’’Je serai sans doute réserviste”, Bernard Briand-Chevalier

Crédit : Sportfot

Jeudi 04 mai - 11h35 | Damien Kilani

’’Je serai sans doute réserviste”, Bernard Briand-Chevalier

Après un excellent début de saison, Bernard Briand-Chevalier a frappé un grand coup, le week-end dernier, en signant une bonne Coupe des nations puis en prenant la cinquième place dans le Grand Prix lors du CSIO 5* de Lummen. À l’image de cette jeunesse fougueuse et talentueuse, que l’on voit se faire de plus en plus une place au plus haut niveau, le Costarmoricain de trente ans ne compte pas s’arrêter là, même s’il préfère garder le recul nécessaire et la tête froide.

Membre de l’équipe de France pour la première fois sur une Coupe des nations de première Division, Bernard Briand-Chevalier est revenu sur son week-end alors que sa vie a repris son cours normal, l’emmenant notamment au concours Jeunes Chevaux de Rennes-Bourgbarré ’’Quadillac a bien sauté dès le premier jour malgré les huit points. C’était plutôt à moi de corriger les choses. Dans la Coupe des nations, je fais une petite faute dans le triple, mais Pénélope efface mon score. Sur le second tour, j’ai un peu plus de pression, et je fais la faute sur la rivière, mais je suis plutôt content de ce qu’a montré la jument.’’ Avec une cinquième place dans le Grand Prix dimanche, Bernard Briand-Chevalier termine meilleur tricolore. ’’Dimanche, la jument a vraiment bien sauté. Après, passer en premier n’est pas chose évidente, surtout avec la renommée des cavaliers derrière moi. J’ai joué ma chance, je n’avais pas grand-chose à perdre à vrai dire et j’ai essayé de mettre la pression sur les gars derrière moi. C’était peut-être un peu osé et ça n’est pas passé ce coup-ci, mais c’est un très bon week-end.’’
 
Ce bon week-end a permis à Bernard Briand-Chevalier de décrocher sa place en équipe de France pour le mythique CSIO 5* de La Baule. ’’Je devais venir à La Baule, c’était prévu. La sélection en équipe de France s’est faîte sûrement sur le Grand Prix de dimanche dernier. Je serai normalement réserviste, même si Philippe Guerdat attendra le premier jour pour voir comment vont sauter les chevaux et peut-être changer, mais, pour le moment, c’est le cas de figure évoqué. Je ne me suis pas projeté sur ce qui va se passer, ce sera forcément différent surtout que ma famille est aussi originaire un peu de là-bas. Il y aura une ferveur différente, une fois arrivée on verra.’’ Dans une dynamique exceptionnelle, le couple qu’il forme avec Quadillac du Heup est en grande forme depuis plusieurs mois. ’’Qadillac du Heup est incroyable. Jamais nous n’aurions pensé en arriver là. Elle n’a pas trente centimètres de marge, mais elle fait tout pour bien faire, et elle donne tout. Nous avons gravi les échelons ensemble. Derrière Qadillac, j’ai deux très bons six ans (Aragon La Garette Z et Bond Jamesbond de Hay, ndlr), avec lesquels j’aime beaucoup partir en concours.’’
À huit jours de l’échéance, le cavalier breton ne se projette pas. ’’Mercredi prochain, c’est moi qui emmènerai la jument comme souvent à la visite vétérinaire, car elle est toujours un peu plus turbulente. Après, c’est un terrain que nous connaissons pour y avoir couru en national. Ce sera forcément agréable d’arriver sur le site.’’

À lire également...

Réagissez