Jeudi 06 juillet - 10h57 | Hippolia

Quelles aides pour quelles créations d’entreprise ?

Tous les mois, en collaboration avec le Pôle Hippolia, le pôle de compétitivité de la filière équine, GrandPrix-replay s’intéresse à l’innovation, s’exprimant de manière particulièrement active dans le monde du cheval, et aux moyens de transformer des idées ingénieuses en produits et services pouvant trouver leur place dans un univers économique très concurrentiel. Ce mois-ci : la création d'entreprise.

Si la question est pertinente, le sujet, lui, peut vite sembler compliqué et ennuyeux. Financement, aides, subventions publiques, avantages fiscaux sont autant de termes barbares qui peuvent donner l’envie de fuir en courant. Et pourtant, chacun le sait, l'argent est le nerf de la guerre, alors ne partez pas et tentons de décortiquer le sujet.
En matière d’aides, il faut avouer que nous sommes plutôt bien lotis en France. Un rapport récent évalue à 4% du PIB le montant des aides publiques aux entreprises, et quelques 6.000 dispositifs existants. Impossible d'en dresser une liste exhaustive, mais essayons d’y voir plus clair en quatre questions.

La première question est simple : pourquoi solliciter une aide à la création d’entreprise ? La réponse semble évidente. Créer une entreprise c’est développer un produit ou un service, définir un cadre juridique, investir, embaucher, communiquer, vendre et se développer. Tout cela a un coût non négligeable, et une petite aide est toujours la bienvenue ! Mais attention, bénéficier d’aides publiques demande le plus souvent un engagement et des contreparties : justificatifs de dépenses mais aussi création d’emplois, remboursements futurs, etc.

Existe-t-il un moment particulier pour solliciter une aide ? À chaque étape de la vie du projet et de l'entreprise correspond plusieurs aides : en amont de la création, en accordant des aides aux entrepreneurs comme le propose Pôle Emploi ; au moment de l’immatriculation que la société ou dans l’année qui suit telle que la Bourse French Tech; et tout au long de la vie de l’entreprise avec des aides à la recherche et au développement, à la faisabilité pour valider un prototype, à l’innovation, à l’investissement, à l’embauche ou encore à l’export. Ce qui est certain c’est qu’il est nécessaire d’anticiper ses besoins. En effet, accéder à des aides demande plusieurs étapes et prend du temps : identification de l’aide, vérification de l’éligibilité, montage du dossier, instruction, conventionnement, justificatifs et parfois contrôle. Aussi, avant de se lancer il est nécessaire de se poser la question du bénéfice réel apporté !

Concrètement, quelle forme peut prendre l’aide ? Subventions, avance remboursable, prêt, baisses de charges, réduction ou crédit d’impôt, allégements fiscaux, mécénat de compétences, tous les formats existent, pour tous les montants ! De même, les conditions de candidatures et d’obtention des aides varient : étude au fil de l’eau, concours, appel à projet, etc.

Comment savoir si je peux en bénéficier ? Pour chaque aide, plusieurs critères entrent en jeu : typologie du porteur de projet, statut juridique, régime fiscal, année et taille de l’entreprise, capacité en fonds propres, budget, type de dépenses, localisation, etc. A vous de trouver celle qui vous correspond, mais sachez que les financeurs ne donneront un coup de pouce qu’aux créateurs ayant au préalable démontré une vraie implication dans le projet, notamment financière.
Ainsi, dans le catalogue d’aides publiques disponibles, trouver la solution adéquate n’est pas utopique et la plupart des entreprises en bénéficient. Des structures d’accompagnement permettent de s’y retrouver plus rapidement dans ce qui peut parfois s’apparenter à un labyrinthe, et un petit tour sur www.les-aides.fr est toujours intéressant.

Néanmoins, il convient de rappeler que chaque création d’entreprise est différente et que les situations doivent s’apprécier au cas par cas. Monter sa boîte reste un pari, et comme tout pari il y a un risque que ce sera toujours à l’entrepreneur de prendre. Quelle que soit l’aide sollicitée, celle-ci ne doit intervenir que comme un coup de pouce. On demande une aide pour développer un projet mais on ne développe pas un projet pour demander une aide !

Suivez l'actualité de l'innovation de la filière équine sur la page Facebook du Pôle Hippolia.

À lire également...

Réagissez