Tobias Meyer défie les pronostics à Lyon

Crédit : PSV/Morel

Vendredi 28 octobre - 22h53 | À Lyon, Johanna Zilberstein

Tobias Meyer défie les pronostics à Lyon

Alors que les ténors ont trébuché, Tobias Meyer s'est offert le Grand Prix qualificatif pour l'étape Coupe du monde qui aura lieu dimanche, à Lyon. En selle sur Cathleen, l'Allemand a signé un magnifique barrage, s'offrant la victoire devant l'Irlandais Darragh Kenny sur Go Easy de Muze et l'Allemand Christian Ahlmann sur Codex One.

Il y en a eu, des ténors en difficultés ce soir. Et pourtant, ce Grand Prix où les barres s'élevaient d'1,50m à 1,60m était le rendez-vous à ne pas manquer pour tenter sa chance dans le Grand Prix Coupe du monde de dimanche. Car sur les cinquante couples au départ, seuls quarante meilleurs pouvaient prétendre à participer à la troisième étape du circuit européen de l'Ouest de la Coupe du monde.
Et c'est Philippe Rozier qui a eu la lourde de tâche de s'élancer le premier sur ce difficile parcours, où la ligne courbe composée d'un triple et d'un double a fait pas mal de dégâts. Mais, si le Francilien ne fait pas de catastophe, ne touchant pas la moindre barre avec Rahotep de Toscane, sa cadence n'est pas assez rapide pour l'envoyer au barrage et il rentre avec un point de temps dépassé. Julien Épaillard, lui, signe le deuxième parcours à quatre points le plus rapide avec Cristallo A*LM, alors que Julien Gonin manque le coche avec Soleil de Cornu CH, prenant un point de pénalité. Pour Simon Delestre, le parcours se termine sur deux fautes dont on n'avait plus à l'habitude avec Chesall*Zimmequest, qui n'a cessé d'enchaîner les sans-faute depuis quelques temps. Le Marocain Abdelkebir Ouaddar, lui, présente un Quickly de Kreisker dans une petite forme, qui boucle avec deux fautes. Le Britannique Scott Brash, qui tente sa chance avec Ursula XII, faute dès le début de parcours et la jument, déréglée, sort avec l'un des scores les plus lourds de la soirée avec son compteur à vingt-deux points. En selle sur Quartz Rouge, Jérôme Hurel faute sur le numéro un avant d'enchaîner un parcours parfait, écopant malgré tout d'un petit point de temps dépassé. Pour Olivier Robert, tout se passe parfaitement bien jusqu'à l'entrée du double, qui lui coûte le barrage avec Quenelle du Py. C'est toujours mieux que Pénélope Leprevost, qui faute à deux reprises avec Ratina d'la Rousserie, sur le deuxième oxer et sur l'entrée du double. Huit points également au compteur du Belge Jérôme Guéry, associé à Papillon Z. Le deuxième oxer coûtera également la finale au chronomètre à Kevin Staut, qui montait ce soir Elky van het Indihof*HDC. Maelle Martin et Giovani de la Pomme font huit points, tandis que Timothée Anciaume rentre avec treize points avec Kiamon. Le score est identique pour l'Italien Lorenzo de Luca, qui présentait Armitages Boy, toujours aux écuries Stephex en attendant d'avoir trouvé preneur. Patrice Delaveau, qui ressortait ce soir Orient Express*HDC pour la première fois sur un CSI 5*, a dû faire face à quelques difficultés. Après une faute sur le numéro deux et une sur l'entrée de triple, l'étalon refuse finalement le milieu de la combinaison. Ne souhaitant pas imposer plus à son vice-champion du monde de compagnon, le Normand préfère alors lever la main.

Nicolas Deseuzes encore en forme !

Malgré tout, ils sont quatorze à revenir au barrage. L'Allemand Christian Ahlmann, que l'on sait redoutable barragiste, est le premier à s'élancer avec Codex One. Il signe un premier parcours parfait et établit un temps de référence en 37"55 qu'il va falloir aller chercher tant son tracé semble milimétré. Le Suédois Douglas Lindelöw tente sa chance mais manque de vitesse avec Zacramento (39"78). Le Belge Gregory Wathelet, lui, va très vite avec Eldorado van het Vijverhof (36"07), mais faute sur un vertical qu'il aborde d'un peu trop près. L'Irlandais Darragh Kenny, lui, s'offre le luxe de supplanter l'Allemand, l'air de rien, avec Go Easy de Muze (37"29). Mais son chronomètre ne tient pas longtemps puisque le jeune Allemand Tobias Meyer, en selle sur Cathleen, donne tout ce qu'il a et boucle en 36"57 un barrage de folie où il aura tout demandé à sa jument. Le Néerlandais Gerco Schröder, lui, préfère assurer avec le jeune Glock's Lausejunge (39"26), alors que Nicolas Deseuzes, vainqueur du Grand National hier avec Razzia des Sables, poursuit son fabuleux week-end en signant la meilleure performance tricolore de cette épreuve sur Quilane de Lezeaux (sans-faute, 38"31). L'Irlandais Billy Twomey, quant à lui, essuie l'inhabituel score de seize points avec le bon Diaghilev, tandis que l'Italien Piergiorgio Bucci termine dans le sable après avoir pris une mauvaise foulée sur un oxer avec Casallo Z. Les cinq concurrents suivants, le Suisse Paul Estermann sur Lord Pepsi, le Tricolore Roger-Yves Bost sur Qoud'Coeur de la Loge, l'Irlandais Shane Breen sur Golden Hawk, le Colombien Carlos Lopez sur Cuplandra et le Néerlandais Jeroen Dubbeldam sur SFN Zenith, commettent tous au moins une faute, laissant filer la victoire au jeune Allemand, qui prie à chaque entrée de cavalier au paddock.
Mais les esprits du saut d'obstacles étaient bien avec lui ce soir, et ont décidé de récompenser son incroyable barrage, lui offrant la plus belle victoire de sa jeune carrière.

Les résultats ici

À lire également...

Réagissez

Le mag

GRANDPRIX #109 GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE

GRANDPRIX #109

(GRANDPRIX n°109 SEPTEMBRE)

S'abonner à GRANDPRIXAcheter GRANDPRIXProgramme Avantages

Twitter