Alexis Gauthier en maître à Deauville

Crédit : PSV/Morel

Lundi 05 juin - 01h43 | Johanna Zilberstein (avec communiqué)

Alexis Gauthier en maître à Deauville

Bouquet final de cette quatrième étape du circuit Grand National FFE 2017, le Grand Prix Pro Élite de la Ville de Deauville alignait cinquante-et-un concurrents au départ à 14h15 ; des couples qui allaient devoir en découdre pour tenter de s’imposer dans cette épreuve à 1,50m.

L’enjeu était donc de déjouer les difficultés concoctées par Jean-Paul Lepetit, le chef de piste, dans un parcours de treize obstacles d’une hauteur de 1,50m, dont un double et un triple, à franchir dans un temps accordé de 79 secondes. Et c’est un Grand Prix Pro Élite sélectif et à rebondissements que les nombreux spectateurs ont pu apprécier cet après-midi du Pôle international du Cheval. Car sur l’ensemble des concurrents, seulement neuf d’entre eux ont terminé sans-faute aux obstacles. Le Grand Prix se courant au barème super dix, François-Xavier Boudant et Urdy d’Astrée, premier des quatre points avec le meilleur temps, ont du coup également gagné leur qualification en seconde manche.
Au terme d’une bataille de chronomètre, les couples successifs grignotant des secondes au fur et à mesure de leurs passages, c’est finalement le cavalier normand Alexis Gautier (écurie Équin Normand), qui s’impose à Deauville avec Sirocco de Coquerie, un mâle de onze ans avec lequel il s’est classé deuxième de Grand National de Royan (première étape du circuit). Tony Hanquinquant et Chacco Rouge (écurie Haras de Clarbec) sont deuxième devant Florian Angot et Soprano de Grandry (écurie Antarès Sellier France), troisième.
"Cette épreuve était très intéressante car elle n’était pas énorme mais assez technique", analyse Alexis Gauthier. "C’était presque un parcours pour les cavaliers. Au moins, il n’y avait pas quinze chevaux au barrage, et on a vu plusieurs chevaux de huit ans qui n’ont pas démérité. Au barrage, les cavaliers se sont succédé avec des temps de plus en plus courts, j’étais obligé de me prendre au jeu en passant le dernier. Mon atout au barrage, c’est qu’il était très ouvert dans le sens où on galopait plusieurs fois en faisant des allers-retours sur la carrière. Les grandes lignes m’ont avantagé. Le Grand National FFE me réussit bien. Mon cheval est un peu atypique dans le style mais il a des moyens. Il ne force jamais. Et maintenant il est au point. Ce n’était pas le cas l’an dernier mais il devient meilleur au fur et à mesure des concours. J’ai acheté Sirocco il y a deux ans et concernant la suite de la saison, je vais décider un peu au jour le jour. Il ne faut pas oublier qu’il y a un an et demi, j’ai eu un grave accident où j’aurais pu perdre la vue. Comme je reviens d’assez loin, chaque victoire me rend heureux."

À lire également...

Réagissez