Toujours plus d’objets connectés

Crédit : Alice Bertheau

Mercredi 14 juin - 10h09 | Hippolia

Toujours plus d’objets connectés

Tous les mois, en collaboration avec le Pôle Hippolia, le pôle de compétitivité de la filière équine, GrandPrix-replay s’intéresse à l’innovation, s’exprimant de manière particulièrement active dans le monde du cheval, et aux moyens de transformer des idées ingénieuses en produits et services pouvant trouver leur place dans un univers économique très concurrentiel. Ce mois-ci : dans quels domaines les entreprises françaises recherchent-elles concernant les objets connectés ?

Un phénomène de société

Véritable phénomène de société, parfois perçus comme un effet de mode, les objets connectés prennent désormais une place grandissante dans notre quotidien et la filière équine n’échappe pas à la règle. Si cinq milliards d’objets connectés étaient dénombrés dans le monde en 2010, il y en avait trois fois plus en 2015 et plus de quatre-vingt milliards sont prévus pour 2020, selon Idate.
 

Connecter le monde du cheval...plus difficile qu'ailleurs?

Les entreprises doivent redoubler d’ingéniosité et de patience pour mener leurs travaux de Recherche et Développement. Plusieurs pistes de recherche sont explorées et si certaines sont spécifiques à la filière équine, d’autres restent communes à d’autres secteurs d’activité. Ainsi, le développement de nouvelles fonctionnalités, l’amélioration de la qualité des transmissions, la précision de la géolocalisation dans des sites couverts, le perfectionnement de l’interprétation des données ou encore la gestion de l’alimentation des batteries sont des enjeux stratégiques aussi bien pour les commandes de votre maison connectée que pour suivre vos performances équestres.
Le cheval impose de lui-même un certain nombre de verrous technologiques à lever. Sa morphologie restreint considérablement les possibilités de lui placer un capteur. Par ailleurs, force est de constater que nos chers compagnons à quatre jambes évoluent dans un environnement peu favorable aux objets connectés : poils, transpiration, poussière, humidité, chocs, les capteurs sont mis à rude épreuve ! Il est donc nécessaire de proposer des produits résistants.

 

Ne pas gêner le cheval, obtenir des données fiables!

Afin de ne pas gêner le cheval, que ce soit au travail ou au repos, et permettre une facilité d’utilisation, les entreprises doivent intégrer un maximum de capteurs dans un produit toujours plus petit et discret, parfois même dans d’autres équipements plus traditionnels comme un abreuvoir, une clôture ou une couverture. Évidemment, placer des capteurs aux endroits les plus adéquats dans une selle nécessite beaucoup de temps et de travail. Une fois intégré, le capteur doit pouvoir envoyer les données recueillies. Si on parle aujourd’hui de Bluetooth, WIFI ou 4G, les nouveaux réseaux comme Sigfox ou LoRa restent encore peu présents dans nos écuries, sans compter que l’objet dans fonctionner dans la durée, sans avoir à en changer constamment les piles.

Enfin, même si cela paraît évident, les entreprises conduisent leurs travaux de recherche dans le but d’avoir des données fiables. Cela est d’autant plus vrai que le monde du cheval peut s’avérer très exigeant. Ainsi, obtenir un tracé à quelques millimètres près pour revoir son parcours d’obstacles ou sa reprise de dressage, peut prendre des années de recherche. La fiabilité passe également par la précision grâce à l’accumulation de data. En effet, les entreprises doivent compiler plusieurs milliers de données pour être en capacité d’apporter l’interprétation juste, correspondant à la donnée relevée. À titre d’exemple, alors qu’on connait le nombre de litres d’eau ingérée en moyenne par un cheval, les conséquences du comportement d’abreuvement peuvent relever du mystère. Les nouveaux outils permettent aux chercheurs de proposer une approche différente, plus proche de la réalité, l’accumulation des données permettra de mieux comprendre la physiologie et la biomécanique du cheval mais encore une fois, cela reste très chronophage.
En bref, les recherches poursuivent toujours les mêmes objectifs : proposer des produits utiles, fonctionnels, efficaces, résistants et respectueux des chevaux. Quant aux objets connectés pour le cavalier, c’est encore une nouvelle page à écrire.

Suivez l'actualité de l'innovation de la filière équine sur la page Facebook du Pôle Hippolia.

À lire également...

Réagissez