Le journal de Meredith Michaels-Beerbaum

Photo Rolex.

Dimanche 05 décembre - 22h35 | AnneClaireL

Le journal de Meredith Michaels-Beerbaum

Après la naissance de sa fille Brianne-Victoria, la cavalière allemande revient sur le devant de la scène. [Meredith Michaels-Beerbaum] écrit son journal pour Grand Prix Replay alors qu’elle participle à la saison Coupe du monde Rolex. Voici le premier épisode.


 
2010...

 
2010 fut une année memorable pour moi, avec la naissance de ma première fille, Brianne Victoria, et ensuite avec la victoire par équipe aux Jeux équestres mondiaux. Après mon congé maternité, j’ai connu des hauts et des bas, et ça m’a pris du temps de retrouver toutes mes sensations.

 
Mes chevaux ([Checkmate] et [Shutterfly]) sont tous les deux en grande forme. J’ai pris un peu plus de temps pour me remettre en selle, mais après tout, je crois que tout le monde a été surpris pour mon retour rapide dans les classements. Je savais qu’il restait beaucoup de travail à faire, mon objectif avant les Jeux était donc de poursuivre mon programme et d’être dans la meilleure forme possible.  

 
Avoir gagné les championnats nationaux (avec Checkmate à Munster), juste avant les Jeux fut une bonne chose, et cela m’a donné beaucoup de confiance avec Checkmate. Jusque là, je n’étais pas sûre d’emmener Checkmate pour les Jeux. Mais après Munster, je savais qu’il pouvait le faire.

 
Je pense que c’est fantastique que les Jeux aient eu lieu aux Etats-Unis – c’était super de concourir là-bas. J’ai beaucoup d’amis aux Etats-Unis qui ont participé ou qui sont venus m’encourager. C’est un format enthousiasmant avec la finale par équipe et la finale tournante qui n’existe pas dans d’autres compétitions.

 
L’équipe allemande fut incroyable ! Les Américains étaient les favoris donc nous avons surpris tout le monde en remportant l’or. Pour moi, avoir assuré la médaille avec un sans-faute était phénoménal. Les gens des autres sports reconnaissent qu’une telle performance est un moment clé de la carrière.

 
Mes chevaux Shutterfly et Checkmate

 
Shutterfly est en grande forme ce qui est très excitant car il a maintenant dix-sept ans. Je suis réaliste concernant ses possibilités en compétitions maintenant qu’il est plus âgé. Je suis très attaché à lui, et je suis assez émue quand je réfléchis aux décisions à prendre pour son avenir, je vais le laisser dicter son propre programme, et le laisser nous dire s’il veut encore concourir ou pas. C’est mon plan pour les mois à venir, de le sortir selon son état de forme, sans pression. Tout le monde sait quel cheval extraordinaire il est et il devenu un membre de la famille. Une partie de moi souhaite qu’il ait la vie la plus confortable et une autre partie voit Shutterfly comme un partenaire extraordinaire qui adore les compétitions.

 
Je ne voulais pas l’emmener aux Jeux à cause de la finale tournante qui aurait été très dur pour lui il y a quatre ans à Aix-la-Chapelle. Il n’était pas à l’aise avec le fait d’être monté par quelqu’un d’autre, avec une autre selle, et je ne pouvais pas imaginer lui demander ça à nouveau.

 
En ce moment, Checkmate est mon cheval préféré pour les concours de haut niveau. Il a quinze ans et je le monte depuis qu’il a six ans, donc nous avons une longue histoire ensemble. Nous avons connu de nombreux succès ensemble – deux titres de champion d’Allemagne – et c’est un cheval incroyable.

 
Maternité et compétition

 
Mes priorités dans la vie ont changé depuis que j’ai eu Brianne Victoria. Sans aucun doute, la famille passe avant. Elle est le soleil de ma vie et la chose la plus importante au monde pour moi. J’adore toujours concourir mais ça met les choses dans de nouvelles perspectives.

 
Markus est un partenaire et un père incroyable, il m’a enlevé beaucoup de poids sur les épaules, en s’occupant de Brianne Victoria et en étant mon confident. Tout cela m’a donné de la liberté pour faire mes deux passions en même temps – la maternité et la compétition à haut niveau – et je me sens très chanceuse.

 
Les Coupes du monde, Lyon, Vérone…

 
Lyon fut une très belle compétition et j’y suis allée sans attente particulière, je voulais juste profiter. Je me sentais très bien avec Checkmate, qui était en forme, mais je ne croyais vraiment pas que je pouvais gagner, ce fut donc une surprise fantastique et beaucoup de confiance engrangée. Lyon était ma première compétition indoor depuis la finale de Las Vegas, la première compétition en indoor pour Checkmate depuis deux ans, ce qui a donné une saveur particulière à cette victoire.

 
Mon dernier concours avec Shutterfly remontait à cinq mois, et j’étais donc ravie de courir avec lui à Vérone. Je ne savais si je le monterais dans le Grand Prix Coupe du monde, comme je comptais aussi sur Checkmate. Mais en fait, c’est Jeroen (Dubbeldam) qui m’a dit que Shutterfly sautait si bien le premier jour que je devais le monter. C’est sa remarque qui m’a fait revoir mes plans. Et au final, c’est Jeroen qui nous a battus ! Quelle ironie ! Ce fut un grand jour pour moi et pour Shutterfly !
 

 
 
Meredith Michaels-Beerbaum, représentante de la marque Rolex.

À lire également...

Réagissez