’’Laver définitivement le nom de Scott quant à l’idée qu’il ait pu maltraiter Hello Forever’’, Georgina Bloomberg

Crédit : DR

Lundi 10 juillet - 15h33 | Johanna Zilberstein

’’Laver définitivement le nom de Scott quant à l’idée qu’il ait pu maltraiter Hello Forever’’, Georgina Bloomberg

Samedi soir, alors qu’il courrait la deuxième étape de la Global Champions League pour son équipe, Miami Glory, mais également pour se qualifier pour le Grand Prix du Longines Global Champions Tour, Scott Brash a eu la mauvaise surprise de se voir disqualifier. En cause, deux minuscules traces de sang sur les flancs de son cheval, Hello Forever. Mais Georgina Bloomberg, co-propriétaire de l'équipe, ne semble pas d'accord avec la sanction prise.

 - ’’Laver définitivement le nom de Scott quant à l’idée qu’il ait pu maltraiter Hello Forever’’, Georgina Bloomberg

Crédit : Georgina Bloomberg

Dura Lex Sed Lex. Samedi soir, Scott Brash en fait les frais. Alors qu'il venait de signer un parcours parfait dans la seconde étape de la Global Champions League avec Hello Forever, offrant du même coup la victoire de son équipe et s'octroyant une place dans le Grand Prix du Longines Global Champions Tour, le Britannique a finalement été disqualifié. En cause, deux toutes petites traces de sang sur le flanc gauche de son cheval. Mais le règlement de la Fédération équestre internationale est très claire sur ce point : toute traces de sang au niveau de la bouche ou des flancs entraîne la disqualification du cavalier. 
Mais Georgina Bloomberg, cavalière mais également co-propriétaire de Miami Glory, n'a pas vu cette décision d'un très bon oeil, s'insurgeant sur les réseaux sociaux. ’’Ce soir, mon équipe, Miami Glory, a été éliminée de l’étape d’Estoril de la Global Champions League après que Scott Brash et Hello Forever aient signé un sans-faute qui nous permettait de gagner la compétition’’, commence-t-elle. ’’Tous les cavaliers, stewards et grooms qui ont vu les flancs d’Hello Forever ont tous été d’accord sur le fait que ces marques n’étaient pas éliminatoires sauf Susanne Macken, la juge étrangère qui a rapporté au président du jury, Joao Bourbon. Il n’a pas examiné les marques de près mais les a regardées de loin. Il a choisi de se fier aux invisibles marques de sang présentes sur un gant que le steward qui a initialement examiné le cheval a frotté assez fort pour que cela saigne.’’
Et elle poursuit, solidaire avec son coéquipier : ’’Je me considère comme une grande amoureuse des animaux et leur plus grande avocate et je suis la première à défendre un animal maltraité. Dans ce cas, je ne vois aucun mauvais traitement. Je suis fière de mes cavaliers et de leurs chevaux pour les efforts qu’ils ont fait pour gagner cette compétition à Estoril et j’espère que cette photo lavera définitivement le nom de Scott quant à l’idée qu’il ait pu maltraiter son cheval, Hello Forever.’’

À lire également...

Réagissez