Isabell Werth, toujours en haut du classement mondial

Isabell Werth est sans conteste la reine du dressage mondial.
Crédit : Scoopdyga

Mardi 01 août - 13h00 | Yeelen Ravier

Isabell Werth, toujours en haut du classement mondial

Le classement mondial du mois d'août vient de sortir. Si Isabell Werth poursuit son règne en conservant la première position, le reste du classement a littéralement été chamboulée.

Pas de suspense, Isabell Werth reste la reine du dressage international en restant numéro une mondiale pour le neuvième mois consécutif avec son olympique Weihegold OLD. Sacrée dégringolade en revanche pour Kristina Bröring-Sprehe et Desperados FRH, qui passent de la deuxième à la soixante-septième position. Le duo avait réalisé l'an passé un exceptionnel CDIO 5* d'Aix-la-Chapelle, a donc perdu ses points engrangés ce mois-ci, et n'est pas sorti en compétition depuis quelques mois. Cette chute profite à Laura Graves. Excellente à Aix-la-Chapelle puisque victorieuse dans le Grand Prix avec Verdades, l'Américaine talonne donc l'Allemande Isabell Werth. Grosse diminution également pour Dorothee Schneider et Fohlenhofs Rock'n Rose, ancienne numéro trois mondiale et désormais soixante-dixième. Carl Hester monte donc de deux places et est troisième en duo avec Nip Tuck, tout comme Isabell Werth et Emilio 107, quatrièmes. 

La suite du classement n'est que remontée. Le jeune olympique Sönke Rothenberger est cinquième avec Cosmo 59, alors qu'Isabell Werth apparait pour la troisième fois dans le top 10 avec Don Johnson FRHen étant sixième. La Danoise Cathrine Dufour saute de trois sièges et brigue le septième, associée à Atterupgaards Cassidy. Severo Jesus Jurado Lopez et Lorenzo, Inessa Merkulova et Mister X, et Hans Peter Minderhoud, et Glock's Flirst, complètent ce haut de classement. 

Le premier Français à figurer au classement est Pierre Volla, cinquante-troisième avec son élégante Badinda Atena. Stéphanie Brieussel sur Amorak, et Bertrand Liegard avec Star Wars, sont aussi dans le top 100 en étant respectivement quatre vingt douzième et quatre vingt dix-huitième. 
 

À lire également...

Réagissez