Robert Whitaker et ses coéquipiers briguent le Grand Prix de Lausanne

Robert Whitaker et Catwalk IV ont été les meilleurs de ce difficile Grand Prix de Lausanne.
Crédit : Scoopdyga

Dimanche 11 septembre - 16h24 | Yeelen Ravier

Robert Whitaker et ses coéquipiers briguent le Grand Prix de Lausanne

La place Bellerive de Lausanne a accueilli ce week-end un CSI 5*. Le Grand Prix phare, bouquet final de ce beau concours, a fait retentir God Save The Queen, Robert Whitaker étant sacré vainqueur au terme de deux parcours impeccables. Ses deux coéquipiers britanniques Emma O'Dwyer et William Funnell ont complété ce podium.

Anciennement étape du Global Champions Tour et depuis cette année organisé par Jean-François Danton, le concours de Lausanne aura fait vivre de belles émotions, et notamment dans le Grand Prix. Dès la toute première manche, les obstacles montés à 1,60m ont bien eu l'air difficiles à franchir sans pénalité. Le chronomètre, ajusté très serré, a également accentué la subtilité du parcours. Pour cause, ils ont été quinze cavaliers à écoper de plus d'un point de temps minimum.

À domicile, Frédérique Fabre Delbos, en selle sur Nirvana Basters, a fait les frais du chronomètre, tout comme Emma O'Dwyer et Robert Whitaker. Avec un point de temps, les trois ont tout de même pu se maintenir dans les treize qualifiés pour la seconde manche. De retour après les Jeux olympiques de Rio, Romain Duguet et sa Quorida de Treho ont écopé du même score, réalisant une très belle rentrée. Retrouvant également les terrains après leur voyage à Rio datant de trois semaines, Clooney, Quickly de Kreisker, Yajamila et Con Dios III, les montures de Martin Fuchs, Abdelkebir Ouaddar, Henrik von Eckermann et René Lopez, ont réalisé des plus ou moins bons parcours. Tandis que le premier a seulement concédé une faute, les autres ont accusé douze, huit et vingt-et-un points. Philippe Rozier a lui préféré ménager Rahotep de Toscane, qui participera à la finale Coupe des nations dans deux semaines, en choisissant Unpulsion de la Hart. Incompréhension pour le médaillé olympique, dont le puissant bai a refusé le tout premier obstacle du parcours. Ses coéquipiers Reynald Angot, Nicolas Deuseuzes, Mathieu Billot et Maelle Martin n'ont pas non plus rempli le contrat. Le premier s'est malheureusement retrouvé éliminé avec Symphonie des Biches et le deuxième a écopé de seize points dont une faute sur l'oxer numéro un sur Quilane de Lezeaux. Mathieu Billot, qui partira à Barcelone en tant que réserviste dans deux semaines, a essuyé une dérobade plutôt incompréhensible de Shiva d'Amaury sur la spa, tandis que Maelle Martin et l'excellent Giovani de la Pomme ont écopé de cinq points malgré un bon tour. Finalement, seuls Patrice Delaveau, associé à son fidèle Orient Express*HDC, et Timothée Anciaume, sur Kiamon, ont bouclé le score vierge aux couleurs françaises. 

Six cavaliers à quatre points ont finalement été repêchés pour la seconde manche. Lucy Davis, William Funnell, Jonna Ekberg, Paul Estermann et Roberto Teran Tafur, avec leurs respectifs Cassis, Billy Congo, Air Pia VG Z, Lord Pepsi et Brilliant du Rouet, ont en effet laissé une seule barre à terre. De retour depuis fin juillet après une convalescence depuis plusieurs longs mois, Admirable a bien porté son nom en déroulant un parcours exemplaire pénalisé malheureusement d'une faute, piloté par la Suissesse Marie Etter Pellegrin. Le Suédois Douglas Lindelöw a poursuivi ses bons résultats en bouclant l'un des seuls sans-faute de cette première manche, aux rênes de Zacramento.

Les Britanniques envahissent le podium!

Cette seconde manche, aux allures de barrage, n'a finalement vu aucun duo sortir double sans-faute, tous écopant d'au moins un point de pénalité. Lucy Davis et Roberto Teran Tafur ont entamé cette deuxième partie d'épreuve en écopant tous les deux de trois fautes. Il n'y a eu guère plus de réussite pour les cavaliers suisses, qui avaient réellement envie de briller à domicile. Frédérique Fabre Delbos, qui avait concédé un seul point de temps au tour précédent, a là comptabilisé neuf points, en selle sur Nirvana Basters. Paul Estermann et Marie Etter-Pellegrin n'ont pas eu plus de chance, fautant tous les deux à deux reprises associés à Lord Pepsi et Admirable, dont les performances sont tout de même à saluer. Favori des spectateurs suisses, Romain Duguet aurait bien voulu emmener sa Quorida de Treho à la victoire, après sa petite déception olympique. Le cavalier n'a pu éviter une faute dans le triple de la fille de Kannan, qui semble tout à fait en forme.

Douglas Lindelöw, qui était lui sans-faute au premier tour, l'a imité, terminant au pied du podium avec quatre points. Après plusieurs semaines de régularité, Zacramento semble être un bon partenaire pour revenir tutoyer le haut niveau. Premier des deux Tricolores qualifiés, Timothée Anciaume a également accusé quatre points. Mention spéciale pour ce talentueux cavalier dont les tours sur Kiamon ont été parfaits de maîtrise et de sérénité ! Quatre points également mais un chronomètre plus rapide pour William Funnell et son fidèle Billy Congo. Le duo britannique, moins présent sur la scène internationale qu'il y a quelques années, est parvenu avec brio à accrocher la troisième marche du podium. N'effleurant aucune barre mais rajoutant deux points de temps à son un point précédent, la jeune Emma O'Dwyer a brigué la deuxième place, associée à HH S Figero, son bon fils de Guidam. C'est finalement Robert Whitaker qui s'est imposé, signant deux parcours à un point sur Catwalk IV. Jolie performance pour le Britannique au nom de famille bien habitué des podiums.

Petite déception à, malheureusement, attribuer à Patrice Delaveau et Orient Express*HDC. Parti en dernier, le duo, qui avait déroulé de bons tours cette semaine et un sans-faute en première manche, avait un petit boulevard pour décrocher la victoire. Malheureusement, après une faute sur le milieu du triple puis deux autres sur des verticaux, le sésame s'est éloigné.

Petite, et sympathique, particularité du concours à relever, lors de la remise des prix, ce n'est pas un mais deux hymnes nationaux qui ont retenti ! Le britannique, en l'honneur du cavalier, mais également l'allemand, en l'honneur de Catwalk IV, né en Allemagne chez Lothar Völz.
 

À lire également...

Réagissez