''J'arrêterai quand Big Star arrêtera'', Nick Skelton

Nick Skelton a enfin amené son Big Star sur la plus haute du podium individuel olympique. Chapeau!
Crédit : Scoopdyga

Vendredi 19 août - 22h47 | À Rio, par Yeelen Ravier

''J'arrêterai quand Big Star arrêtera'', Nick Skelton

Alors qu'il l'avait raté de peu chez lui aux Jeux olympiques de Londres il y a quatre ans, lorsqu'il faisait tomber ce maudit vertical numéro huit lors de la seconde manche de la finale, Nick Skelton s'est enfin offert l'or olympique avec Big Star. Aujourd'hui, à Deodoro, la patience et la passion ont triomphé.

Heureux, Nick Skelton peut l'être. Après des mois et des mois de travail et de soins réglés au poil pour que le fameux Big Star soit en forme olympique à Rio, l'un des couples favoris de Londres s'est vengé aujourd'hui. Enchaînant plusieurs malheureuses blessures aux fragiles tendons suspenseurs les saisons passées, Big Star a su être ramené à son meilleur niveau par une équipe parfaite. "Aujourd'hui est un jour incroyable.", s'exprime le nouveau champion olympique en titre. "Cela fait deux ans que nous travaillons d'arrache pied pour remettre Big Star en route et le ramener à son meilleur niveau. Après Dublin notamment, il s'était blessé aux suspenseurs. Nous avons fait attention et ménagé le cheval. Gagner ici est incroyable. Nous avions raté de si peu l'individuel à Londres...

"Le meilleur cheval que je n'ai jamais monté"

Je passais en premier donc je n'avais pas vu mes concurrents avant. Je savais qu'il fallait aller vite au barrage. Je devais essayer de signer un bon chronomètre, sans prendre trop de risques. Big Star est un cheval très rapide. J'ai essayé de mettre la pression sur les autres. Finalement, on dirait que ça a marché !
J'étais très surpris du nombre de sans-faute au premier tour. Le premier tour était peut-êre un peu facile. Le dernier parcours, lui, était surtout gros, donc les chevaux fatigués faisaient plus facilement des barres. La pression a joué aussi.

C'est un cheval exceptionnel, le meilleur que je n'ai jamais monté. Je lui fais confiance, je sais qu'il peut tout faire et tout sauter. En tout cas, ce qui est sûr, c'est que je ne vais pas arrêter de monter en concours tout de suite. Dans quelques mois, ou quelques années. J'arrêterai quand Big Star arrêtera.

"C'est émotionnel"

Gagner l'or ici avec le cheval c'est émotionnel. Pour mon équipe, mon groom qui me suit depuis tant d'années. Je mettrai cette médaille avec celle de Londres par équipes, dans mon tirroir à chaussettes ! Maintenant, nous allons rentrer à la maison. J'irai probablement à Barcelone. Je ne suis pas dans les trente premiers cavaliers pour courir le Global champions tour, donc je choisirai mes concours."

À lire également...

Réagissez