Les chevaux continuent de tomber aux Émirats arabes unis

Crédit : Collection privée

Vendredi 27 janvier - 14h40 | Johanna Zilberstein

Les chevaux continuent de tomber aux Émirats arabes unis

Depuis le début du mois de janvier, six chevaux ont trouvé la mort en course aux Émirats arabes unis. Loin des progrès promis lors de leur réintégration, les Émiratis semblent être retombés dans leurs travers, affichant des vitesses en course hallucinantes... Sous le regard de la FEI, qui reste muette.

Six chevaux tués en vingt-deux jours. Voilà le triste constat de la saison d’endurance qui se poursuit à Dubaï. Hier, jeudi 26 janvier, El Nize Shareef, un hongre de dix ans qui évoluait sous la selle de la Belge Elizabeth Hardy, a dû être euthanasié pour ’’catastrophic injury’’ sur la première boucle d’une course nationale de 100km, portant à six le nombre de victimes équines de la discipline sur les vingt-deux derniers jours.
Tout a commencé le 4 janvier dernier lorsque deux chevaux ont dû être endormis après de graves blessures sur une CEI réservées aux femmes où la vitesse moyenne atteignait les 40km/h sur la dernière boucle… Trois jours plus tard, un troisième cheval est dans le même cas. Les deux derniers ont été euthanasiés sur une course nationale de 40km, le 23 janvier.
’’Les deux derniers décès sont très inquiétants et il y a un besoin urgent de comprendre, d’un point de vue vétérinaire et scientifique, ce qui a causé ces blessures graves’’, s’est exprimé Manuel Bandeira de Mello, directeur de l’endurance à la Fédération équestre internationale, hier. ’’Comme je l’ai dit précédemment, il apparaît clairement que le surentrainement est probablement la cause de tout cela, alors que le respect de la période de repos est crucial. Mais les nouveaux dirigeants de la fédération émiratie sont encore plus concernés que les précédents par ces problèmes, et nous allons continuer à travailler étroitement avec eux afin de trouver des solutions sérieuses.’’ Selon le site britannique Horse & Hound, la FEI a également déclaré que cette récente série de blessures pourrait être due à des fractures préexistantes, causées par les techniques d’entraînement utilisées.

Mais que fait la FEI ?

Toujours étant que cette morbide loi des séries a évidemment fait bondir la communauté internationale. Par la voix de son président, Michael Campbell, l’American Endurance Ride Conference, association pour l’endurance américaine, a ainsi publié une lettre ouverte à l’attention de William Moroney et Murray Kessler, directeur général et président de la Fédération américaine. ’’Les Émirats arabes unis ont été suspendus et les championnats du monde leur ont été retiré l’an passé. Pourtant, ces mesures semblent avoir été clairement inefficaces’’, rappelle-t-il. ’’Je demande à ce que la communauté de l’endurance émiratie soit suspendues de toutes compétition internationale pour une durée indéterminée, jusqu’à ce que la FEI détermine les causes de ces décès. Les manquements de la communauté équestre de Dubaï au respect des standards du bien-être du cheval ne peuvent pas être tolérés dans le monde.’’ Michael Campbell appelle également sa fédération à engager le dialogue avec la FEI à ce sujet. De son côté, l’instance gouvernante du sport dans le monde a annoncé qu’une enquête allait être diligentée par son comité d’endurance. ’’Le Comité d’endurance va conduire une revue totale des règles d’endurance, ce qui va inclure un suivi de l’âge des athlètes, humains et chevaux, et des périodes de repos et qui pourrait potentiellement mener à des sanctions envers des entraîneurs, et une refonte du système de haut niveau’’, a ainsi annoncé Manuel Bandeira de Mello.
Reste maintenant à voir si la Fédération équestre internationale va effectivement agir. Car, si elle avait agréablement surpris le monde en décidant de suspendre pour une durée indéterminée la fédération émiratie, depuis la réintégration de celle-ci, l’instance semble laisser faire les choses sans vraiment intervenir. Car depuis le début de la saison d’endurance aux Émirats arabes unis, en octobre dernier, ce ne sont pas six mais bien huit chevaux qui sont morts, victimes de ces tristement banales ’’catastrophic injuries’’. Pourtant, aucune voix ne s’est publiquement fait entendre du côté de la FEI. Sans parler de l’incident survenu aux championnats du monde de Samorin, où le cadavre d’Ajayeb, jument émiratie euthanasiée en course, a été perdu sur la route de l’autopsie, et où la FEI a déclaré n’avoir relevé ’’aucune faute professionnelle’’, à peine quelques ’’lacunes’’.

À lire aussi...
- ​Abu Dhabi : nouveau décès en course
- ​Ça continue aux Émirats...
- Peut-on vraiment mettre un terme aux abus des Émirats arabes unis ?

À lire également...

Réagissez

  • Sylvia - le 27/01

    Une boucherie! Leur pétrole leur permet tout et la corruption des grands décideurs les couvrent Arretons aussi de leur vendre des chevaux

  • arabebarbe - le 27/01

    Il faut absolument que les fédérations dignes de ce nom, les vrais cavaliers d'endurance (celles et ceux qui aiment leurs chevaux et font de si belles courses), les éleveurs, le public... se révoltent pour de bon et pilonnent la FEI pour qu'elle agisse enfin.

  • arabebarbe - le 27/01

    REVOLTANT, REPUGNANT, INFÂME...