Mercredi 17 novembre - 11h54 | AnneClaireL

Horse-ball : «On voulait le titre», Romain Depons

Ce week-end, à l’occasion du Salon Equisud de Montpellier, l’équipe de horse-ball de Bordeaux a remporté la finale de la Champion’s League face à l’équipe espagnole de Cardeleu. Grand Prix Replay a contacté le capitaine de l’équipe, Romain Depons, pour en savoir un peu plus sur cette compétition et cette victoire.

 

 
Grand Prix Replay : Vous avez gagné la finale de la Champion’s League 2010, quelle est la différence avec les autres compétitions de horse-ball ? Romain Depons : La différence est que la Champion’s League est une compétition de clubs comme en football, c’est une Coupe d’Europe des clubs. Elle regroupe les équipes championnes de quatre pays européens qui cette année étaient le Portugal, la Belgique, l’Espagne et la France. Ces quatre pays sont qualifiés en fonction de leurs résultats lors des échéances internationales. L’autre particularité est que la Champion’s League ne se joue que pendant un week-end. Les quatre équipes s’affrontent par tirage au sort lors de deux demi-finales, une petite finale et la grande finale qui détermine le vainqueur.
 

 
G.P.R : Comment se sont passés vos deux jours de compétition ? R.D. : Les deux jours se sont plutôt bien passés puisqu’au final nous ramenons la Coupe à la maison. Lors de notre match de samedi contre l’équipe du Portugal Vasco de Gama, nous avons fait une très bonne première mi-temps avec un score à la pause de cinq à un en notre faveur, puis nous avons laissé un peu filer la deuxième mi-temps ce qui a permis à l’équipe adverse de remonter un peu au score. Au final nous avons su gérer notre match et avons réussi à reproduire ce que nous mettons en place à l’entraînement pour l’emporter huit à quatre.

 
Le dimanche, nous étions en finale contre l’Espagne, tenante du titre. L’équipe de Cardeleu est de plus en plus aguerrie et se compose de plusieurs joueurs qui font partie de l’équipe nationale d’Espagne. Tout au long du match nous avons eu une bonne possession du ballon et les Espagnols une très bonne défense. Nous avons peut-être manqué de panache et le match était un peu fermé car nous ne voulions pas prendre trop de risques. Au final, nous avons marqué le but de la victoire aux toutes dernières secondes du match. C’était un match âpre avec une bonne densité physique mais nous avons un peu manqué de liant dans la phase offensive ce qui explique un peu le score très serré de cinq à quatre.
 

 
G.P.R : Que pouvez-vous nous dire sur les trois autres équipes qui participaient à la Champion’s League ? R.D. : Le niveau est encore un peu inégal car la France joue depuis plus longtemps au horse-ball que le Portugal ou l’Espagne. Le résultat final est assez logique mais l’Espagne se développe beaucoup, d’ailleurs ils ont gagné en 2009, et l’équipe belge Caramel domine largement leur championnat. Le Portugal est encore un niveau en dessous mais la différence entre les nations est la même que celle que nous rencontrons entre les clubs. Les autres pays ont moins d’expérience que les équipes françaises mais le niveau se ressert de plus en plus ce qui est vraiment intéressant pour la suite.
 

 
G.P.R : Que représente cette victoire pour l’équipe de Bordeaux ? R.D. : Nous avons rarement l’occasion de participer à la Champion’s League car pour se qualifier il faut avoir remporté le championnat national. Après notre titre de champion de France Pro Elite en 2010, remporter la finale de la Champion’s League était clairement notre objectif car c’est le seul titre international en club qui manquait à notre palmarès. Nous voulions vraiment entrer dans l’histoire du horse-ball européen.
 

 
G.P.R : Quelle est la suite de votre programme ? R.D. : Nous allons maintenant nous replonger à fond dans le championnat Pro Elite, que nous avons bien démarré à Poitiers pour les deux premières journées. Pour le moment il y a une petite pause puis les étapes reprendront mi-janvier à Avignon et se succèderont tous les mois pour arriver jusqu’à la finale en juin 2011.
 

 
 
Propos recueillis par Elodie Muller
 

À lire également...

Réagissez