Samedi 09 octobre - 05h13 | admin_root

JEM : « Tout roule ! », Laurent Elias

A deux heures de l’entrée en piste, les Français sont sereins, c’est tout au moins ce que confie Laurent Elias, le sélectionneur national à GrandPrix-replay.com.

 
GrandPrix-replay.com : Comment se trouvent les couples français à deux heures de l’entrée en piste de Pénélope ? Laurent Elias : Ils sont bien parce qu’ils ont tous passé la barre la plus difficile, celle de la qualification des trente. Ce qui arrivera maintenant ne sera que du bonus. Il faut bien évidemment avoir encore en tête cette idée d’aligner les zéro mais tout est possible. Tout dépendra de la difficulté du parcours, c’est cet élément qui fera la différence.

 
GPR : Jusqu’où peut-on espérer aller ? L.E. : C’est encore possible à mon sens de rentrer dans les quatre en alignant deux tours sans-faute. Plus probablement pour Kevin parce que son écart est le moins important. Pour les autres : il faut compter sur les fautes des concurrents. Ce que feront ces concurrents, l’état de fraicheur de leurs chevaux, ça je ne le maîtrise pas.

 
GPR : Comment vont nos chevaux ? L.E. : Les nôtres sont très bien. On a passé la visite ce matin. Les quatre étaient clean, nickel. Ils ont sauté, sauté, sauté, resauté, ont été en condition et n’ont pas été éprouvés plus que cela. Tous les contrôles que l’on fait derrière le concours, le lendemain et le matin montrent des chevaux encore frais et disponibles.

 
GPR : Qu’ont fait les cavaliers hier ? L.E. : Je ne sais pas tout parce que justement je ne voulais plus les emmerder ! J’ai interdit à quiconque d’aller les voir parce que c’était la seule demi-journée en quinze jours qu’ils avaient pour eux. Donc ils sont allés se balader, ont dormi ; j’ai joué au ping-pong avec Olivier Guillon. C’était décompressé. On est très présent pendant les épreuves par équipes, même si c’est dans ma nature d’être discret.

 
GPR : Quel cheval français mettrait le plus dans l’embarras les autres cavaliers en cas de qualification pour la tournante ? L.E. : Indéniablement Lord de Theize.

 
A Lexington (Etats-Unis), propos recueillis par Daniel Koroloff 

À lire également...

Réagissez