Alberto Zorzi démarre en trombe sur le circuit Coupe du monde

Crédit : Sportfot (archives)

Dimanche 16 octobre - 16h15 | Johanna Zilberstein

Alberto Zorzi démarre en trombe sur le circuit Coupe du monde

Oslo a vu se jouer cet après-midi la première étape de la ligue européenne de l'ouest du circuit Coupe du monde. Au terme d'un barrage bien fréquenté, aussi bien qualitativement que quantitativement, l'Italien Alberto Zorzi a remporté la mise avec la très bonne Fair Light van't Heike. Il a devancé l'Allemand Marcus Ehning, sur Funky Fred, et le Belge Pieter Devos, sur Dream of India Greenfield.

Le rendez-vous était pris. À 14h, quarante cavaliers avaient rendez-vous sur la piste d'Oslo, en Norvège, pour la première étape de la ligue d'Europe de l'Ouest du circuit Coupe du monde. Une première compétition indoor très attendue par les afficionados du circuit, venus marquer leurs premiers points.
La compétition a démarré sur les chapeaux de roues. Le parcours, à la fois tournant et fluide, n’a pas entraîné de grosses catastrophes, permettant aux chevaux, même à grande action, de s’exprimer pleinement. L’Italien Alberto Zorzi, en selle sur l’excellente Fair Light van’t Heike, lance ainsi les hostilités sur un sans-faute. Le jeune Norvégien Pål Flam signe également un joli parcours où il ne met pas la moindre barre par terre mais se retrouve pénalisé d’un point de temps dépassé. Privé de barrage, il laisse néanmoins éclater sa joie en sortie de piste. Avec Safari d’Auge, Julien Épaillard laisse tomber deux barres, avant de venir à bout des autres difficultés, double et barre de spa compris. Mais une ultime faute sur le dernier obstacle condamne le couple à terminer avec treize points toutes pénalités confondues. Mathieu Billot, lui, lance Radja des Fontaines à vive allure. Sans commettre la moindre faute, le Tricolore rentre avec près de deux secondes d’avance sur le temps imparti, et inscrit son nom à la liste des barragistes. Vainqueur de ce Grand Prix l’an passé, Pénélope Leprevost ne parvient pas à rééditer avec Ratina d’la Rousserie, écopant d’une barre sur un oxer et d’un point de temps dépassé pour quatre-vingt-deux centièmes. Kevin Staut, lui, n’a aucun problème pour signer le dixième sans-faute de l’épreuve avec Rêveur de Hurtebise*HDC. Le Belge Jos Veerloy, lui, passe tout près du parcours parfait mais écope finalement d’une faute avec le bon Caracas. Pour Simon Delestre, en revanche, tout se passe du mieux possible avec Chesall Zimmequest.
Toujours premier à prendre le départ, Alberto Zorzi mène sa Fair Light van’t Heike à vive allure. Sans prendre tous les risques, il établit un premier temps de référence plus que correct en 36’’93. Le Danois Lars Bak Andersen s’élance alors à sa poursuite avec le gris Carrasco. Mais il faute dès le premier obstacle de ce deuxième parcours, et décide alors d’assurer la suite du parcours. Il rentre finalement avec cinq points au compteur, et un temps de 47’’77. L’Allemand Marcel Marschall, lui, met de la cadence tout en restant prudent. Le généreux Utopia suit les ordres de son pilote mais met le dernier vertical à terre, bouclant en 40’’29. 

Un oxer qui coûte cher aux Tricolores

Alors que la tête est toujours aux mains de l’Italien, Mathieu Billot, premier des trois Tricolore qualifiés, s’élance. Il part vite mais assure ses abords, tout en coupant ses virages, ce qui lui vaut une grosse faute sur un oxer, où Radja des Fontaines manque un peu de couverture, qui sera malheureusement la seule du parcours. Avec son chronomètre 40’’38, il prend la troisième place au provisoire. Grand habitué du circuit Coupe du monde, Geir Gulliksen semble être sur les rangs pour se classer. Mais, même si Edesa S Banjan saute bien, le Norvégien prend un peu trop son temps, et rentre avec quatre points en 46’’14. Ultra motivée en première manche, la Belge Gudrun Patteet l’est toujours autant sur cette finale, mais fait la même faute de précipitation que Mathieu Billot. Elle boucle avec une faute en 41’’44. Son compatriote Pieter Devos tente à son tour sa chance. Bien lui en prend puisqu’il signe un parcours sans-faute en 38’’10. L’Irlandais Cian O’Connor et son excellent Good Luck se font quant à eux avoir sur un vertical, malgré un bon chronomètre (38’’34). Pour Kevin Staut et Rêveur de Hurtebise*HDC, les choses sont toujours aussi fluides, malgré deux fautes (38’’18), sur un vertical et sur l’oxer qui avait déjà pénalisé Mathieu Billot. À la poursuite de l’Italien, le Belge Niels Bruynseels et son Cas de Liberté, pourtant rôdés à l’exercice, vont également à la faute (37’’71). À ce stade de la compétition, Meredith Michaels-Beerbaum a défini sa stratégie pour tirer son épingle du jeu. L’Allemande assure le sans-faute avec Comanche, et rentre avec le chronomètre de 41’’53. Le Suédois Rolf-Göran Bengtsson connaît son boulot avec l’expérimenté Casall Ask. Il signe ainsi un parcours parfait en 38’’38. Pas assez pour renverser Zorzi, mais suffisant pour espérer un podium. Avec le très en forme Emerald, le Néerlandais Harrie Smolders, lui, ne peut éviter une petite faute (39’’46). C’est au tour de Lorenzo de Luca de tenter de détrôner son compatriote avec le bon Limestone Grey. Mais, malgré un bon chronomètre (38’’42), il ne peut éviter une faute. Alors que six cavaliers doivent encore tenter leur chance, Edwina Tops-Alkexander part à plein régime avec Caretina de Joter. Après un excellent début de parcours, l’Australienne renverse un oxer en toute fin de parcours, et n’a pas été assez rapide pour accrocher une place d’honneur. Piergiorgio Bucci prend sa chance, et a certainement fait un peu trembler Alberto Zorzi, sortant sa la moindre pénalité en 38’’35. Dernier Tricolore à entrer en piste, Simon Delestre n’échappe pas à l’oxer qui avait déjà coûté cher à Billot et Staut, et y inscrit sa seule faute, avec Chesall Zimmequest. Avec tout son talent, Marcus Ehning part à la poursuite de Zorzi. L’air de rien, son excellent Funky Fred fait le job, et passe les cellules d’arrivée en 37’’34. Pas assez pour prendre la tête, mais cela pourrait suffire pour terminer sur le podium. Tout dépend des deux derniers couples. Le Suédois Peder Fredricson, qui se sent pousser des ailes depuis le début de la saison, tente sa chance. Tranquillement mais surement. Avec le jeune H&M Flip’s Little Sparrow, dix ans, le vice-champion olympique prend son temps et signe un parcours sans pénalité sur les barres. Ce qui n’est pas si mal joué puisque ses deux points de pénalité lui permettent de terminer sans prendre de risques dans le top dix. Dernier en piste, Steve Guerdat joue le tout pour le tout. Il tourne court avec la bonne Bianca, mais ne parvient pas à rattraper Alberto Zorzi, qui s’offre donc cette première étape de Coupe du monde. Le Suisse, lui, prend la quatrième place définitive.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez