’’Avec Quartz, nous avons passé un cap’’, Marie-Émilie Bretenoux

Crédit : DR

Vendredi 09 juin - 11h35 | Johanna Zilberstein

’’Avec Quartz, nous avons passé un cap’’, Marie-Émilie Bretenoux

Régulièrement auteur d’excellents résultats sur le Grand National, Marie-Émilie Bretenoux est revenue comblée du CDI 4* de Wiesbaden où elle a notamment décroché une cinquième place dans le Grand Prix Spécial. Entre l’Allemagne et Rosières-aux-Salines, où elle participe ce week-end au Grand National, la cavalière a accepté de faire le point sur l’évolution de son couple pour GrandPrix-Replay.

GrandPrix-Replay : Vous avez participé au CDI 4* de Wiesbaden le week-end dernier où vous décrochez les moyennes de 68.500% dans le Grand Prix et 68.510% dans le Grand Prix Spécial, soit des notes en hausse par rapport à celles du CDI 3* de Lier, en mars dernier. Comment avez-vous vécu ce concours ?
Marie-Émilie Bretenoux : Tout s’est très bien passé. Dans le Grand Prix, nous étions plus sereins, lui comme moi. Quartz est un cheval qui a tendance à être très sensible, et il ressent tout. Mais j’ai l’impression que j’arrive à gagner en sérénité : je crois que je retrouve l’insouciance de ma jeunesse ! (rires) Avant de partir, j’ai travaillé avec Marina Caplain Saint-André et Nobert van Laak et ça a été très bénéfique.
 
GPR. : Avez-vous l’impression que Quartz of Jazz a passé un cap récemment ?
M.-É. B. : Je crois que nous avons passé un cap tous les deux. En ce moment, le travail a l’air de se concrétiser. Nous nous sommes beaucoup amélioré sur le contact. Ce n’est pas toujours évident de monter en concours en Allemagne, mais je suis très contente des notes de certains juges, dans le Grand Prix et dans le Grand Prix Spécial (dans le Grand Prix, le juge italien Vincenzo Truppa, placé en M, met le couple à 71.600% tandis que dans le Grand Prix Spécial, tous les deux sont gratifiés d’un 70.980% du Luxembourgeois Christof Umbach, placé en B).
 
GPR. : Quelles sont ses principales qualités et ses principaux défauts ? Quels points doivent-ils encore être améliorés selon vous ?
M.-É. B. : Quartz est très introverti. Il ne montre rien et intériorise tout. C’est une véritable soupape ! Du coup, il a un peu les qualités de ses défauts et donne l’impression que tout va bien.
Maintenant qu’il gagne en sérénité, il va falloir continuer dans cette voie-là et à trouver le bon contact, ce qui devrait me permettre de monter encore plus mes reprises. Aujourd’hui, le cheval n’a pas d’impasse et les mouvements doivent être perfectionnés.
 
GPR. : À treize ans, Quartz of Jazz a encore de belles années devant lui, comment voyez-vous la suite ?
M.-É. B. : Je suis persuadée que Quartz a encore une belle marge de progression ! Aujourd’hui, il nous manque surtout un suivi quotidien qui nous stabiliserait. Je travaille avec Nobert van Laak et Marina Caplain Saint-André depuis trois ans, mais ce n’est que ponctuel. Ce que je veux maintenant, c’est confirmer ces bonnes notes puis les améliorer afin d’avoir accès aux beaux concours. Monter avec les meilleurs, c’est stimulant et l’on apprend beaucoup.
 
GPR. : Avez-vous d’autres chevaux qui viennent derrière, prêts pour le Grand Prix ou en passe de l’être ?
M.-É. B. : Malheureusement, non. Je cherche de nouvelles recrues mais c’est assez difficile de trouver la perle rare. J’aurais aimé trouver un cheval assez avancé dans son travail, mais cela demande un budget plutôt conséquent. J’aimerais trouver des chevaux confiés par des propriétaires. J’ai déjà mis plusieurs chevaux au Grand Prix et j’aimerais continuer.
 
GPR. : Quel est votre programme pour les semaines à venir ?
M.-É. B. : Ce week-end, nous sommes à Rosières-aux-Salines pour le Grand National. Ensuite, je serai au CDI de Pompadour puis au Master Pro de Vierzon.

À lire également...

Réagissez