L’Italie puissance deux à Saint-Gall

Crédit : CSIO Saint-Gall

Vendredi 02 juin - 18h28 | Johanna Zilberstein

L’Italie puissance deux à Saint-Gall

Plus rien ne semble pouvoir arrêter les Italiens ! Victorieux la semaine passée de la Coupe des nations de Rome, les hommes de Roberto Arioldi se sont offert la Coupe des nations de Saint-Gall, en Suisse, au nez et à la barbe des locaux, qui ont dû se contenter de la deuxième place. L’Allemagne est venue compléter le podium tandis que la France, après une magnifique première manche, a quelque peu sombré.

L’ESSENTIEL
Il est bien possible que l’on ait assisté à la Coupe des nations la plus palpitante de la saison. Alors que la France pointait en tête avec un score tout à fait vierge devant la Suisse et la Belgique à l’issue de la première manche, les cartes ont été complétement rebattues en seconde manche, laissant place à de nombreux bouleversements. Et, pendant que la France sombrait (lire plus bas), l’Allemagne, et surtout l’Italie, remontaient de la plus belle des manières. Il faut dire que le parcours, sans présenter une difficulté majeure, a vu les fautes se produire un peu partout, tout en étant fidèle à la réputation de Saint-Gall d’être une difficile étape.
À neuf points après la première manche, les Italiens redressent ainsi brillamment le tir grâce aux parcours parfaits de Luca Marziani sur Tokyo du Soleil, Paolo Paini sur Ottava Meraviglia di Ca’San G et Lorenzo de Luca et Armitages Boy. Même scénario chez les Allemands Andre Thieme sur Conthnedrix, Christian Kukuk sur Limonchello NT et Marco Kutscher sur Clenur, qui se paient le luxe de ne pas envoyer le quatrième couple, Marcus Ehning et Prêt A Tout. Si la Suisse doit écoper des quatre points de Martin Fuchs et Clooney 51 pour oublier les neuf points de Paul Estermann et Lord Pepsi, elle parvient tout de même à garder son rang grâce aux parcours parfaits de Romain Duguet et Twentytwo des Biches ainsi que de Steve Guerdat et Bianca.
La Belgique aura fait un parcours à quatre points de trop pour rester sur le podium, tandis que la France aura enchaîner les mauvais parcours, malgré l’excellent double sans-faute de Roger-Yves Bost et Sangria du Coty.
 
LES BLEUS
Les choses avaient très bien commencé pour les Tricolores. Après la faute de Cédric Angot et Saxo de la Cour, couple ouvreur, en début de parcours, Marc Dilasser sur Cliffton*Bélesbat, Bernard Briand-Chevalier sur Quadillac du Heup et Roger-Yves Bost sur Sangria du Coty ont tous signé un parcours parfait, permettant à l’équipe de terminer la première manche largement en tête avec un compteur vierge.
Toutefois, les choses n’ont pas duré. D’abord, Cédric Angot quitte la piste après son deuxième sur douze points obtenus sur un vertical, sur la palanque blanche et sur le double. Le parcours de Marc Dilasser n’arrange pas les choses puisque le champion de France en titre rentre avec un total de seize points : Cliffton met ainsi un antérieur dans la rivière, avant de renverser le milieu de triple et les deux éléments du double. Ça ne s’arrange pas avec Bernard Briand-Chevalier, qui rentre avec treize points. Roger-Yves Bost limite tant qu’il peut les dégâts en sortant un nouveau sans-faute qui permet d’effacer le lourd score de Marc Dilasser.
 
LES TOPS
Mention spéciale pour les trois couples qui ont réussi à signer le double sans-faute aujourd’hui : Roger-Yves Bost sur Sangria du Coty, le Suisse Steve Guerdat sur Bianca et la Suédoise Angelie von Essen sur New Abbot.
On saluera également la belle performance de Martin Fuchs et Clooney, qui malgré quatre points en seconde manche, semblaient presque intouchable aujourd’hui. C’était très bien joué également pour Paolo Paini, qui a confirmé la très bonne forme du couple qu’il forme avec Ottava Meraviglia di Ca’San G. L’Allemand Christian Kukuk ne s’en est pas trop mal tiré non plus avec Limonchello TN.
 
LES FLOPS
Petite déception peut-être pour le Brésilien Yuri Mansur, qui n’aura pas sorti de parcours parfait avec Unita Ask. Ça s’est également très mal passé pour la Suédoise Petronella Andersson, d’abord pénalisée de vingt-quatre points avec Ivoor van’t Paradijs avant de commettre à nouveau deux fautes en seconde manche.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez