Comment préparer les concours indoors ?

Crédit : Scoopdyga

Mercredi 12 octobre - 14h15 | Théo Caviezel

Comment préparer les concours indoors ?

Passer de la carrière au manège dans notre propre centre équestre, cela paraît normal et simple, mais passer d'un concours en extérieur à un concours en manège peut parfois se revéler délicat. Pour éviter les mauvaises surprises, il faut donc minutieusement préparer ce moment. GrandPrix-Replay a donc demandé à Julien Anquetin et Olivier Robert, qui préparent les premiers CSI 5*-W de la saison, leurs conseils d'experts.

Le jeune cavalier français Julien Anquetin goûtera aux plaisirs du concours indoor à Helsinki, à l'occasion de sa première sélection en CSI 5*-W. Une échéance importante qu'il prépare tranquillement, sur le circuit national. "J'ai commencé à préparer la saison indoor le week-end dernier, au Grand National de Lorient. Pour moi, c'est assez inhabituel de faire ça, c'est la première année que j'attaque la saison hivernale sur une étape Coupe du monde donc je pense que la meilleure façon de préparer mes chevaux de tête était de sauter cette étape du Grand National, qui est en indoor avec une bonne ambiance. Olivier Robert a fait la même chose que moi, alors je me dis que ce n'était peut-être pas une mauvaise idée ! (rires)" 
Avantage non négligable, le Normand possède un manège chez lui, et a donc habitué ses chevaux aux joies des séances à l'intérieur. "Je pense que c'est plus facile pour les chevaux d'être habitués à travailler dans un espace couvert avec moins de lumière naturelle, mais quand on a des chevaux de métier, ça ne change pas forcement grand-chose."
Alors Julien, prêt pour le grand saut (en manège !) ? "Mes chevaux, finalement, sont habitués chaque hiver à courir à l'intérieur. Il y aura juste certainement l'atmosphère qui changera à Helsinki. En tout cas, je le prépare comme un concours comme un autre !"

Pour Olivier Robert, la méthode a finalement été la même que Julien Anquetin... Bien différente de celle qu'il emploie d'habitude !
"Habituellement, je finis de préparer ma saison indoor au Maroc, à l'occasion du Morroco Royal Tour qui propose un CSI 3* en indoor à el-Jadida. Cette préparation avait plutôt bien marché, mais cette année, nous avons revu nos plans et avons décidé d'aller directement au CSI 5*-W d'Helsinki après avoir couru l'étape du Grand National de Lorient."
Mais Olivier aussi peut compter sur un manège chez lui, afin de se préparer au mieux. "Grâce à cela, nous avons une faculté de travail à l'intérieur assez bonne. Maintenant, c'est à nous d'organiser les choses convenablement. Mais Quenelle du Py a aussi beaucoup de métier et j'espère que la saison démarrera convenablement en indoor... En tous cas, je crois que nous sommes prêts !"
Une motivation qui s'explique facilement puisqu'Olivier avoue avoir un faible pour les concours indoor... "Je trouve que le concours extérieur et le concours indoor sont deux sports totalement différents dans le saut d'obstacles, mais je suis particulièrement adepte de l'indoor. C'est quelque chose qui me plait énormement, j'ai eu des résultats convenables par le passé sur ces concours, c'est ce qui me plait le plus !"

Ancien entraîneur de l'équipe de France et du Brésil, Jean-Maurice Bonneau voit le concours de préparation comme une étape indispensable : "Pour les chevaux qui ont déjà fait des concours en indoor et pour les gens qui ont des manèges chez eux, l'idéal est de sauter un peu dans le manège avant de partir et de faire un concours de préparation effectivement comme certains vont le faire au CSI 3* de Saint-Lô avant d'aller à Lyon. Après ça se fait tout seul j'ai envie de dire ! C'est sûr qu'un cheval qui découvre cet environnement peut être surpris. Mais de plus en plus de concours proposent des épreuves indoor Jeunes Chevaux pour les préparer à tout cela. Tout le monde saute dans les manège au Pôle Européen du cheval au Mans très jeune, donc pour moi, l'indoor n'est pas une transition qui  nécessite une préparation longue et trop sophistiquée. Moi ce que je fais, c'est que je change mes exercices et ma façon de travailler : je met des obstacles sur des distances indoor, c'est à dire des lignes à trois foulées, quatre foulées, cinq foulées, six foulées, sept foulées, en gros je fais toute la gamme sur des parcours pas forcément grands. Je raccourcis les distances qu'ils vont être à même de retrouver en indoor. J'ai donné un entrainement à Frédéric Busquet avant son départ au Grand National de Lorient (où il a remporté le Grand Prix, ndlr !). Nous avons sauté dans son manège et je lui ai vraiment mis toute la gamme. En gros, sur une répétition générale, je lui met le schéma de ce qu'on peut retrouver sur les concours indoor.  Le but est d'amener des chevaux et des cavaliers prêts. Ce qui fait la différence avec les concours extérieurs c'est que dehors ce sont des lignes à huit foulées, neuf foulées, les espaces sont bien plus larges Fondamentalement, il faut également dans la préparation mettre un obstacle à trois foulée sortie de virage, car c'est typiquement la difficulté que l'on ne retrouve pas dehors. Je fais très attention à tout le travail d'avant dans le tracé, le contrôle, l'abord..."
 

À lire également...

Réagissez