Mondial du Lion d’Angers : le point après le cross

Mighty Magic. Ph Pauline Chevalier.

Lundi 25 octobre - 18h36 | AnneClaireL

Mondial du Lion d’Angers : le point après le cross

Après le cross, deux chevaux semblent déjà se détâcher du lot. Un point sur l'épreuve phare du Mondial du Lion d'Angers.


Chez les six ans : peu de surprises !


Pour cette nouvelle édition, le parcours partait à main droite. Il ne comportait pas de grosses surprises avec un chronomètre non sélectif mais c’est aussi une volonté pour bien assoire la formation de nos jeunes performers. De ce fait, les superbes obstacles ont fait peu ou peu de modifications dans le classement. Les têtes de listes sont toujours là à l’image de Sara Algotsson-Ostholt et sa belle [Mrs Medicott]. La jument, qui a débuté le complet cette année après quelques années en saut d’obstacle, a été parfaite et à l’écoute faisant parler sa grande galopade. Elle conserve son avance sur [Nicola Wilson] et Annie Clover qui a tout aussi bien réussi même si la jument a été sur l’œil tout le parcours et n’a trouvé sa concentration que sur le dernier obstacle.


Elle devance Kitty King et Zidante qui s’installe seule sur la troisième place du podium après le refus subit par Franziska Haunhorst et Songline 2 sur le fameux hibou. Ensuite, pas de changement dans le classement et le meilleur français demeure [Eric Vigeanel] et Rose D’Ankor. La jolie Rose apprend à chaque sortie mais ravie le public, son entourage et son cavalier propriétaire à chaque sortie. Il n’est cependant plus suivit par Cédric Lyard et Quatar de Soulac qui sont victimes d’une chute sur le n°3 pour cause de trop grande gaillardise du cheval. Il est très intéressant de noter que les meilleurs cavaliers du monde sont présents avec leurs jeunes, à l’image de Clayton Frédéricks et Mr Sydney Rocks quatrième après un tour à toute allure voir même parfois limite, Bettina Hoy avec Designer 10  ou encore Karin Donckers avec Unique, une fille du récent champion du monde Vigo d’Arsouilles.


La compétition va cependant garder son suspens jusqu’au bout car le saut d’obstacle dans une grande arène pleine de monde est toujours une épreuve bien plus difficile !


Chez les sept ans : la très grande classe de Mighty Magic


Après avoir été le dauphin de [Petrus de la Triballe] l’an dernier, l’étalon [Migthy Magic] a cette fois-ci éclaboussé de sa classe le Mondial des sept ans. Le cheval monté par [Andreas Dibowski] est en tête depuis le dressage avec une confortable avance. Sur le cross, il n’a jamais failli galopant avec aisance et facilité et sautant sans sourciller, et dans un timing parfait, les difficultés de ce parcours de sept ans à l’image du fameux Cottage, un gros contre-bas en forme de maison suivie d’un directionnel dans la descente. En effet, cet obstacle fut un peu la bête noire du parcours même si on peu observer des fautes dans tout le parcours de plus de 5 km. Il fallait ne pas flâner pour être dans le temps mais le chronomètre était lui aussi plus réalisable. Là aussi, les meilleurs cavaliers mondiaux sont aux avant postes. Mighty Magic conserve une barre d’avance sur le cso devant Pippa Funnel et une jument de son élevage, Billy Shannon, qui selon sa cavalière manquait légèrement de condition et de compétition ce week-end.

 
Régulier et en progression toute l’année, Pacific Barbotière et Aurélien Kahn sont toujours troisièmes. Le vice champion de France, récent gagnant de Breda est un cheval tardif mais on sent un vrai potentiel futur. Même s’il a été fatigué à la fin du cross, il a bien récupéré. Et pour un chronomètre plus parfait, obtenu en poussant un peu le cheval, Aurélien devance Andreas Ostholt et So is et dans le classement mais pas au nombre de points. M. Dibowski est l’homme en forme de ces sept ans et place FRH Butt Avedon en 5ème position.

 
Côté français, Jean Teulère épaule Aurélien, avec Obélix à la septième place et Donatien Schauly et Pivoine des Touches ont aisément galopé pour prendre la douzième place. Leur moins bonne performance lord du dressage est donc un peu pénalisante pour un meilleur classement.

 
Le cross a donc simplement permis de mettre en avant les chevaux prêts, les futures stars que l’on devrait observer en niveau 3 étoiles en fin d’année prochaine et ensuite à plus haut niveau tant on sait que le Mondial est un détecteur de futurs cracks. Mais là aussi, il reste le saut d’obstacle qui peut encore entraîner des modifications importantes, comme chaque année.

Pauline Chevalier

À lire également...

Réagissez