Les cris de joie belges dans la Coupe des nations Enfants

Timothé Taupin

Samedi 06 mai - 23h22 | Amandine Pohardy

Les cris de joie belges dans la Coupe des nations Enfants

La Belgique a remporté la Coupe des nations Zandona du CSIO Enfants disputé dans le cadre de Grand Prix Classic Spring Break, l'événement organisé par les équipes de Grand Prix. Les Belges ont dominé l'Espagne à l'issue d'un barrage. La France a partagé la troisième place avec l'Autriche.

L'ESSENTIEL

La Coupe des nations Enfants du CSIO des Jeunes de Fontainebleau a débuté en fin d’après-midi sur la Carrière des Princes du Grand Parquet. Organisée dans le cadre de Grand Prix Classic Spring Break, cette épreuve aux couleurs de Zandona a vu cinq nations s’affronter : l’Espagne, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique et la France. Le parcours à 1,25m n’a épargné presque aucune équipe puisque la Belgique et l’Espagne ont écopé de quatre points, l’Allemagne s'en est sortie avec huit points et l’Autriche avec neuf points. Seule l’équipe de France s'est démarquée avec un score vierge.
L’ordre de départ de la seconde manche s’est dessiné en fonction des résultats de la première, les équipes les plus pénalisées partant en premières. Après une perte de dynamique chez les Bleuets, La Belgique et l’Espagne ont tenu leur rang et ont même dû se départager dans un barrage.
La victoire est tombée dans l’escarcelle de l’équipe belge qui s’est révélée très démonstrative à l’annonce de ce classement. L’Allemagne et la France ont partagé la troisième place, reléguant l'Autriche au cinquième rang. 

LES BLEUETS

LES BLEUETS - Les cris de joie belges dans la Coupe des nations Enfants

Avec un score vierge en première manche, la France est partie confiante dans la seconde. Les quatre cavaliers encadrés par Olivier Bost ont été soutenus par un public de fans venu en nombre. Malheureusement, Jules Orsolini et Dossari du Buisson Z ont écopé de quatre points en raison d’une faute sur le dernier obstacle. Alice Lainé, en selle sur Decantos van de Vrendt, a été éliminée après deux refus successifs sur la rivière, pourtant franchie sans encombre en première manche. Hélas, Elisa Chimiri et Concardo ont écopé de huit points. Seule Rose de Balanda, la plus expérimentée des quatre, a pu signer un score parfait. 

LE MOT D'OLIVIER BOST
Olivier Bost, sélectionneur et chef d’équipe des Bleuets : «Je constate que les Espagnols et les Belges ont été vraiment plus forts. Notre place est regrettable puisque nous avons signé quatre beaux sans-faute. Nous avions quelques doutes sur le cheval d’Elisa au passage de la rivière, mais vraiment pas pour celui d’Alice. C’est toujours décevant, mais il faut aussi prendre en compte que pour trois des quatre cavaliers, cette Coupe était la toute première.»

LE MOT DE SOPHIE DUBOURG 
Sophie Dubourg, directrice technique nationale de la FFE, est venue observer l’équipe : «Il est important pour moi de me déplacer pour voir ces jeunes cavaliers. Nous devons toujours penser à la relève et aux prochaines échéances. Depuis trois ans, nous nous attachons à offrir un travail de fond aux jeunes cavaliers pour qu’ils soient les plus performants possibles. Ce résultat est regrettable, mais il y a tout de même un podium à l'arrivée, ce qui est symbolique ! » 

LES GAGNANTS

Les Diables rouges n’auront pas laissé indifférents le public de la Carrière des Princes. Leur joie démonstrative et la cohésion de groupe à particulièrement marqué les esprits lors de cette belle Coupe des nations. Grâce aux deux sans-faute de Linde van Boxtael sur Cadidja van't Arkelhof et Lies Malisart sur Charisme C dans les deux manches et au score vierge d’Aliki Rotsaert sur Comme d’Api van de Hacienda, les Belges sont sortis victorieux. Après leur victoire, de nombreuses larmes de joie ont coulé sur les visages de ces tout jeunes cavaliers, mais aussi sur celui de le chef d’équipe, Jean-Jacques Mathijs : « C’était inespéré, mes cavaliers se sont dépassés. Il faut dire que je les avais bien motivés. Je suis tellement heureux, c’est déjà une grande chance de pouvoir concourir à Fontainebleau, alors de de gagner… Je n’en reviens pas, c’est incroyable.»

À lire également...

Réagissez