Thomas Leveque s'échauffe avant le Grand Prix à Megève

Crédit : DR

Samedi 22 juillet - 20h17 | Johanna Zilberstein (avec communiqué)

Thomas Leveque s'échauffe avant le Grand Prix à Megève

Avant-dernier jour pour le Jumping International de Megève où était notamment programmé le Petit Grand Prix du CSI 3* qui a souri à Thomas Leveque.

Dans le Petit Grand Prix, qui se jouait au barème A au chrono suivi d’un barrage, les couples non-qualifiés pour l’épreuve phare du dimanche, abattaient ici leurs cartes pour espérer se partager les 24.500 euros mis en jeu.  Au départ, le couple champion de France 2013, Gregory Cottard et Pepyts des Elfs mais aussi la championne de France 2015,  Alexandra Paillot associée pour l’occasion à Tonio La Goutelle, qui faisaient partis des favoris, se laisseront malheureusement piéger. En effet, Frédéric Cottier avait concocté un parcours subtil dont un triple oxer-vertical-vertical en numéro onzesuivi d’un oxer final en bout de courbe face au public, laissant beaucoup de cavaliers à quatre points. Bel espoir de l’équitation française, Hugo Breul, parti en numéro six avec Utahmano Alu, restera longtemps le seul sans-faute. Il faudra attendre un autre jeune talent, l’helvète Bryan Balsiger et sa toute bonne Poppée de Damvil, pour rompre le sort. Douze se qualifieront finalement pour le barrage au terme duquel c’est le Rhônalpin, qui face à son public, s’offrira une très belle victoire aux commandes de Seurat Galotière. Dernier à s’élancer le Français avait pour unique intention celle de battre son compatriote Philippe Bernard qui, en selle sur Vivarno de Boisy, franchissait l’arrivée à 39’’73. "Ce qui a fait la différence : j’ai gardé mon calme, serré les virages et pris des risques sur le dernier, c’est ce qui a payé ! Je suis ravi de mon cheval, il est parfois un peu capricieux, mais ce soir il a été irréprochable, je suis fier de lui", exprimait le cavalier à l’issue de son tour bouclé en 38’’88 ! Podium bleu-blanc-rouge puisque Romain Dreyfus et Urasis de la Manade accrochent le bronze en 40’’37.

À lire également...

Réagissez