Jeudi 30 décembre - 09h51 | admin_root

JEM de Lexington : retour sur L’événement de l’année!


C’est incontestablement l’événement de l’année 2010 dans le milieu des sports équestres internationaux. Pour la première fois de leur histoire, les Jeux équestres mondiaux quittaient l’Europe et traversaient l’Atlantique, direction Lexington, Kentucky. Revivez le rêve américain de l’équitation mondiale !


Bienvenue aux Etats-Unis, antre de la démesure, au cœur de seize jours de top sport !



Avec 500.000 spectateurs, 632 athlètes, 752 chevaux, 58 nations représentées, 6.000 volontaires sur place, 1,1 million de repas servis, l’événement a de quoi donner le vertige ! Et place la barre très haute pour les organisateurs qui lui succèderont, dont la Normandie, prochaine destination des Jeux équestres mondiaux.

Les Américains étaient attendus au tournant : chacun redoutait que ces Jeux paraissent bien anonymes, perdus au milieu du gigantisme que les Etats-Unis avaient souhaité pour eux. Si ça a parfois été un peu le cas, sur les disciplines secondaires notamment, mais aussi sur les épreuves reines tant les tarifs pratiqués étaient dissuasifs et ont cédé la place à des tribunes vides, le bilan, quelque quatre mois après la cérémonie de clôture, est globalement positif. Bien sûr, ces Jeux-là ne peuvent pas prétendre arriver à la cheville de ceux d’Aix-la-Chapelle, mais laisseront pour autant de bien meilleurs souvenirs que d’autres éditions européennes.



La Belgique en principale surprise



Des souvenirs bien évidemment sportifs, mais pas d’énormes surprises dans ce domaine-là. Les favoris ont su être à la hauteur des espoirs qui pesaient sur leurs épaules. La principale surprise vient peut-être d’un pays voisin de la France, petit par la taille, immense par sa tradition équestre : la Belgique. Dans l’embarras et l’incertitude jusqu’au dernier moment, la délégation belge a bien eu du mal à trouver les financements et les soutiens pour faire le déplacement outre-Atlantique. Au vu du tableau des médailles final, il aurait été tellement dommage d’être privé d’une telle nation !


Avec quatre médailles, dont l’or individuel en saut d’obstacles, deux podiums par équipe (CSO et reining) et deux qualifications pour les Jeux olympiques (CSO et concours complet), le bilan est exceptionnel ! A l’image du nouveau champion du monde, Philippe Le Jeune, dont la double médaille a laissé les plus fins pronostiqueurs bien en reste.



Désillusions françaises…



Côté français, le bilan est forcément mitigé, avec des prouesses dont l’histoire nationale des sports équestres se souviendra, et des manqués qu’il va falloir corriger rapidement. Pour les ratés, la principale déception vient de la place finale occupée par l’équipe de complet, huitième, qui n’est ainsi pas qualifiée pour les Jeux de Londres. Si elle a incontestablement manqué de chance, l’équipe était également composée de couples jeunes, parfois immatures à ce niveau de compétition, mais prometteurs.

Le rendez-vous est fixé aux championnats d’Europe où les Bleus devront faire partie des trois meilleures nations parmi celles pas encore qualifiées pour accéder à Londres 2012. Autre raté, l’absence de cavaliers français de dressage sur ces Jeux du Kentucky. La Fédération française définit actuellement une « opération commando » pour ne plus jamais avoir à revivre cette douloureuse absence…



… et grandes réussites !



Bien présentes en revanche, les filles de l’endurance qui, si elles s’inclinent à Lexington face à l’équipe des Emirats Arabes Unis, parviennent à décrocher l’argent collectif et ainsi à confirmer la place de choix qu’elles occupent dans l’endurance mondiale. En individuel, la quatrième place de Jean-Philippe Frances est tout aussi honorable.


En voltige, l’émotion ressentie dans l’arène Alltech lors des programmes libres de Nicolas Andreani vient là également confirmer l’importance du voltigeur tricolore dans la hiérarchie mondiale. S’il est capable de dominer les classements artistiques, le Francilien, médaille de bronze, a cependant encore du mal à challenger ses concurrents germains lors des imposés. Il le sait et opte pour une domination encore plus flagrante dans l’artistique, pour le plus grand plaisir de ses fans. Car le bonhomme est sans doute l’un des cavaliers français les plus charismatiques et apprécié.



L’obstacle français rassuré !



Peut-être tout autant que nos cavaliers d’obstacles qui resteront les héros nationaux de ces Jeux équestres mondiaux 2010. Avec leur médaille d’argent par équipe, Pénélope Leprevost, Olivier Guillon, Patrice Delaveau et Kevin Staut, nouvelle idole française, viennent rassurer tout un peuple que les cinq dernières années avaient fait douter : grâce au titre de ces quatre-là, mais également à la victoire de Kevin au championnat d’Europe 2009 et à la double victoire en Coupe des nations, la France occupe de nouveau le rang qui est le sien et qu’elle avait perdue, celui d’une nation leader ! D’ores et déjà qualifiée pour Londres 2012, elle devra évidemment affronter les autres nations historiquement dominantes (Allemagne, Belgique, Etats-Unis, etc.). Il lui faudra se méfier pourtant d’autres jeunes pousses, comme les pays du Golfe persique, qui sur ces Jeux mondiaux, ont apporté la preuve de leur détermination.



DK.
 

À lire également...

Réagissez