L'endurance face au défi de la vitesse

Crédit : Éric Knoll/FEI

Mardi 04 octobre - 16h36 | Pierre Jambou

L'endurance face au défi de la vitesse

Depuis les championnats du monde, qui se sont tenus il y a quelques semaines à Samorin,  l’endurance se trouve à nouveau face au défi de la vitesse suite à la mort de la jument Ajayeb.

Vu les vitesses atteintes à Samorin, rattraper les Émirats arabes unis semble impossible. Mais ils ont tous été éliminés, soit pour problèmes de métabolisme, soit pour boiterie, après le drame survenu avec la mort d’Ajayeb.
Que ce soit  sur le terrain extra-plat de Samorin ou sur le parcours plus valonné d’Argentan, ils ont tenté d’aller aussi vite que dans le désert, avant d’être sortis par un jury imperturbable. Dans le cas de Samorin le règlement a été bien respecté, alors que traînent toujours des procès en suspicion autour de certains vet-gates, mais plutôt à la fin de la course… L’intervention publique du Docteur Christophe Pelissier, le vétérinaire de l’équipe de France, après l’accident d’Ajayeb a notamment mis le jury devant ses reponsabilités.
Le scandale s’est aussi manifesté sur les réseaux sociaux, suite à la fracture ouverte du canon – qui a conduit à son euthanasie - de la jument championne d’Europe en titre et aussi victorieuse sur la dernière al-Maktoum Cup. Beaucoup estiment qu’Ajayeb n’aurait pas dû repartir car ’’son trotting n’était pas carré’’, dit-on. Conséquence : il est probable que ce soit une fracture de fatigue qui est survenue alors qu’elle était en tête. Aurait-elle trop couru avant cette échéance dans ce cas ? Pour beaucoup la réponse est oui, de même pour les autres chevaux des Émirats.
Si les règlements en cours sont suffisants, comme on peut l’admettre, il faut en tout cas veiller à ce qu’ils soient strictement appliqués. Et c’est là la responsabilité de la Fédération équestre internationationale (FEI) pointent ceux qui ont des soupçons de corruption. La FEI est d’ailleurs restée indifférente devant un petit jeu qui a aussi fait scandale : les places de grooming étaient tirées au sort pour ne favoriser personne. C’est l’Italie qui a tiré le meilleur emplacement, finalement cédé au pays du Golfe… ’’Je suis allée réclamer auprès de la FEI’’, indique Bénédicte Émond-Bon, sélectionneuse nationale. ’’Je leur ai dit que ce n’était pas normal, mais ils m’ont dit : “On laisse tomber, il n’y a pas de souci”…’’
Beaucoup considèrent aussi qu’il est de la responsabilité de la FEI d’avoir choisi un circuit si roulant, en contradiction avec son propre discours pour une endurance moins rapide. Pourquoi avoir supprimé la boucle qui avait du relief, pourtant partie intégrante des 160 km du championnat d’Europe l’an dernier ? Il n’y a tout de même que quarante-sept classés sur cent trente-et-un partants. C’est pourquoi on ne peut tout mettre sur le dos des Émirats arabes unis. Dans cette configuration ’’d’un championnat du monde jamais couru sur un terrain aussi plat’’, comme l’explique Bénédicte Émond-Bon, le jury se devait d’être irréprochable.

À lire aussi :
La France dresse son bilan des championnats du monde

À lire également...

Réagissez