La Mannschaft au sommet de son art à Aix-la-Chapelle

Marcus Ehning était Pret A Tout pour amener son équipe à la victoire.
Crédit : Scoopdyga (archives)

Vendredi 21 juillet - 00h52 | À Aix-la-Chapelle, Lucas Tracol

La Mannschaft au sommet de son art à Aix-la-Chapelle

Ce soir, l’immense piste en herbe d’Aix-la-Chapelle accueillait huit des meilleures équipes de saut d’obstacles au monde pour un match au sommet. Au terme de deux manches riches en surprises, c’est l’équipe germanique d’Otto Becker qui l’a emporté, surplombant une rude concurrence. Les Etats-Unis et la Suisse ont complété le podium.

L’essentiel

C’est sur un parcours de Frank Rothenberger que trente-deux couples se sont élancés à l’assaut du si convoité double sans-faute. Parti en numéro un, Werner Muff mettait la Suisse sur de bons rails en signant un parcours parfait associé à Daimler. Une dynamique que la composition helvétique a su conserver à en juger par les doubles sans-faute du cavalier ouvreur et de Steve Guerdat. Associé à Hannah, une jument qu’il ne monte que depuis quelques mois, le Jurassien a délivré une véritable démonstration. Au terme de deux manches difficiles, la Suisse et les États-Unis ont su tirer leur épingle du jeu en concluant les deux actes avec huit points de pénalité. Véritables piliers de l’équipe américaine, Laura Kraut et McLain Ward réalisaient deux magnifiques doubles sans-faute, respectivement associés à Zeremonie et HH Azur. Otto Becker n’a certainement pas été déçu ce soir tant sa Mannschaft a brillé. Avec trois doubles sans-faute, les cavaliers du drapeau noir, rouge et jaune ont véritablement surclassé la concurrence. Philipp Weishaupt et Convall, le jeune Maurice Tebbel et Chacco’s Son ainsi que Marcus Ehning sur Pret a Tout se sont en effet promenés devant 40 000 supporters qui ne manquaient pas de les acclamer à chaque parcours parfait. Malgré une première manche très honorable, l’Italie a sombré dans la seconde avec notamment l’élimination de Piergorgio Bucci et Casallo Z dans le triple. Scénario similaire pour les Diables Rouges qui concluaient la seconde manche avec seize points.

Les bleus

Si la compétition a débuté en demi-teinte pour le clan tricolore, le scénario a vite viré à la catastrophe en seconde manche. Avec un total de douze points à l’issue du premier acte, les chances de victoire se trouvaient déjà en mauvaise posture pour accrocher une place d’honneur. Premier à s’élancer dans la seconde moitié d’épreuve, Philippe Rozier faisait le choix d’abandonner en seconde partie de parcours afin de préserver son cheval, Rahotep de Toscane. Sur l’olympique Sydney Une Prince, Roger-Yves Bost signait un nouveau parcours à quatre points synonyme de qualification pour le Grand Prix dominical. Malheureusement, le sort s’est acharné lorsque Cédric Angot a été contraint de jeter l’éponge en seconde manche. Dès lors, l’équipe de France était éliminée puisque la règle exige la présence de trois pilotes. Kevin Staut s’élançait donc avec Silver Deux de Virton*HDC pour tenter la qualification pour le Grand Prix, chose faite malgré une faute sur le second élément du double numéro onze.

Les tops

Que ce soit pour l’ambiance survoltée dans le stade de la Soers ou pour la beauté du sport, il ne fait nul doute que la démonstration germanique a été le temps fort de cette soirée. Malgré la pression qui pesait sur ses épaules, le tenant en titre du Grand Prix Philipp Weishaupt a mené son gris Convall de main de maitre jusqu’à assurer la victoire à son équipe.
 
Les flops
Deux très mauvaises nouvelles ont ponctué cette épreuve. La première est survenue relativement tôt dans la soirée lorsque le cheval du britannique Guy Williams a dû sortir de piste, transporté dans un camion d’ambulance. Après avoir commis plusieurs fautes, l’alezan s’est subitement mis à boiter à la réception de l’avant-dernier saut. Son pilote est alors immédiatement descendu et n’a bien évidemment pu prendre le départ de la seconde manche, aggravant le sort d’une équipe déjà à la peine. L’autre mauvaise nouvelle de la soirée, c’est le forfait de Saxo de la Cour dans la seconde manche. Après un premier tour seulement pénalisé de quatre points, le cheval de Cédric Angot s’est mis à boiter à froid. Un énième coup dur pour le quatuor mené par Philippe Guerdat.

 

À lire également...

Réagissez