Toscan de Ste Hermelle a-t-il rejoint Abdullah al-Sharbatly ?

Crédit : Scoopdyga

Vendredi 11 août - 17h27 | Johanna Zilberstein

Toscan de Ste Hermelle a-t-il rejoint Abdullah al-Sharbatly ?

Proposé depuis quelques temps à la vente par Citizenhorses, Toscan de Ste Hermelle aurait trouvé propriétaire en la personne du Saoudien Abdullah al-Sharbatly. Mais ses anciens propriétaires n'approuvent ni l'acquéreur, ni la manière dont la transaction s'est faite avec le cavalier.

Proposé à la vente depuis quelques temps par Citizenhorses, Toscan de Ste Hermelle a trouvé son nouveau propriétaire en la personne du Saoudien Abdullah al-Sharbatly. C’est en tout cas ce qu’apprend Citizenhorses sur les réseaux sociaux. L’équipe, dont le propriétaire des chevaux, le Belge Alain van Campenhoud, et son épouse, la cavalière Élodie Laborde, se dit ’’atterée’’ et ’’sous le choc’’ de cette vente, dont il n’est pas à l’origine.
Car ce n’est pas à Abdullah al-Sharbatly que le Belge a vendu son étalon gris, mais à Vincent Lambrecht, vétérinaire belge, avec lequel Toscan a notamment participé au CSI 3* de Beervelde, le week-end dernier. Après cette première transaction, le cheval aurait ensuite été vendu à ’’un client taïwanais’’ du vétérinaire. Toujours étant qu’ensuite, comme le rapporte CitizenHorses, ’’Vincent Lambrecht a été approché par Sharbatly qui lui a demandé s'il vendait Toscan et celui-ci a directement accepté son offre’’.
À quatorze ans, le sBs devrait donc poursuivre sa carrière sous couleurs saoudiennes, malgré la colère de son ancien propriétaire belge, qui avait déjà, il y a quelques temps, refusé de lui vendre Cadjanine Z. ’’Nous avons décidé depuis quelques temps de vendre certains de nos chevaux mais notre priorité est de bien les placer car ils nous ont tous donnés de véritables moments de bonheur’’, peut-on lire sur les réseaux sociaux. ’’Nous avions refusé de lui vendred Cadjanine l’année dernière car jamais nous ne vendrons un de nos chevaux à ce cavalier. Cela nous a valu une altercation sérieuse avec lui car il n'acceptait pas que nous ne souhaitions pas recevoir d'offre de sa part.’’ Les propriétaires affirment même qu’ils étaient prêts à ’’racheté notre Toscan immédiatement’’ s’ils avaient su. ’’Nous n'avons pas de mot pour décrire notre tristesse et nous ne pouvons rien faire pour le récupérer’’, terminent-ils.’’Même si nous n'y sommes pour rien , excuses-nous Toscan.’’
Ils terminent en demandant ’’à toute personne apprenant des nouvelles de Toscan de nous prévenir’’.

À lire également...

Réagissez

  • mire - le 11/08

    la réaction des anciens propriétaires est bien compréhensible..................!! Etait ce cousu de fil blanc par le vétérinaire belge, je souhaite vivement que non!