Vip du Forezan champion des sept ans !

Vip du Forezan et Julien Gonin remportent le championnat des sept ans
Crédit : Marc Verrier

Samedi 03 septembre - 17h08 | Marc Verrier

Vip du Forezan champion des sept ans !

Au terme d'une finale à suspense, Julien Gonin s'impose avec Vip du Forezan dans le championnat des sept ans Cheval Liberté. Julien Gonin qui réussit à classer deux chevaux avec Vipper du Lavoir à la cinquième place.

Une finale sélective

Après une première manche qui voit treize couples réaliser le sans-faute, on trouvait toujours en tête Jérôme Hurel et Violine de Montsec (Indoctro), tandis que sept couples se tenaient dans la même faute.
Les vingt meilleurs étaient qualifiés pour la deuxième manche, qui allait bouleverser le classement. Ils ne seront que quatre à réussir le parcours parfait, alors que Marine Bouton et Virus des Cabanes (Lupicor) réalisaient une superbe finale avec un sans-faute en première manche et un parcours pénalisé d'un point en deuxième manche pour quelques centièmes de trop.

Le sans-faute sera primordial dans ce parcours final, puisqu'il permet à Margaux Rocuet et Vahine de Bieville (Robin Z) de remonter à la quatrième place, précédés par les autres sans-faute de cette épreuve, Titouan Schumacher/Vinci St Simeon (Lauterbach) et Alexandra Francart/Volnay du Boisdeville (Winningmood van de Arenberg).

Alexandra qui sera la seule à réussir le double sans-faute parfait dans cette finale avec Julien Gonin et Vip du Forezan (Eurocommerce Berlin), qui mettent la pression sur les leaders provisoires, Jérôme Hurel et Violine de Montsec.

Dès le début du parcours, on sentit Violine moins à l'aise et Jérôme beaucoup plus à l'ouvrage pour essayer de la faire sauter sans-faute. Mais le cavalier de l'équipe de France ne peut éviter deux fautes qui le relèguent à la sixième place finale, laissant la victoire à Vip du Forezan.

Une souche d'exception

Cheval de sport moderne, Vip du Forezan s'est montré très chaud en première manche, mais également très réactif et non dénué de moyens. 
Ce fils de Eurocommerce Berlin a pour mère Queen Girl Kervec (Diamant de Semilly), bonne gagnante internationale (ISO 162) jusqu'à 1,60m avec Julien Gonin, qui remporta notamment le Grand National de Lorient fin 2014 avant de prendre sa retraite sportive pour se consacrer uniquement à l'élevage. A trois ans, Queen Girl avait donné naissance à Trafalgar Kervec (Quaprice Boimargot), qui est la propriété de l'écurie HDC et a évolué sous la selle de Patrice Delaveau puis Delphine Pérez.

La grand-mère de Vip, Jolly Girl de Kervec (Darco) a également bien tourné en compétition, obtenant un indice de 153 à sept ans avec Jean-Marc Nicolas.

Enfin, la troisième mère de Vip n'est autre que la célèbre Fragance de Chalus, qui fait le bonheur du Belge Joris de Brabander, à qui elle a donné une multitude de descendants, parmi lesquels le célèbre Mylord Carthago, ancien partenaire de Pénélope Leprévost.

 

Une histoire d'amitié

Vip du Forezan est né à Saint-Jean de Chevelu (73), chez Jérôme Aguettaz, un passionné de génétique qui n'a cependant qu'une poulinière, Queen Girl Kervec, une jument qu'il a acquise toute jeune : "J'ai acheté Queen Girl à trois ans chez la famille Huon et, après avoir fait VIP en transfert d'embryon, je l'ai confiée à Julien, qui est un ami d'enfance et qui l'a montée de cinq à onze ans. Queen Girl est revenue à l'élevage et m'a donné cette année deux pouliches, une fille de Vagabond de la Pomme, qui j'ai vendue à un copain, et une fille de Vigo d'Arsouilles, que j'ai donnée pour moitié à mon fils. Queen était une jument très chaude et j'avais choisi Berlin, d'une part pour sa génétique, et d'autre part parce qu'il pourrait apporter un peu de sérénité. C'est ce qui s'est passé puisque, même si Vip est assez chaud, il est beaucoup plus contrôlable que sa mère."

Une belle histoire d'amitié qui pourrait cependant vite prendre fin, puisque Vip fait l'objet de nombreuses offres : "Aujourd'hui, forcément, j'ai beaucoup de propositions d'achat pour Vip. Pour l'instant, il est encore à moi, mais peut-être que demain, il ne le sera plus s'il y a des offres vraiment intéressantes. En tout cas, ça aura été une belle histoire. Un cheval qu'on fait naître et qui gagne avec un copain, c'est magnifique !"

À lire également...

Réagissez