pleuve ou qu’il fasse beau. Autant dire que le résultat n’est jamais très agréable à regarder au final.
  • - La tenue d’équitation en toutes circonstances. Que ce soit pour aller faire des courses ou autre chose, garder sa tenue avant ou après votre venue aux écuries ne vous dérange pas, malgré le regard des autres incessant de jugement.
  • - Le « SWAG » n’a plus de secret pour vous. Avec la pluie, le vent, le froid, toutes les solutions sont bonnes pour se protéger des intempéries, quitte à devoir dire adieux au bon gout pour éviter de tomber malade.
  • - Votre armoire d’équitation est plus remplie que celle des vêtements de ville. Entre les tapis, les brosses, les bandes, les guêtres de protection, les pantalons et les blousons, difficile de prioriser ce que l’on garde… ou garde dans ses placards !
  • - Se lever pour aller monter est bien plus facile que pour aller étudier ou travailler. 

 - Les signes du cavalier qui ne trompent pas


  • - Prévoir de rester deux heures aux écuries pour finalement y passer l’après-midi. Le classique direz-vous, entre ragoter des derniers potins entre ami(e)s et passer plus de temps à préparer votre cheval, le temps peut vite se rallonger.
  • - Passer plus de temps à panser son cheval que nettoyer sa chambre. En même temps, vous n’êtes pas seul pour réaliser la tâche et un peu de compagnie ne fait pas de mal.
  • - Tout prétexte est bon pour aller aux écuries. Voir des ami(e)s, aller aider pour un concours, aller se promener dans le bois environnant, tous les moyens sont bons pour passer plus de temps dans son élément.
  • - Faire brouter son cheval cinq minutes, pour finalement le laisser faire pendant une heure. Coup classique où l’on sait pertinemment que l’on va se faire avoir tout en sachant que cela fera forcément plaisir. 
  • - Faire un gâteau lorsque l’on tombe. La tradition se perd en grandissant, mais tomber de cheval petit était une bonne occasion de fêter cela avec un gâteau (s’il agissait d’une bonne chute). 

À lire également...

Réagissez