La France magistrale à Al-Aïn, le Qatar en finale !

Crédit : Scoopdyga (archives)

Jeudi 16 février - 15h06 | Johanna Zilberstein

La France magistrale à Al-Aïn, le Qatar en finale !

Al-Aïn est décidemment une Coupe des nations qui sourit aux Français ! Venus remettre leur titre en jeu, les Tricolores n’ont pas tremblé aujourd’hui. Philippe Rozier, Frédéric David, Adeline Hécart et Patrice Delaveau sont donc repartis avec la victoire, au bout d’une très jolie œuvre collective. Deuxième, le Qatar, s’il a laissé la victoire, se console tout de même en décrochant sa qualification pour la finale de Barcelone alors qu’une Italie en bonne forme est venue compléter le podium.

L’ESSENTIEL
Il n’est pas toujours évident de démarrer la saison extérieure sur une piste telle que celle d’Al-Aïn.Pourtant, les Tricolores ont été globalement à leur aise, assez pour remporter une magnifique victoire dans une bataille à trois engagée dès la première manche avec le Qatar et l’Italie. Mais avec un total de quatre points sur les deux manches (lire plus bas), les Tricolores ont su faire la différence.
Comme à son habitude, le Qatar s’est montré en bonne forme. Et si, plombé notamment par les quinze points de Faleh al-Ajami sur Armstrong van de Kapel en seconde manche, le pays a dû se contenter d’une deuxième place, le bilan est plutôt satisfaisant. À nouveau, les pilotes qataris ont brillé par leur équitation. Car s’ils ont de bons chevaux, ils ont aussi de bons cavaliers, dont le Sheik Ali al-Thani, qui est encore une fois sorti du lot en signant l’un des trois seuls double sans-faute avec First Devision. Cette jolie performance collective permet aux Qatariens de décrocher, logiquement, leur place pour la finale de la Coupe des nations de Barcelone, le CSIO d’Al-Aïn étant la seule et unique étape de la ligue arabe de la Coupe des nations.
Les Italiens, quant à eux, ont confirmé leur bonne forme, prenant seulement la troisième place pour quelques fautes un peu bêtes. Mais d’une manière générale, Michael Cristofoletti sur Belony, Paolo Paini sur Ottava Meraviglia di Ca’Sang, Francesco Turturiello sur Quinoa des Prés et Emilio Bicocchi sur Ares ont déroulé une jolie partition, sans accrocs majeurs.
 
LES BLEUS
Tout s’est bien passé pour les Tricolores, même s’il y aura sans doute un peu de regrets du côté d’Adeline Hécart en ce qui concerne la première manche. En bons ouvreurs qu’ils sont, Philippe Rozier et Rahotep de Toscane mettent d’emblée l’équipe dans une bonne dynamique en signant un premier sans-faute. Sur son bon Equador van’t Roosakker, Frédéric David commet une petite faute sur l’entrée du double. Adeline Hécart, elle, écope d’un refus sur l’entrée du triple, qui aura causé quelques dégâts, avant de fauter sur la palanque placée en dernière position. Heureusement, Patrice Delaveau sauve les membles avec un Aquila*HDC en pleine forme et signe un parcours parfait.
De retour en seconde manche, Philippe Rozier trouve à nouveau la voie du sans-faute, imité plus tard par Frédéric David. Adeline Hécart, elle, rattrape le coup en sortant avec seulement une petite faute de postérieurs sur un oxer. Patrice Delaveau, contraint au sans-faute s’il veut assurer la victoire à l’équipe et éviter le barrage contre le Qatar et/ou l’Italie, signe à nouveau un parcours de démonstration.
 
LES TOPS
Sur ce parcours parfois un peu piégeur, notamment dans la courbe menant au triple à deux fois une foulée, seuls trois couples ont signé le double sans-faute : Philippe Rozier et Rahotep de Toscane, Patrice Delaveau et Aquila*HDC et le Qatarien Ali bin Khalid al-Thani sur First Devision. On peut également donner une bonne note à Michael Cristofoletti, bon ouvreur italien avec Belony, ainsi qu’à Romain Duguet, qui a montré d’excellentes choses avec TwentyTwo des Biches, tout comme sa compatriote Christina Liebherr. L’Irlande, sixième au classement final, a montré de bonnes jeunes cartouches, notamment avec le couple Michael Duffy sur Belcanto Z, que l’on avait déjà vu à l’œuvre et qui a confirmé tout le bien que l’on pouvait penser de lui. Enfin, bonne note également pour le Britannique Joseph Clayton (zéro puis quatre points), bon ouvreur d’une équipe britannique composée de trois cavaliers avec Con Man JX.
 
LES FLOPS
Quelques mauvais points sont également à distribuer. Le Qatari Faleh al-Ajami fait ainsi une bonne première manche, avant de perdre un peu les pédales en seconde manche avec Armstrong van de Kapel, pourtant rôdé au plus haut niveau. Déception générale pour l’équipe allemande, qui aurait pu faire bien mieux. Felix Hassmann (Cayenne WZ), Niklas Krieg (Carella 5) et David Will (Monodie H), nous ayant habitué à mieux.
Deux couples ont également été éliminés en première manche. L’Émirati Mohammed Ghanem al-Hajri flirte ainsi avec le danger associé à Pour le Poussage lorsqu’il insiste pour sortir du double après une très mauvaise entrée. Une action qui se solde par un écrasement dans l’oxer de sortie. Élimination également pour le Saoudien Abdelkraim Abbar, ouvreur de l’épreuve, avec Cayen van het Hobos. D’une manière générale, Émirats arabes unis et Arabie Saoudite, venus chercher une place pour la finale mondiale de la Coupe des nations, ont passés à côté de leur sujet.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez

  • arabebarbe - le 16/02

    Félicitations à notre belle équipe, cavaliers et chevaux ! ça fait vraiment plaisir. Le récit de certains flops fait vraiment mal au coeur - pour les chevaux ...