Quand les légendes remettent le pied à l’étrier

Crédit : PSV/Morel

Mercredi 22 mars - 11h46 | Maxence Magnin

Quand les légendes remettent le pied à l’étrier

Il y a quelques jours, le CHI de ’s-Hertogenbosh a présenté une épreuve inédite pour fêter son cinquantième anniversaire : la Jumping Legends, une épreuve où seuls des anciens cavaliers et cavalières de haut-niveau avaient le droit de prendre part. Il faut dire que, dernièrement, ça bouge pas mal chez les légendes et les anciens, puisque, alors que certains décident de raccrocher les bottes, d’autres choisissent de remettre le pied à l’étrier. 

 - Quand les légendes remettent le pied à l’étrier

Crédit : Indoor Brabant

Lors de l’Indoor Brabant, dix légendes du saut d’obstacles, qui ont mis un terme à leur carrière sportive, ont repris du service le temps d’une épreuve. Ainsi, le champion olympique par équipes des JO de Barcelone en 1992, Bert Romps, s’est imposé devant un plateau relevé. À presque soixante ans, il a devancé d’autres monuments de la discipline tels que le Belge Dirk Demeersman, qui a raccroché il y a peu de temps en prenant les rênes de l’équipe belge (qu’il a lâché depuis) ou le Néerlandais Henk Nooren, ancien cavalier et ex-sélectionneur de l’équipe de France, le Belge Jos Lansink, sacré champion du monde aux Jeux équestres mondiaux d’Aix-la-Chapelle, en 2006, avec Cumano, et le Néerlandais Rob Ehrens, actuel sélectionneur national pour les Pays-Bas.

 - Quand les légendes remettent le pied à l’étrier

Hervé Godignon
Crédit : Sportfot

Chez les Tricolores, de grands noms que l’on n’avait plus vu à cheval pendant plusieurs années, ont également fait une apparition sur les terrains de concours. Hervé Godignon était par exemple, cet été sur la piste du CSI 2* de Chantilly pour monter les chevaux de ses élèves. Il n’est pas rare qu’occasionnellement, le médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Barcelone réapparaisse en concours. Fait plus rare : c’est pour ses quatre-vingt ans que Marcel Rozier avait fait l’honneur à ses invités de remonter à cheval pendant la cérémonie qui lui était accordée, en sautant un petit vertical. Lorsque l’occasion se présente, Michel Robert, qui avait fait ses adieux à la compétition en novembre 2014 à Equita’Lyon, apparaît également sur des CSI 2* du haut de ses soixante-huit ans.

 - Quand les légendes remettent le pied à l’étrier

Crédit : DR

Début mars, GrandPrix-Replay apprenait que Hugo Simon, premier vainqueur de la Coupe du monde à Göteborg en 1979, avait finalement décidé de raccrocher à l’âge de… Soixante-quatorze ans ! Triple vainqueur de la finale, l’Autrichien a poursuivi la compétition jusqu’en octobre dernier, où il courait encore des Grands Prix à 1,45m. Quelques mois plus tôt, il avait même déclaré toujours espérer retrouver le plus haut niveau. Dans un autre registre, la championne russe Nina Gromova, qui excellait dans les trois disciplines olympiques ainsi qu’en steeple-chase, ex-juge et ex-membre de la commission dressage de la Fédération équestre internationale, a récemment fêté ses quatre-vingt-quinze printemps en remontant à cheval. Elle avait pourtant arrêté de monter il y a plus de vingt ans suite à une fracture de la hanche.
 
Il n’est donc jamais trop tard pour remettre le pied à l’étrier ! Reste à savoir qui sera la prochaine légende sportive à faire de même pour une occasion spéciale, ou non. 

À lire également...

Réagissez