Noroc, des pots cassés à la breloque

Crédit : Daniel Kaiser

Lundi 17 octobre - 14h42 | Johanna Zilberstein

Noroc, des pots cassés à la breloque

Explosions de joie, étoiles dans les yeux, franches accolades... Sur les photos, la médaille d'or de l'équipe Noroc, qui représentait la France aux derniers championnats du monde de voltige cet été au Mans, avait tout d'un conte de fée. Ses six membres racontent pourtant une autre histoire : l'envers du décors, partgé entre entraînements rigoureux, caractères explosifs et progrès inattendus.

C'était une évidence : le deuxième programme Libre déroulé par l'équipe Noroc dans le manège du Mans, fin août, allait lui permettre de remporter le titre de championne du monde. L'appréciation des juges a confirmé le frisson de fierté qui traversait le public français : un 9,8 et un 10 en artistique. Rarissime! Ce n’était pas sans rappeler pourtant une autre performance: celle de Jacques Ferrari lors des Jeux équestres mondiaux de Normandie, en 2014 au Zénith de Caen. Ce même voltigeur qui a transformé la discipline en proposant dans ses programmes non plus une seule démonstration gymnique, mais l’incarnation théâtrale d’un personnage. Ce même voltigeur qui n’est autre que le créateur, l’entraîneur et le leader du collectif manceau. "Je ne conçois pas la voltige uniquement en termes techniques", assène-t-il. "Mon intention première est d’emporterle public dans un univers." "On est dans du spectacle,Jacques a conçu Noroc comme cela", affirme Romain Bernard, le chorégraphe de l’équipe de France qui a accompagné le groupe tout au long de sa préparation. "C’est un projet abouti avec une musique créée sur mesure (par le jeune Henry Benoît, ndlr) et des costumes pensés à des fins artistiques." Sûr que leurs plumes majestueuses donnent envie de s’envoler à leurs côtés… Cette proposition dépassant le cadre de la voltige académique a fait la différence aux yeux des juges. "Quand j’ai vu le passage des Allemands, je me suis dit que ce n’était qu’une question de points: ils ont beaucoup d’avance sur les Imposés, mais ils proposent une voltige classique", illustre l’artiste.

La suite de cet article richement illustré est à lire dans le numéro d'octobre de Grand Prix Magazine.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici
Ou achetez-le ici

À lire également...

Réagissez