Le sourire d’Alexandra Paillot illumine un superbe dimanche deauvillais

Crédit : Pixels Events/Longines Deauville Classic

Dimanche 06 août - 17h40 | À Deauville, Sébastien Roullier

Le sourire d’Alexandra Paillot illumine un superbe dimanche deauvillais

Alexandra Paillot et Polias de Blondel ont remporté leur tout premier Grand Prix international cet après-midi au Pôle international du cheval, à l’occasion de la première édition du Longines Deauville Classic. Les champions de France 2015 ont dominé une solide concurrence dans cette épreuve reine du week-end, disputée aux couleurs de la maison Longines et de la région Normandie. Les Normands Alexis Gautier et Edward Levy ont complété le podium avec Siroco de Coquerie et Sirius Black.

Même si la plus prestigieuse victoire de leur carrière restera leur magnifique titre de champion de France Pro Élite décroché en 2015 au Grand Parquet de Fontainebleau, le coupe Longines de la région Normandie trônera désormais en très bonne place dans le palmarès d’Alexandra Paillot et Polias de Blondel. Avec son fidèle hongre, le cavalière se partageant entre Chamant, dans l’Oise, et Wellington, en Floride, a remporté le premier Grand Prix international de sa carrière cet après-midi lors de la troisième et dernière journée du Longines Deauville Classic. Crédité du plus rapide des trois doubles sans-faute de cette épreuve reine, le fils de Désir du Château et d’une mère par Souviens Toi III, né dans le Cotentin, au nord-ouest de la région, a épaté un public venu en très, très grand nombre se masser autour de l’arène de sable deauvillaise.

En sortie de piste, la cavalière de vingt-neuf ans n’a évidemment pas caché sa joie : «Je suis aux anges, parce que nous décrochons ici notre premier Grand Prix, ce qui compte dans la carrière d’un couple. J’ai eu la chance de partir en fin d’épreuve, ce qui m’a permis de jauger la difficulté de la seconde manche. Polias a très bien sauté tout le week-end, puisqu’il m’avait déjà offert un double sans-faute dans la qualificative de vendredi. Je suis d’autant plus heureuse que je n’ai pas connu beaucoup de réussite cette année dans les Grands Prix. Il faut dire que nous en avons sauté beaucoup de niveau 5* donc à 1,60m, ce qui reste assez nouveau pour moi. Aujourd’hui, je suis arrivée en confiance et je suis très fière d’être parvenue à relever ce défi.» Désormais, Polias va profiter de trois semaines de repos avant de retrouver la compétition à Arezzo, puis de prendre la route du Maghreb pour participer au Morocco Royal Tour avec l’équipe de France.

Trente-neuf couples ont pris part à ce Grand Prix sur un parcours délicat imaginé par Frédéric Cottier. Douze en sont sortis sans faute, donnant lieu à une très indécise seconde manche. Hélas un peu trop lent dans la première, Guillaume Foutrier n’a pas pu y prendre part avec le prometteur Spike van de Withoeve, comme le veut désormais le règlement de la Fédération équestre internationale. Ne sentant pas Australia au top de sa forme, Timothée Anciaume, lui, a préféré en rester là. Dix couples se sont donc disputé la victoire.
 

«Je félicite l’équipe d’organisation», Philippe Guerdat

Parti sans prendre tous les risques et arrivé sans encombre, le Manchois Alexis Gautier ne pensait peut-être pas qu’il se hisserait à la deuxième place finale avec le très bon Siroco de Coquerie. Son bon temps de référence a finalement contraint ses adversaires à prendre des risques… et souvent à le payer en fin de course. Partie dans un train idéal, Alexandra Ledermann semblait en mesure de le battre. Malheureusement, la médaillée olympique normande a commis une regrettable erreur de parcours avec son tout bon Requiem de Talma. Pas de réussite pour Geoffroy de Coligny et le très rapide Raimondo du Plessis, fautifs sur le premier obstacle du tracé, et finalement sixièmes. Idem pour le Portugais Duarte Romao, battu sur le troisième obstacle avec Utopie d’Bonneville, cinquième. Ce même vertical a hélas occasionné un dommageable refus à Reynald Angot, huitième sur la vive Symphonie des Biches, puis une faute au Mexicain Federico Fernandez, septième sur l’expérimenté Gitano.
 
Edward Levy a signé le deuxième double sans-faute de l’épreuve avec l’excellent Sirius Black. Cependant, le jeune Normand n’a pas tout tenté et finalement dû se contenter de la troisième place. Alexandra Paillot a alors su en profiter, déroulant un tour rapide, très propre et sans sursis pour s’installer en tête… et finalement l’emporter! Juste après elle, Thierry Rozier s’est employé sans compter avec Venezia d’Écaussinnes, mais n’a pu empêcher une faute sur la sortie du double placé au milieu du parcours. Dernier concurrent en piste, Titouan Schumacher espérait bien profiter de la situation. Hélas, il n’a pas pu contrôler le très bon Atome Z comme il l’aurait souhaité, si bien qu’il n’est pas parvenu à trouver la mire face à l’oxer placé devant la porte. Il aura tout le temps de retenter sa chance en 2018!
 
De retour du Longines Global Champions Tour de Londres, Philippe Guerdat, installé en bord de piste sur le Kiss and Cry, n’a pas manqué une miette de cette épreuve, dont il salue la lauréate : «Je suis très heureux pour Alexandra, qui a mérité cette victoire après laquelle elle courait depuis un moment. La délégation française était de qualité. Edward Levy s’est bien comporté aussi, tout comme Alexis Gautier et Thierry Rozier, qui se montre de plus en plus régulier. C’est un très beau concours. Je félicite d’organisation, qui a su parfaitement habiller cette belle piste.» Voilà des mots qui raviront toute l’équipe qui a travaillé d’arrache-pied pour faire de cette première un vrai succès!
 
Les résultats
 
Retrouvez le programme détaillé, les listes de départs et les résultats du week-end sur http://www.deauvilleclassic.com/


Suivez l’ensemble des compétitions en live ici
 
Revivez le parcours des vainqueurs du Grand Prix Longines de la région Normandie à 1,50 m du CSI 3*
 

À lire également...

Réagissez