Ludger Beerbaum offre un beau cadeau d'adieu à la Mannschaft!

Une fois encore, Ludger Beerbaum s'est montré à la hauteur de sa réputation avec Casello.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 25 septembre - 00h33 | À Barcelone, Sébastien Roullier

Ludger Beerbaum offre un beau cadeau d'adieu à la Mannschaft!

À l’occasion de la toute dernière apparition de Ludger Beerbaum en veste rouge, l’Allemagne a remporté sa première finale mondiale de Coupe des nations, ce soir à Barcelone. Une victoire assortie d’un joli chèque de 500.000 euros! Au terme d’un mano a mano au barrage entre Nick Skelton et Marcus Ehning, la Mannschaft a dominé la Grande-Bretagne, les États-Unis accrochant une méritoire troisième place.

 - Ludger Beerbaum offre un beau cadeau d'adieu à la Mannschaft!

Une fois encore, Nick Skelton et Big Star ont survolé les parcours de cette finale.
Crédit : Scoopdyga

En début d’après-midi, ici à Barcelone, le Club des cavaliers internationaux de saut d’obstacles (IJRC) avait tenu à rendre hommage à l’un de ses plus dignes représentants, recordman du nombre de médailles décrochées dans les championnats extérieurs, et indéboulonnable tête d’affiche de tous les grands rendez-vous depuis les Jeux olympiques de Séoul en… 1988 (!). Comme il avait annoncé voici cinq semaines à l’issue des Jeux de Rio, Ludger Beerbaum a bel et bien profité de la finale mondiale de la Coupe des nations, disputée sur la piste du Real Club de Polo catalan, là même où il avait arraché l’inestimable médaille d’or des JO de Barcelone en 1992 avec Classic Touch, pour tirer sa révérence en équipe nationale. Même s’il continuera encore un certain temps à monter Casello, Chiara 222, Chaman et Zinedine dans les Grands Prix les plus huppés du circuit, il l’a promis, on ne le verra plus en Coupe des nations.
Après avoir été salué par ses collègues, amis et adversaires de toujours, celui qu’on surnomme depuis si longtemps "Kaiser" avait évidemment à cœur de réussir sa sortie, en offrant à l’Allemagne la finale mondiale de la Coupe des nations, une compétition qui lui avait jusqu’alors échappé, successivement au profit de la France (2013), des Pays-Bas (2014) et de Belgique (2015). Placé en quatrième et dernier équipier, son poste quasi perpétuel, comme à Rio, Ludger n’a pas eu d’autre choix que d’assurer un sans-faute pour délivrer les siens. Au Brésil, il s’agissait d’arracher un barrage pour la médaille de bronze, finalement remporté aux dépens du Canada. Ici, il y avait un nouveau barrage en jeu, mais pour la victoire! De manière presque symétrique, le quinquagénaire a assuré l’essentiel avec Casello, sa plus récente monture. Sans craindre, sans douter de lui-même, sans frémir. Bref, du grand Beerbaum!

Bras de fer germano-britannique

Bras de fer germano-britannique - Ludger Beerbaum offre un beau cadeau d'adieu à la Mannschaft!

L'Allemagne a remporté sa première finale mondiale de Coupe des nations, ce soir à Barcelone.
Crédit : Scoopdyga

Assez rapidement, cette épreuve disputée en une seule manche, réservée aux huit meilleures nations de la qualificative de jeudi après-midi, a pris la forme d’un duel germano-britannique, Nick Skelton et Christian Ahlmann offrant un premier sans-faute à leur équipe avec Big Star, le champion olympique de Rio, et l’inépuisable Taloubet Z. Lors de la deuxième rotation, la Grande-Bretagne s’est bien détachée grâce au clear round de Michael Whitaker et Viking, tandis que Marcus Ehning s’est laissé surprendre – comme de nombreux couples – par le large oxer de sortie du triple, second juge de paix du parcours raisonnable de Santiago Varela avec la délicate palanque suivant la rivière.
Mais, comme l’on pouvait s’y attendre, le bras de fer s’est équilibré dans la troisième rotation, Jessica Mendoza échouant sur les deux difficultés du parcours ainsi que sur le milieu du triple avec Spirit T, avant que Janne-Friederike Meyer ne survole littéralement les obstacles avec Goja 27. Comme l’on pouvait s’y attendre aussi, la quatrième rotation n’a permis à aucune des deux équipes de se détacher, Scott Brash et Ludger Beerbaum signant deux sans-faute pleins de maîtrise avec Casello et la fabuleuse Ursula XII, lauréate il y a deux semaines de l’incroyable Grand Prix CSIO 5* de Calgary.

Fabuleux Prêt à Tout !

Fabuleux Prêt à Tout ! - Ludger Beerbaum offre un beau cadeau d'adieu à la Mannschaft!

Marcus Ehning et Prêt à Tout ont scellé la victoire allemande au barrage.
Crédit : Scoopdyga

Pour la première fois de l’histoire de cette jeune compétition, il a donc fallu un barrage pour départager ces deux nations. Les Britanniques ont misé sur Skelton et Big Star, un couple qui n’a quasiment jamais failli dans une finale au chronomètre. Une fois encore, les champions olympiques régalent le public d’une prestation mêlant puissance et vitesse. Un vrai défi à relever pour l’Allemagne… qui ne choisit ni Christian Ahlmann, maître absolu des virages, ni Ludger Beerbaum, son capitaine de route, mais Marcus Ehning, l’homme qui galope toujours à l’intérieur des traces de ses adversaires. Bien lui en a pris puisque le Selle Français Prêt à Tout, lauréat au printemps du Grand Prix CSI 5* de Madrid, coupe la ligne d’arrivée près de deux secondes plus vite que Big Star! Magnifique.
Coup de chapeau aux États-Unis et à leur inépuisable réservoir de très bons couples. Malgré l’absence de Beezie Madden, McLain Ward et Kent Farrington, et le remplacement de dernière minute de Lucy Davis et Barron par la jeune Lillie Keenan et l’excellent Super Sox, sans faute ce soir, l’Oncle Sam s’est classé à une très avantageuse troisième place grâce également au sublime parcours de Laura Kraut et de la très prometteuse Zeremonie et au tour à quatre points de Lauren Hough sur Ohlala.
Pour rappel, la France n’était pas parvenu à se qualifier pour cette épreuve dotée d’1,5 million d’euros. Elle retrouvera neuf autres nations demain matin dans la Consolante, dotée quant à elle de 300.000 euros.
 
Les résultats ici

À lire également...

Réagissez