Lundi 22 août - 14h20

Au sommaire du hors-série estival de Grand Prix Magazine

Dans le hors-série estival de Grand Prix Magazine, retrouvez en couverture Éric Lamaze et le célèbre Hickstead. Le couple sacré champion olympique à Pékin en 2008 a durablement marqué l’histoire des sports équestres aux JO, comme les quatorze couples et équipes présentés dans ce très beau numéro.

Jumping
Pierre Jonquères d’Oriola, plutôt deux fois qu’une !
À ce jour, le regretté Pierre Jonquères d’Oriola reste le seul cavalier de saut d’obstacles à avoir remporté deux médailles d’or individuelles aux Jeux olympiques. Ses deux exploits, la figure totémique des sports équestres français les a réussis à douze ans d’intervalle avec deux chevaux différents : Ali Baba, en 1952 à Helsinki, et Lutteur B, en 1964 à Tokyo. Deux ans plus tard, avec Pomone B, le Catalan était également devenu le premier champion du monde français.

Rodrigo Pessoa et Baloubet du Rouet, une passion tumultueuse
Triples vainqueurs de la finale de la Coupe du monde, Rodrigo Pessoa et Baloubet du Rouet n’ont pas brillé qu’en indoor, loin s’en faut. En 2000 à Sydney comme en 2004 à Athènes, le Brésilien et son inimitable Selle Français ont marqué l’histoire de Jeux olympiques, pour le pire et surtout pour le meilleur !
 
Complet
Mark Todd, le seigneur des anneaux
Avec deux sacres individuels à Los Angeles et Séoul, sur son légendaire Charisma, et trois médailles de bronze par équipes avec la Nouvelle-Zélande, Mark Todd a bâti sa légende aux Jeux olympiques. Et malgré ses soixante ans, ce n’est peut-être pas encore fini.

Athènes 2004, la France en or et l’Allemagne amère
Les Jeux olympiques d’Athènes ont marqué un tournant dans l’histoire du concours complet, enfin débarrassé des éprouvantes phases de routiers et steeple. À partir de 2004, l’épreuve s’est donc recomposée autour d’un test de dressage, d’un cross stricto sensu et de deux manches d’hippique. Pour la première fois depuis son épopée bronzée de Rome en 1960, en Grèce, l’équipe de France a décroché une médaille. Et quelle médaille ! Le titre suprême, arraché au terme d’une  rocambolesque affaire. Retour sur un cru définitivement inoubliable !
 
Dressage
Trois étoiles françaises sur le rectangle de Los Angeles
En pleine crise économique, les Jeux de 1932 ont pris leurs quartiers à Los Angeles, ville symbolique du rêve américain. L’équitation était inscrite pour la cinquième fois au programme olympique, et pour la deuxième fois seulement, le dressage y avait décerné trois médailles par équipes en plus des trois individuelles. Cette année-là, une fois n’est pas coutume, la France avait décroché le plus précieux métal, par équipes et en individuel grâce à Xavier Lesage et Taine !

Bonfire et Salinero, les deux partenaires de danse de l’impératrice Anky
Retirée des rectangles depuis 2012, Anky van Grunsven a durablement marqué l’histoire du dressage mondial. À partir du début des années 1990, la Néerlandaise a collectionné les plus beaux honneurs avec Bonfire et Salinero, présentés chacun à trois reprises aux Jeux olympiques, et respectivement sacrés en 2000 pour le premier, et en 2004 et 2008 pour le second. Impératrice des Reprises Libres en Musique, la championne a grandement contribué à moderniser et populariser sa discipline.

Toutes ces histoires et de nombreuses autres sont à découvrir dans le hors-série estival de Grand Prix Magazine.

Abonnez-vous à Grand Prix Magazine ici
ou achetez le hors-série ici

À lire également...

Réagissez