’’Je ne suis pas ce genre de personne’’, Kevin Thornton

Crédit : Sportfot

Mardi 11 octobre - 17h43 | Johanna Zilberstein

’’Je ne suis pas ce genre de personne’’, Kevin Thornton

Depuis hier soir, la planète équestre s'est émue du brusque décès de Flogas Sunset Cruise. Alors qu'il galopait sur la piste de galop de l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer, le gris s'est brusquement effondré. Des témoins ont alors de suite accusé Kevin Thornton, son cavalier, de l'avoir poussé au bout de ses moyens physiques.

D’abord muré dans le silence, le cavalier de vingt-huit ans a finalement pris la parole dans les colonnes de l’Irish Field, un site irlandais. Il a ainsi nié avoir cravaché à mort Flogas. ’’J’ai passé toute ma vie avec les chevaux’’, a-t-il expliqué. ’’Jamais je ne cravacherais un cheval à mort. Je ne l’ai pas fait et ne le ferais jamais. Je ne suis pas ce genre de personne.’’ Kevin Thornton est également revenu sur le temps qu’il a passé avec le gris, alors que certains témoins l’accusent d’avoir passé plus d’une heure à galoper sur la piste. ’’Je ne l’ai pas monté pendant trois heures, comme certains ont pu le dire sur les réseaux sociaux. Je le montais depuis quinze ou vingt minutes maximum quand il s’est écroulé.’’ Le cavalier revient également sur l’identité du cheval, erronée lorsque l’affaire a éclaté puisque les témoins affirmaient qu’il s’agissait de Startschuss et non de Flogas Sunset Cruise. ’’J’ai d’autres chevaux gris que les gens semblent avoir confondu, car je les ai montés un peu plus tôt dans la journée.’’
Kevin Thornton est également revenu sur sa journée d’hier, où tout a basculé. ’’Flogas s’était bien comporté tout le week-end. Il a été sans-faute le premier jour. Le deuxième jour, il était un peu endormi avant le premier obstacle, mais il a bien sauté. Il était comme ça. J’ai parlé avec Vinnie (le marchand Vinnie Duffy, copropriétaire de Flogas, ndlr) et je lui ai dit que j’allais galoper dehors. Je l’avais fait avec les deux autres gris et ils semblaient très heureux. J’ai donc emmené Flogas dans une zone ouverte aux cavaliers. Il était dans une bonne forme mais j’ai dû le réveiller une ou deux fois à l’entrée. C’était la première fois que j’étais un peu dur et il a réagi brusquement, faisant quelques écarts. J’ai essayé de le contenir et de rester calme. (…) Il était très nerveux et je me suis dirigé vers mon groom qui m’attendait avec un stick de dressage – je le monte toujours avec un stick de dressage à la maison. Il a presque sauté sur le groom. Nous sommes donc allés dans l’autre carrière. Il ne respirait pas fort ou lourdement. Mais je le sentais très étrange sous ma selle. Je suis descendu et il s’est écroulé. J’ai retiré la selle et j’ai immédiatement appelé un vétérinaire.’’
Suite à cet incident, les organisateurs du concours ont affirmé avoir exclu Kevin Thornton de la compétition. L’Irlandais, lui, tient un tout autre discours dans les colonnes de l’Irish Field. ’’J’ai parlé aux officiels, les organisateurs étaient compréhensifs. Ils m’ont offert un café et m’ont demandé ce qu’il s’était passé. Ils ont dit que je pouvais rester. Je voulais partir, je ne me sentais pas en mesure de monter après cela. Ils ont dit qu’il n’y avait aucun problème. J’ai lu sur le net qu’ils m’avaient mis dehors. Ils ne l’ont pas fait. Ils m’ont dit que je pouvais rester si je le désirais.’’
Également interrogé par le site irlandais, Vinnie Duffy a quant à lui affirmé qu’il était ’’dévasté par la perte du cheval et dévasté pour Kevin, qui a été diffamé. Il y a beaucoup d’erreurs et de mensonges qui sont pris comme des faits.’’

À lire également...

Réagissez

  • Klarin - le 15/10

    Frapper un cheval , quelle attitude déplorable , minable,exécrable, lamentable...