Al-Aïn, la victoire d'une équipe

Crédit : Collection privée

Vendredi 17 février - 10h33 | Johanna Zilberstein

Al-Aïn, la victoire d'une équipe

 
Ce sont des Tricolores heureux qui sont montés sur le podium de cette première Coupe des nations de l’année à Al-Aïn, aux Émirats arabes unis. Il faut dire que Philippe Rozier, Frédéric David, Adeline Hécart et Patrice Delaveau n’ont pas démérité, ne cédant pas sous la pression que leur mettait le Qatar et l’Italie en seconde manche. Et sur le parcours dessiné par le Portugais Bernardo Costa Cabral, à la fois aéré et délicat, ils ont été brillants. ’’Le chef de piste a trouvé le bon équilibre’’, analyse Philippe Guerdat, chef d’équipe tricolore. ’’Avoir une compétition avec seulement trois double sans-faute (dont deux signés par Philippe Rozier et Patrice Delaveau, ndlr) et des équipes ex-aequo signifie qu’il a fait du bon travail !’’
Pour le Suisse, Al-Aïn est toujours une Coupe des nations un peu particulière. ’’C’est un lieu qui nous réussi, nous avons toujours de la chance ici. Je suis venu en tant que chef d’équipe pour la première fois il y a trois ans. J’ai emmené des équipes différentes à chaque fois et c’est la seconde fois que nous gagnons, avec toutefois un point commun à chaque équipe : Frédéric David, qui a fait partie des trois équipes.’’ Il faut dire que, pour le pilote, Al-Aïn est un peu une Coupe des nations à domicile, lui qui est basé aux Émirats le reste de l’année. ’’Je suis heureux de faire à nouveau partie de l’équipe gagnante, comme l’an passé’’, se réjouit-il. ’’C’est la quatrième fois que je monte ici. Equador van’t Roosakker était un peu frais sur le premier parcours, mais il s’est très bien comporté sur le seconde, le moment le plus important !’’
Pour Philippe Rozier, qui a magnifiquement tenu son rôle d’ouvreur avec Rahotep de Toscane, Al-Aïn était le premier parcours extérieur de l’année. ’’C’était très important pour moi’’, avoue-t-il. ’’Il y avait beaucoup de pressions aux Jeux olympiques, cet été, et il y en avait également beaucoup aujourd’hui, pour la Coupe des nations.’’ Désormais, le Francilien compte bien préparer soigneusement la prochaine Coupe des nations. ’’Maintenant, Rahotep ne va pas concourir pendant trois semaines avant d’aller sauter au Saut Hermès (du 17 au 19 mars, ndlr) et au nouveau CSI 5* de Versailles, qui se déroule juste avant le CSIO 5* de La Baule.’’

Adeline Hécart, ’’une jeune cavalière très talentueuse’’

Car, il n’y a aucun doute, Philippe Rozier aime par-dessus tout les Coupes des nations ! D’ailleurs, il s’agissait de la première qu’il courrait aux côtés de Patrice Delaveau depuis dix-sept ans ! ’’On en parlait juste avant, je n’avais pas fait de Coupe des nations avec Philippe depuis les Jeux olympiques de Sydney, en 2000 ! Ça date !’’, se souvient le cavalier d’Aquila*HDC, auteur lui aussi d’un double sans-faute. ’’Je suis vraiment content de cette Coupe des nations. L’épreuve n’était pas énorme, mais assez délicate, avec seulement trois double sans-faute. Je suis très satisfait d’Aquila*HDC, qui a répété de façon fantastique les deux manches, et a encore été meilleur sur le deuxième parcours. Cela prouve que notre couple évolue vraiment dans le bon sens. Ce fut un plaisir de refaire une Coupe des nations, c’est toujours une épreuve spéciale et c’est pour cette raison que je suis venu ici m’imprégner de cette ambiance.’’
Enfin, cette Coupe des nations et cette victoire ont été un moment tout particulier pour la jeune Adeline Hécart, qui a signé un excellent début de saison au Moyen-Orient, avec Pasha du Gué. ’’C’est génial d’être membre de cette équipe gagnante, surtout aux côtés de cavaliers aussi expérimentés. Je voudrais les remercier. Il s’agissait de ma deuxième Coupe des nations… Et de ma deuxième victoire !’’ Pourtant, les choses n’ont pas démarré au mieux pour la jeune cavalière, qui a essuyé un refus sur l’entrée du triple en première manche, avant de bien rattraper le coup. ’’C’est une jeune cavalière très talentueuse et elle a su être au bon endroit au bon moment pour aider ses coéquipiers’’, rend hommage Philippe Guerdat. ’’Après mes fautes en première manche, je savais que je devais faire de mon mieux pour corriger cela, et j’ai travaillé pour’’, explique Adeline Hécart. ’’Je me mets souvent trop de pression, c’est pourquoi j’ai fait ces fautes.’’
Mais celui qui se réjouit le plus de cette belle victoire est sans aucun doute Philippe Guerdat, qui n’a pas manqué d’y voir un signe, lui qui avait déjà mené les Vestes bleues à la victoire l’an passé, sur cette même piste. ’’C’est un bon signe de gagner ici car, si tout se passe comme l’année dernière, alors nous allons gagner quelque chose de grand en 2017 !’’ Et de continuer plus sérieusement : ’’L’objectif de la saison est de rester en Division 1 européenne et de se qualifier pour la finale de Barcelone. Nous allons essayer de gagner la Coupe des nations de La Baule, aussi, qui est chez nous. Mais, pour le moment, nous sommes concentrés sur la finale de la Coupe du monde, et nous commencerons à faire des plans après !’’

À lire également...

Réagissez