Scott Brash se sublime un an après à Calgary

Scott Brash a à nouveau écrit une belle page d'Histoire à Calgary.
Crédit : Spruce Meadows Media Services

Dimanche 11 septembre - 23h10 | Yeelen Ravier

Scott Brash se sublime un an après à Calgary

Quel beau Grand Prix a offert le mythique CSIO 5* de Calgary. Scott Brash s'est octroyé l'épreuve à 1,60m, étape du Rolex Grand Slam, un an après son triplé historique. Cette fois-ci, c'est sur Ursula XII que l'Ecossais s'est imposé, devançant McLain Ward et Lorenzo de Luca.

Un début de Grand Prix difficile

Si la fin a été théâtre d'un beau moment de sport, le début de ce Grand Prix 5* de Calgary n'a pas été de tout repos. Commencée à 20h, l'épreuve a laissé penser à un scénario plus catastrophe. La pluie étant tombée toute la nuit précédente, le terrain et le sol de la grande piste en herbe glissait fortement. L'un des tout premiers partants, Alain Jufer, en a fait la démonstration. Entamant un bon parcours sur Wiveau M, exemplaire dans la Coupe des nations hier soir, le Suisse a essuyé une lourde glissade à l'abord du triple. Finalement, le duo a abandonné, après déjà seize points au compteur. Triste fin également pour Cian O'Connor, dont le Good Luck a refusé au dernier moment l'obstacle numéro dix, faisant chuter le cavalier irlandais. Pas de chute mais une élimination tout de même pour Nicola Philippaerts. Le Belge, tout comme à Rio avec Zilverstar T, a essuyé deux refus de H&M Harley van de Bisschop. Les cavaliers se sont enchaînés et les sans-faute ont peiné à se faire applaudir. Aucun des Français n'y est d'ailleurs parvenu. Le champion olympique Roger-Yves Bost, en selle sur Qoud'Coeur de la Loge, avait sûrement à coeur de gommer la contre-performance de la Coupe des nations, où le couple avait écopé de seize points. Malgré une superbe partition, le duo n'a pu éviter une faute en début de tour, se qualifiant tout de même pour la seconde manche grâce à un bon chronomètre. Son coéquipier de Rio Kevin Staut en a fait de même. Après un excellent début de tour, For Joy van't Zorgvliet*HDC, bien appliqué, s'est fort retenu dans sa battue d'appel en milieu de triple et, après que la barre ait bien rebondi, le vertical est tombé. Quatre points mais un très bon parcours. Pedro Veniss et Quabri de l'Isle, de retour après les Jeux olympiques il y a un peu plus de trois semaines, ont également péché sur le vertical en milieu de triple combinaison. 
Un bon nombre de couples, tout comme à Lausanne et Rome, ont fait leur retour après leur participation aux Jeux olympiques de Rio, cloturés il y a trois semaines. Par exemple, Tripple XII et Tiffany Foster et Tripple XII, qui ont finalement préféré abandonner après un passage de triple plutôt chaotique. Meredith Michaels-Beerbaum et Fibonacci 17 n'ont pas non plus semblé au mieux de leur forme, accusant dix-sept points, notamment en fin de parcours. Greg Patrick Broderick, lui, n'a écopé que d'une petite faute de MHS Going Global, se maintenant dans les douze qualifiés pour la seconde manche. Pas tant attendus que ça, Eduardo Menezes, Karel Cox, Michel Hendrix et Ruben Romp en ont fait de même. McLain Ward et Kent Farrington, médaillés d'argent par équipes à Rio, ont eux bouclé deux des quatre sans-faute, accompagnés de HH Azur et Voyeur. Lorenzo de Luca les a imités avec Ensor de Litrange LXII, déjà vainqueur d'une épreuve ce week-end, tout comme Scott Brash et la bonne Ursula XII. À noter qu'à cause des conditions de la piste, bon nombre de cavaliers ont préféré abandonner en chemin.

Scott Brash et McLain Ward iront se disputer la victoire

La seconde manche a donc commencé et douze cavaliers se sont présentés. Greg Patrick Broderick s'est repris et a signé un magnifique parcours à un point de temps sur MHS Going Global, brandissant fièrement le poing en l'air. Le champion olympique Kevin Staut n'a pas tardé à lui passer devant, associé à For Joy van't Zorgvliet*HDC, bouclant le score parfait et de belle manière. Son camarade Roger-Yves Bost s'est lui laissé piéger sur l'ultime osbtacle, un large oxer en bout de ligne, avec Qoud'Coeur de la Loge. Alors que les cavaliers confirment tous plus ou moins, deux des sans-faute en première manche ont déchanté. Lorenzo de Luca a malheureusement écopé d'un point de temps, lui fermant les portes d'un éventuel barrage, et Kent Farrington a péché dès le début. Seuls Scott Brash et McLain Ward sont parvenus à resortir sans encombre de la piste, préparant une véritable bataille.

Scott Brash empoche un million

Premier à s'élancer au barrage, Scott Brash avait la pression. Il y a un an jour pour jour, le cavalier écossais avec le brillant Hello Sanctos, en convalescence depuis de nombreux mois maintenant, écrivait ici un chapitre inoubliable de l'Histoire en réalisant le triplé du Rolex Grand Slam. Cette année, c'est avec Ursula XII que le champion est apparu. Franchissant la ligne d'arrivée sans aucune pénalité et en 41"19, il a mis la pression sur son concurrent. McLain Ward et HH Azur devaient tenir. Malheureusement, une barre dès le début du parcours a mis tous leurs espoirs à terre, laissant filer la victoire à Scott Brash.
C'est une victoire sportive, mais également celle d'une équipe. En 2014, la jolie baie s'était blessée et avait dû opérer une très longue pause. Revenue en compétition en ce début d'année, elle a été beaucoup protégée et ramenée en douceur sur des épreuves importantes, pour revenir à son meilleur niveau aujourd'hui. Scott Brash rentre donc de Calgary avec un nouveau chèque d'un million... Mais de dollars canadiens cette fois-ci, soit l'équivalent d'un peu moins de 680.000 euros.
 

À lire également...

Réagissez