''Nous ne pouvons pas laisser filer la Consolante'', Philippe Guerdat

Philippe Guerdat est bien décidé à motiver ses troupes pour demain.
Crédit : Scoopdyga

Jeudi 22 septembre - 20h12 | À Barcelone, Yeelen Ravier

''Nous ne pouvons pas laisser filer la Consolante'', Philippe Guerdat

Tout comme les deux années passées, la France n'a malheureusement pas su se qualifier pour la seconde manche de la finale de Coupe des nations de Barcelone. L'équipe championne olympique a écopé d'un tour à vingt-et-un points et trois tours à quatre points.

Au terme de cette première manche de finale de Coupe des nations, Philippe Guerdat était évidemment un peu déçu. "L'épreuve était difficile, mais elle l'était pour tout le monde et pas seulement pour nous ! Nous avons très peu de sans-faute cette année en Coupes des nations. Le temps, ça allait, nous n'avons que des chevaux rapides. Après, c'est le sport, ça arrive. Un parcours à quatre points coûte très cher. Si nous avions eu un gros score puis des sans-faute ça serait passé, mais là, nous avons écopé d'un gros score et de quatre points... 

Concernant la performance de Philippe et Rahotep, je ne sais pas dire à l'heure qu'il est ce qu'il s'est passé. Peut-être qu'il s'est mis un peu trop la pression, je ne sais pas. Philippe m'a dit qu'il ne sentait pas le cheval gêné ou quoi que ce soit, nous ferons quand même un contrôle vétérinaire ce soir pour être sûrs que tout va bien. Nous verrons s'il saute demain mais Philippe m'affirme qu'il ne sent rien d'anormal. Nous verrons si nous l'engageons toute à l'heure. Mathieu a été parfait avec ses coéquipiers. Je savais qu'il n'y avait aucun risque et qu'il serait là pour les aider. 

Après la médaille d'or, depuis un mois, ils enchaînent tous les fêtes, les représentations, les interviews... Kevin et Bosty sont restés dans la dynamique du concours mais Pénélope a été arrêtée pendant un mois et Philippe a ralenti comme Rahotep était au repos. En plus, à Rio, Philippe était au départ cinquième et il devient champion olympique. On se sent invincible dans ces moments-là mais ça ne marche pas toujours comme on le souhtaierait. Je ne cherche pas des excuses mais ce sont des petites explications. Je l'ai bien dit ce matin. Vous êtes quatre face à dix-sept nations, il n'y a plus de champions olympiques qui comptent aujourd'hui. Nous l'avons été mais nous devons continuer à produire des performances. J'aurais évidemment aimé que nous fassions une belle performance. 

Pour l'instant, je vais parler avec eux et faire les engagements. Maintenant, ce sont des champions et nous ne pouvons pas laisser filer la consolante comme ça ! En tout cas, si j'avais dû choisir entre faire ces quatre points ici ou à Rio, j'aurais choisi ici."

À lire également...

Réagissez