La relève est assurée pour Alice Lainé

Crédit : PSV Morel

Jeudi 13 juillet - 14h44 | Léa Tchilinguirian

La relève est assurée pour Alice Lainé

À l’occasion du Generali Open de France Poneys au Parc Equestre Fédéral de Lamotte-Beuvron, l’équipe de Grand Prix Replay est allée à la rencontre d’Alice Lainé, cavalière de saut d’obstacles. Âgée de quatorze ans, la jeune cavalière s’est classée dixième de l’As Poney Elite (1,25m) avec sa toute bonne Simili de la Buqueuse*litière-cheval.com.    

GPR : Quand avez-vous commencé à pratiquer l’équitation ?
Alice Lainé : J’ai eu ma première ponette, Mirabelle, avant de pouvoir marcher ! Elle est d’ailleurs toujours dans mes écuries puisque mon petit frère la monte. Je monte principalement dans les écuries de ma mère dans le Nord-Pas-de-Calais mais également chez mon père, à l’élevage de la Buqueuse situé à Sommery en Seine-Maritime. L’élevage me permet d’avoir de nouveaux chevaux. Mes parents me sponsorisent pour me responsabiliser afin que je sois plus professionnelle dans les années à venir. Mon sponsor principal est l’entreprise de mon père qui est litière-cheval.com, tous mes chevaux portent ce suffixe. Ils me financent, car le monde équestre demande beaucoup d’argent.

GPR : Parlez-nous de votre piquet de chevaux.
A.L : J’ai un poney de six ans Bracken du Kyo, fils de Dexter Leam Pondi. Ensemble, nous concourrons dans des épreuves As Poney 2D. Ma ponette de tête est Simili de la Buqueuse*litière-cheval.com qui est née à l’élevage. Elle a participé aux cycles classiques avec ma mère. J’ai ensuite commencé à la monter dès qu’elle a eu sept ans en Poney 3 (70 cm), depuis nous avons énormément progressé l’une comme l’autre. Je monte aussi de jeunes et des chevaux plus expérimentés. Habab Van de Podtshoeve*litière-cheval.com est une jument que nous avons acheté à ses six mois afin d‘accompagner une autre jument au parage. Cependant, nous nous sommes rendus compte qu’elle avait du potentiel. Nous prendrons d’ailleurs le départ des championnats de France des As Cadet à Auvers. Cosmos est un cheval qui arrive en pré-retraite. Ensemble, nous participons à de belles épreuves à 1,40 m. Decantos VD Vrendt*litière-cheval.com est un de mes chevaux de tête. Nous avons participé aussi au CSIO Enfants de Fontainebleau, c’est un cheval génial qui vient de Pologne. Enfin, j’ai deux juments de huit ans, Venezia Tame*litiere-cheval.com et Diadarmé de Barcenal Z*litière-cheval.com qui évoluent sur des épreuves à 1,30 m. Je compte énormément sur Diadarmé pour l’avenir, c’est une fille de Diamant de Semilly. Je monte aussi des chevaux de l’élevage qui ont cinq ans comme Cocktail de Ladina. 

GPR : Qu’est-ce-que Simili vous a apporté ?
A.L : Elle m’a permis d’avoir confiance en moi. Au début, ça n’a pas toujours été facile. Il y avait un rapport de force entre nous, elle en profitait. Elle m’a appris à être plus précise pour pouvoir atteindre des épreuves de haut niveau. J’ai donc choisi d’y participer avec Habab qui participait tranquillement à des épreuves de vitesse à 1,25 m. J’ai dû la remettre en route pour préparer les championnats. Aujourd’hui, nous sommes prêtes !

GPR : Les championnats de France des As se dérouleront à Auvers du 13 au 16 juillet. Comment préparez-vous cette échéance ?
A.L : Je participe aux concours internationaux avec mes deux chevaux de tête, Cosmos et Decantos, cependant l’un s’est blessé et l’autre regarde excessivement les rivières alors j’ai préféré ne pas les amener aux championnats des As. C’est donc Habab, une jument qui participait à des épreuves vitesse 1,25 m, que j’ai décidé de remettre bien en route afin de pouvoir participer à ce championnats-ci.

GPR : Visez-vous les championnats d’Europe Enfants ?
A.L : À poney, je ne visais pas les championnats d’Europe, je pense plus m’y consacrer l’année prochaine. À cheval, je souhaitais atteindre cet objectif avec Decantos malheureusement je doute que ce soit possible du faite qu'il regarde les rivières. Ce sont les chevaux, c’est le jeu… Après, si je suis sélectionnée, je serai ravie ! Je suis encore jeune, je peux participer aux championnats d’Europe, Juniors et Jeunes cavaliers mais aussi à Poneys. Mon but, maintenant, est de faire un beau championnat de France des As.
 
GPR : Qu’avisiez-vous comme avenir ?
A.L : J’aimerai devenir cavalière professionnelle. Je ne sais pas encore si je vais récuperer l’élevage de la Buqueuse.
 

À lire également...

Réagissez